Ce champ est invalide

Téléphone : silence radio à Belvezet

RSS

Vie quotidienne


4 juillet 2019

Alors que le pays est touché par la canicule et que les consignes de l’État demandent notamment de prendre des nouvelles de ses proches les plus fragiles, il ne fallait pas espérer pouvoir joindre quelqu’un à Belvezet. La commune de 260 habitants, aux portes d’Uzès, a été victime d’une panne de téléphone fixe et d’internet du mercredi 19 juin au samedi 29 juin. Ne disposant pas non plus du réseau 4G, l’option de se servir plutôt des téléphones portables n’était pas une alternative. «Ici, les portables ne passent qu’à certains endroits, comme au niveau de la plateforme de tri, confirme le maire, Raymond Bonnefille. On s’est retrouvé totalement isolés, on avait l’impression d’avoir fait un retour cinquante ans en arrière !».

Une situation qui n’a rien qui n’a rien d’une première pour le village… «C’est la troisième fois depuis le début de notre mandat», soupire le maire. Des pannes qui découlent d’un câble, en bordure de la RD979, au lieu-dit Larnac : «Il arrive que des camions l’emportent, ce câble qui dessert Belvezet se sectionne  et nous n’avons plus de réseau». Des problèmes récurrents, pour lesquels «aucune solution à long terme n’est apportée par l’opérateur Orange», regrette l’élu.

 

Inquiétudes des habitants

La panne touchait la commune de Belvezet et ses deux hameaux Le Plus-Haut-Mas et Le Mas-de-l’Ancienne-Église. «Cela signifie que les personnes en télésurveillance, il y en a plusieurs, sont vulnérables», rappelle Raymond Bonnefille, qui a aussi eu, avec la secrétaire de mairie Cécile, dû gérer les inquiétudes des habitants. Les conséquences ont aussi été importantes pour les chambres d’hôtes de la zone. «On a été très impacté, confirme Christian, du Mas Font de Cinq Sous. On ne recevait plus rien ! C’est un coup de chance de capter le téléphone portable de notre côté de la commune... Quant à internet, nous étions très embêtés, notamment pour la clientèle étrangère». Il ne comprend pas que les réparations aient pris autant de temps : «Deux trois jours je peux comprendre, mais là...».  

Alors, la mobilisation est générale et une pétition avait même été faite lors de la dernière panne. « Nous avons un dossier énorme contre Orange.  L’année dernière, la panne a duré très longtemps. C’était les vacances alors cela a été très long de mobiliser les différents services», se souvient le maire. 

Cette fois encore, le dépannage a été une réelle épopée. «C’est un dialogue de sourds, s’emporte la secrétaire de mairie. On a averti notre contact à Orange, cela a pris 24h pour qu’un technicien vienne constater les dégâts et ensuite il faut encore attendre que l’autorisation soit donnée à Orange par le Département pour occuper la voie. Une semaine plus tard rien n’était encore fait, on a l’impression que les services ne s’entendent pas entre eux».

Ce n’est que samedi 29 juin que la ligne a enfin été rétablie.

Orange condamnée

Mais pour espérer ne plus revivre cette situation, le maire a décidé de réagir en justice. «Nous avons voulu agir vite. La commune a saisi le tribunal administratif à ses frais». L’opérateur Orange a été condamné, par une ordonnance du jeudi 27 juin, à «prendre toute mesure nécessaire pour rétablir les télécommunications» sous astreinte de 1 000 € par jour de retard à compter de la décision mais aussi de verser à la commune la somme de 1 200 €.

Une commune où l’arrivée de la fibre optique - en 2022 ? - est particulièrement attendue.

Mathilde Roux


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide