Ce champ est invalide

BD : le nouveau Anthony Pastor

RSS

Ce mercredi 21 octobre, à partir de 17h, la librairie Soie à Uzès célèbre la sortie du nouvel album d’Anthony Pastor. Le Saint-Quentinois vient de publier Le Sentier des Reines, aux éditions Casterman. Cette dédicace sera suivie d’un concert, à 18h30, en partenariat avec Les Agités du local, avec le slameur kanak Paul Wamo.

 

Anthony Pastor signe ici sa première collaboration avec Casterman. L’intrigue de sa bande dessinée se situe pour la première fois en France, dans une période bien particulière, celle de l’immédiat après-guerre, la Première Guerre Mondiale. «Cette aventure ne s’inspire pas de faits réels, mais j’ai tenté de l’inscrire au mieux dans la réalité d’une époque». Au prix d’une importante documentation et d'échanges réguliers avec son entourage, ses amis... qui lui ont conseillé des lectures pour mieux s'imprégner de cette époque. "J'en ai beaucoup parlé autour de moi".

Nous sommes en Savoie, en 1920. Blanca est la belle-mère de Pauline. Leurs maris respectifs, envoyés au front, en sont revenus miraculeusement saufs. Mais peu de temps après leur retour, ils sont tués par une avalanche. Dans la catastrophe, les parents du jeune Florentin sont également emportés. Blanca convainc Pauline de quitter le village, avec Florentin. Officiellement, pour poursuivre l’œuvre de son mari, colporteur. Officieusement, elle ne sait pas où leur longue marche va s’arrêter... "Les femmes peuvent pas faire ça", répète le beau-frère de Pauline, illustration de cette société encore très conservatrice. Mais Blanca, Pauline et Florentin n’ont plus rien à perdre car ils ont déjà tout perdu. "On veut que nous soyons des fantômes. C'est ce que nous sommes, des fantômes. Des fantômes dans un pays hanté par des tas d'autres fantômes", confiera au détour d'une case le jeune Florentin. Sur leur route, ils vont rencontrer un Poilu, Félix, personnage trouble, hanté par les horreurs de la guerre. Quelles intentions (bonnes ou mauvaises) peuvent bien l’animer ?

"Les Reines", voilà comment Florentin surnomme Blanca et Pauline. Le jeune homme est davantage observateur qu'acteur dans cette aventure. C'est d'ailleurs lui que le dessinateur a placé comme narrateur et non pas une des deux femmes. "Je voulais que ce soit lui qui les regarde. C'est l'homme de demain, en train de naître, d'apprendre des choses". 

Comme d’habitude avec Anthony Pastor, le graphisme est très fort. Les paysages, immersifs, sont à couper le souffle. Les personnages sont attachants. Tous ont leurs propres failles. L’auteur, habitué aux imposants romans graphiques, a dû cette fois-ci se limiter à 120 pages, «une contrainte intéressante qui m’a permis d’aller à l’essentiel». Le Sentier des Reines lui permet d’aborder les thèmes de l’émancipation des femmes et de la violence, «des thèmes toujours d’actualité».

La fin de l’album laisse présager une suite, encore incertaine. "Ce premier album est parti d'une intutition, d'une envie réelle. Il faut qu'il y ait cette même force pour poursuivre...", confie l'auteur. Mais Anthony Pastor a déjà dans ses cartons une autre intrigue dont l’action se déroulerait de nos jours, dans la région...

Pour aller plus loin, plus d'infos sur le concert avec les Agités, ici, des extraits de l'album d'Anthony Pastor, ici et une critique de l'album par là. Et la page Facebook de la librairie Soie, c'est ici !

Christophe Gazzano (c.gazzano@riccobono.fr)


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide