Ce champ est invalide

Parc photovoltaïque d’Aigaliers : une première en France

RSS

Environnement


Après Vallérargues et Belvezet, depuis le 2 septembre dernier, un nouveau parc photovoltaïque est entré en fonction en Uzège. Il s’agit de celui d’Aigaliers. L’aboutissement pour la commune d’un projet de longue haleine, débuté en 2009, sous le précédent mandat de Daniel Boyer. 

Plutôt que de céder au pessimisme ambiant face à la baisse des dotations de l’État et des subventions aux collectivités, la commune a préféré se mettre en quête de nouvelles recettes pérennes. L’équipe de Daniel Boyer avait été, par le passé, approchée pour l’implantation d’une carrière d’argile ou l’installation d’éoliennes, projets qu’elle a refusés.

Plus conforme aux attentes environnementales d’Aigaliers, un projet de parc photovoltaïque est né au nord de la commune, sur le plateau de La Chau. 

Un appel d’offres européen a été lancé en 2010 pour trouver un exploitant de parcs photovoltaïques. Sur les 24 candidatures déposées, 11 ont été retenues par le conseil municipal. Trois candidats ont été auditionnés. L’équipe municipale a dû garder la tête froide pendant cette période du début des années 2010, véritable eldorado du photovoltaïque. Certaines sociétés proposaient même de doubler le loyer attendu par la commune et de verser un droit d’entrée d’un million d’euros !

Face à cette escalade généralisée, le gouvernement a décidé d’un moratoire de trois mois pour mieux contrôler les prix de rachat de l’électricité produite. Le choix d’Aigaliers avait fini par se porter sur la société Urbasolar, entreprise régionale en pleine expansion, qui se présente sur son site internet comme le «leader français du photovoltaïque». «Ils avaient davantage d’expérience en matière de photovotaïque en toiture, confie Daniel Boyer, le maire. Mais on a senti qu’ils voulaient se lancer». 

La commune ne voulait pas prendre le risque de signer avec une société qui aurait certes fait une offre alléchante, mais qui aurait peut-être bloqué le terrain nécessaire des années durant avant de construire un parc. Et sans parc, pas de production d’électricité, donc pas de rentrée d’argent pour Aigaliers...

À l’issue du moratoire, le gouvernement a lancé un appel d’offres national portant sur la réalisation et l’exploitation de production d’électricité, à partir de l’énergie solaire, d’une puissance supérieure à 250 kWc. Urbasolar a donc revu son projet initial pour se conformer, avec l’aide des ses partenaires, à l’appel d’offres. Son dossier a été retenu le 3 août 2012 par le ministère de l’Écologie, pour une puissance de 10,8 MWe (mégawatts–crête).

Innovation

Le parc d’Aigaliers est devenu la plus importante centrale solaire à concentration jamais construite en France, avec plus de 1 400 modules à concentration solaire, montés sur des trackers deux axes. 

Le principe de fonctionnement de ces modules photovoltaïques d’un genre nouveau repose sur la concentration de la lumière par des lentilles de Fresnel vers des petites cellules photovoltaïques à triple jonction et à haut rendement. À ces modules s’ajoute une partie solaire photovoltaïque classique, sur trackers un axe.

Ce parc a vu le jour en concertation avec la population. Le projet n’a engendré aucun recours. Même la société de chasse a donné son feu vert. Sur les 177 hectares que compte le plateau de La Chau, le parc occupe 23 ha. Ceci est à mettre en perspective avec les 2 084 ha sur lesquels s’étend la commune, dont 1 200 ha boisés. Même si l’étude d’impact n’a pas révélé d’espèces de la faune et de la flore à protéger,  un débroussaillage alvéolaire a été réalisé à proximité du parc pour permettre le retour d’espèces jusqu’à présent étouffées par la densité du bois. 

Si le maire souhaite rester discret sur le loyer que lui verse Urbasolar, il n’en demeure pas moins que le quotidien de la commune va être amélioré. Parmi les projets que la municipalité va mener à bien, celui de la réhabilitation de l’ancien presbytère, avec cinq logements sociaux à la clé. Sur les 600 000 € nécessaires, le Département et la Région ne contribuent qu’à hauteur de 10 000 € chacun. La Commune finance le reste par le biais d’un emprunt qu’elle n’aurait pas pu réaliser sans les loyers du parc. Les bailleurs sociaux, eux, réchignaient à se lancer dans ce projet coûteux. Étonnant, à l’heure de la crise du logement social...

Au cours de la négociation du bail avec Urbasolar, la municipalité a négocié que pour le raccordement au poste source ERDF à Uzès, des fourreaux soient posés aux frais de la société. Propriété d’Aigaliers, ils permettront à terme d’amener la fibre optique.

Autre bon point, à l’issue du bail de 25 ans, le village deviendra propriétaire des installations du parc et pourra choisir entre le démantèlement aux frais d’Urbasolar, ou la poursuite de l’activité.

Christophe Gazzano (c.gazzano@riccobono.fr)

 


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide