Ce champ est invalide

"Ils plombent la communauté musulmane"

RSS

Société


Michel Aichaoui est président de l’Association culturelle musulmane de l’Uzège depuis 16 ans. Le 11 janvier, il faisait partie des 4 000 Uzétiens qui ont défilé dans la ville pour dire non à la barbarie. Suite aux attentats de Paris, Le Républicain d’Uzès a souhaité le rencontrer. 

Que ressentez-vous depuis les attentats de Paris ?

Ces gens-là ont commis un double meurtre : ils ont tué des innocents et maintenant ils nous assassinent. Nous sommes montrés du doigt, on est mal vus, on paye pour eux. Ils plombent la communauté musulmane. Ce sont des lâches, des démons qui n’ont rien à voir avec la religion. Ils se permettent de juger l’humanité, mais qui sont-ils pour cela ?

Comment en est-on arrivé là ?

En bloquant les projets de mosquées dans certaines villes, on a tout fait pour créer des mosquées clandestines, avec des imams radicaux. Les politiques n’ont pas su prendre la mesure des événements. La priorité doit être donnée à la sécurisation du territoire. On est en guerre. Les interventions en-dehors de nos frontières doivent se faire dans le cadre d’une coalition. Nous n’avons pas les mêmes moyens que les États-Unis pour intervenir partout sur la planète. 

Quel message voulez-vous faire passer ?

Je veux dire à tous les musulmans, à tous ceux qui sont responsables d’associations culturelles de dénoncer publiquement ce qui se passe, de montrer ce qu’est un musulman. Je suis né ici. J’ai 59 ans. Je n’ai jamais eu de problèmes avec qui que ce soit. On peut pratiquer sa religion en respectant la République. La République, la laïcité, ne sont pas des choses négociables. Les gens qui ne peuvent pas vivre dans cet espace sont libres de partir où ils veulent. Et s’ils ne veulent pas, il faut les dégager. L’état d’urgence doit durer pendant au moins deux ou trois ans. Il faut placer les musulmans devant leurs responsabilités et contrôler toutes les mosquées. À partir du moment où cela concerne la sécurité des Français, on a le droit de savoir ce qui s’y passe. Les banlieues doivent être nettoyées. Il faut enlever toutes les armes qui y circulent. À Marseille, quand des gens sont tués à la kalachnikov tous les quinze jours, ça ne choque plus personne… Dans le même temps, les personnes qui incarnent la République doivent montrer l’exemple. Quand on voit des Guéant, Sarkozy… passer leur temps devant les juges… Dans une société, il faut un équilibre si on ne veut pas que ce soit l’anarchie.

Pour vous, les terroristes ont un discours paradoxal…

Ils attaquent le seul pays d’Europe dans lequel il y a le plus grand nombre de musulmans et de mosquées,  en disant que ce pays est contraire à l’islam. Comment alors expliquer qu’autant de musulmans soient venus s’installer ici ?

Quel est le fonctionnement de la mosquée d’Uzès ? 

C’est une gestion en bon père de famille. Il n’y a jamais eu de problème car on se méfie de ceux qu’on ne connaît pas. À Uzès, il n’y a pas d’imam. Ce sont les anciens qui font les prêches. 

La mosquée d’Uzès va bientôt déménager pour intégrer un vaste centre culturel, construit par les fidèles, dans la même rue. Où en sont les travaux ?

Nous allons aménager le premier étage, où se trouveront les salles de prière et de classe. Les travaux devraient être terminés au printemps. Notre association tiendra son assemblée générale le 20 décembre. Je démissionnerai ce jour-là. Il est temps que je passe à autre chose, maintenant que notre nouveau lieu de culte est là. Reste à déterminer son mode de fonctionnement. Et à me trouver un successeur…

Propos recueillis par Christophe Gazzano (c.gazzano@riccobono.fr)

 


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide