Ce champ est invalide

La Cour des comptes pointe du doigt les ressources humaines

RSS

Tourisme


Le Conseil d’administration du Pont du Gard, sous la présidence de William Dumas, a reçu la presse locale pour commenter le rapport de la Chambre régionale des comptes. Une rencontre mêlant satisfaction face aux conclusions et déception face à leur interprétation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est dans une ambiance pour le moins tendue qu’a démarré la rencontre avec la presse, le jeudi 7 janvier. Même si le président de l’Établissement public du Site du Pont du Gard a cédé à la tradition des vœux, il a enchaîné avec la lecture d’une lettre de la Cour régionale des comptes (CRC) qui «regrette la publication dans la presse de ce rapport». En effet, «ce rapport a un caractère confidentiel qu’il vous revient de protéger jusqu’à sa communication à l’assemblée délibérante».

Fuites dans la presse

Deux médias locaux ont pourtant largement commenté le rapport le mercredi précédent et le jeudi matin, alors même qu’il n’avait pas encore été rendu public. «C’est d’autant plus dommage que ce rapport est public et que nous sommes prêts à le commenter aujourd’hui avec vous. À l’unanimité, les membres du conseil d’administration se sont félicités de sa teneur», a expliqué William Dumas. «J’assume pleinement toutes les décisions que j’ai pu prendre depuis 1994 que je suis la gestion du site».

Principal point de désaccord entre la chambre régionale des comptes et les responsables du site : la rémunération du personnel. La CRC estime en effet dans sa synthèse que «les dépenses de personnel progressent de 60 % sur la période (2008 à 2015) en raison de l’augmentation des effectifs de titulaires et de saisonniers. La mise en place d’une nouvelle grille de rémunération, d’une politique d’intéressement avantageuse et incorrectement calculée, ainsi que le versement de primes exceptionnelles y contribuent également, alors même que ne sont pas comptabilisées les rémunérations d’agents prises en charge directement par le Conseil général du Gard».

Le personnel félicité

À cette interprétation, William Dumas répond tout d’abord en remerciant «l’ensemble du personnel du site pour son implication et son engagement intégral pour le site. Lors des événements majeurs, tous, y compris le personnel administratif, est présent sur le site pour donner un coup de main et éviter l’embauche de personnel supplémentaire. Nombreux sont ceux qui ont des petits salaires. Ils ont unanimement accepté d’annualiser leur temps de travail pour nous permettre de sauvegarder tous les emplois. Notre chiffre d’affaires est en augmentation, il est normal qu’ils en bénéficient au travers de l’intéressement. 200 € par an et par salarié, ce n’est pas énorme et ils ne les toucheront pas cette année puisque le mode de calcul a été changé pour répondre aux attentes de la CRC». Le président du Pont regrette d’ailleurs la position de la CRC sur ce mode de calcul. «La CRC me dit qu’il ne faut pas tenir compte des 3,5 M€ de subventions dans le calcul de cet intéressement, mais je dois en tenir compte pour le calcul des impôts du Pont. Il y a là un côté deux poids, deux mesures qui me dérange».

Quant à la hausse de la masse salariale, elle s’explique aussi par la réintégration de services (sécurité, nettoyage...) «Cela fait du personnel en plus mais au final le coût est moins important que quand ces postes étaient externalisés à des sous-traitants».

Et la CRC elle-même reconnaît son erreur dans sa synthèse, à propos de ses conclusions concernant le salaire du directeur : «Le directeur de l’établissement, en position de détachement, est un agent contractuel de droit public. Les contrats successifs dont il bénéficie sont conçus pour lui assurer un déroulement de carrière comparable à celui d’un administrateur territorial occupant des emplois fonctionnels de plus en plus élevés». La chambre considère, après avoir débattu avec l’EPCC, «que la rémunération du directeur doit pouvoir être modulée en fonction des résultats obtenus par l’établissement dont la gestion est de nature industrielle et commerciale».

À propos des recommandations, William Dumas assure que tout est mis en œuvre pour y répondre, quand ce n’est pas d’ores et déjà le cas. Et de citer l’exemple du droit national qui s’applique en cas de désaccord avec un tour operator. «Sur 10 000 cars que nous accueillons chaque année, un seul contrat posait problème et il s’est achevé en 2014».

Pour ceux qui seraient intéressés, l’intégralité du rapport est disponible, ainsi que les réponses du Site du pont du Gard. Il suffit de consulter le site internet de la CRC, avec le lien suivant https://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Etablissement-de-cooperation-culturelle-EPCC-du-Pont-du-Gard-Gard 

Muriel Duny (redaction1.uzes@riccobono.fr)


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide