Ce champ est invalide

Une coopérative pour accélérer l'autonomie énergétique

RSS

Environnement


«Le financement global de la production d’énergie dépend des banques, cependant c’est notre épargne qui le permet. Nous avons le pouvoir de reprendre en main notre destin énergétique en décidant de cibler nos investissements pour le financement de la transition énergétique». 

Voilà en substance le message délivré par la jeune association Citre – créée en juillet 2015 – lors d’une présentation de ses actions à la Maison du Grand Site de Sainte-Anastasie, le 30 juin dernier. Citre signifie «Citoyens pour la Transition et la Reconversion Énergétique». L’association veut passer à la vitesse supérieure et devenir prochainement une coopérative, plus précisément une SCIC, société coopérative d’intérêt collectif, avec en ligne de mire l’autonomie énergétique en 2030 sur le territoire. 

Cette SCIC permettrait de favoriser l’ancrage local des projets, avec une finalité non spéculative et une gouvernance démocratique et transparente. Et «pour montrer que c’est possible», selon Lydie Pastre de Fos du Rau, déléguée à la coopérative au sein de Citre, un projet est déjà bien avancé à Sanilhac-Sagriès. Il s’agirait de réaliser une toiture photovoltaïque sur l’école du village, après diagnostic des besoins et étude de faisabilité. Le Pays Uzège-Pont du Gard pourrait financer ces études dans le cadre des crédits du fonds européen Leader. Ce premier projet à Sanilhac «doit être financé par les coopérateurs. Il a vocation à rassurer les futurs investisseurs», juge Lydie Pastre de Fos du Rau. Le maire de Sanilhac-Sagriès, Guy Crespy, dont l’épouse est la secrétaire de Citre, a expliqué sa démarche volontariste et citoyenne. «Ce serait beaucoup plus simple de passer par un installateur quelconque. Mais le choix du toit d’une école, qui mène un projet lié à l’écologie depuis des années, n’est pas un hasard. En tant que collectivité, on n’exclut pas de prendre des parts dans la coopérative».

Les membres de l’association, présidée par Denis Méjean, sont persuadés que le déclic de la transition doit venir des citoyens eux-mêmes. «Nous avons un territoire d’exception, mais beaucoup d’inertie institutionnelle», observe Nadja Flank, une adhérente. Cependant, le contexte est favorable à de telles initiatives, avec le SCoT (Schéma de cohérence territoriale) Uzège-Pont du Gard en cours de révision, le projet de Parc naturel régional, la loi de transition énergétique votée en 2015 ou encore le Plan Climat Air Énergie territorial que les intercommunalités de plus de 20 000 habitants devront appliquer dès 2018. 

La volonté de Citre est à l’avenir de faire un «système gagnant pour tous» en multipliant les projets avec des personnes morales ou physiques confiant leurs toitures ou leurs terrains et touchant un loyer pour cela, les associés investisseurs, la coopérative… Les projets prévus sont pour l’heure de taille modeste, avec une puissance de 9 kW crête. «Cela permet de placer intelligemment son argent, alors que l’épargne des particuliers dort sur des livrets». Le prix de rachat de l’électricité serait garanti, car négocié au préalable avec Enedis (ex ERDF).

Des collectivités se sont déjà montrées intéressées : Collias, Garrigues-Sainte-Eulalie, Sernhac, Sainte-Anastasie et le Syndicat mixte des Gorges du Gardon. La conseillère départementale Bérengère Noguier, présente ce soir-là, a évoqué l’idée que le Département puisse être acteur de la SCIC. Ses biens immobliers pourraient accueillir des projets photovoltaïques. Si la décision de passer officiellement en coopérative n’a pas été actée ce 30 juin à Sainte-Anastasie, la journée de la transition prévue nationalement le 24 septembre prochain pourrait en être l’occasion. Une fois la coopérative créée, les choses pourraient aller très vite, avec une adhésion des coopérateurs par collège, la constitution des comptes d’associés… Le début des travaux du toit photovoltaïque pourrait avoir lieu en novembre à Sanilhac, avant une mise en production dès janvier 2017.

Toutes les bonnes volontés, toutes les compétences sont les bienvenues pour rejoindre cette grande aventure et «mobiliser autour de choses différentes de ce qu’on nous impose là-haut», a annoncé Jacqueline Crespy, la secrétaire de Citre. Rien ne pourra se faire sans la «mobilisation des habitants pour une réelle dynamique en faveur de la transition énergétique».

Infos : www.citre-asso.org

Christophe Gazzano (c.gazzano@riccobono.fr)

 


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide