Ce champ est invalide

Soigner autrement

RSS

Santé


15/04/2019

La clinique de l’anxiété, située au mas Careiron est un institut spécialisé dans la prise en charge des troubles anxieux graves.

A la clinique de l’anxiété, les patients souffrant de troubles anxieux graves sont pris en charge par le biais de thérapies cognitives et comportementales, alternatives à une médecine médicamenteuse, selon le dispositif IACCA (Institut accompagnement cognitivo comportemental anxiété). 

Des résultats probants

Ces troubles ont une répercussion sur la qualité de vie du patient et persistent pendant plusieurs mois. La thérapie est appliquée sur une courte durée, pouvant aller jusqu’à dix ou douze séances. Situé au centre hospitalier du Mas Careiron, l’établissement  ouvert depuis quelques années est une unité intersectorielle qui reçoit entre 450 et 570 patients par an en moyenne, avec un renouvellement de 60 à 70%. «L’idée de l’unité est de proposer des solutions bien spécifiques autres que les médicaments et de diminuer les hospitalisations et les complications psychiatriques (dépression, addictions, suicide…), explique le médecin psychiatre Grégory Monnier. Je suis arrivé il y a cinq ans. J’étais déjà formé en EMDR (Eye movement desensitization and reprocessing c’est-à-dire désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires). Il y a eu une rencontre avec deux infirmiers et nous avons eu l’idée de créer cette unité.» 

Les patients souffrent de troubles anxieux comme par exemple des troubles obsessionnels compulsifs, des crises d’angoisse, de phobie sociale ou encore d’un état de stress post-traumatique. Également les troubles de la conduite alimentaire telles que l’anorexie et la boulimie. Des phobies bien spécifiques comme la phobie des oiseaux sont également soignées.

L’équipe pluriprofessionnelle applique donc une psychothérapie qui peut prendre diverses formes. «Des consultations se déroulent individuellement ou en groupe. La méthode est différente selon le patient», ajoute Marie Brittner médecin psychiatre à la clinique. Et les résultats sont plus que probants, notamment avec la méthode de l’hypnose Ericksonienne. «Nous n’avons aucun pouvoir. C’est une technique particulière. Elle fonctionne notamment sur les traumatismes et post-traumatismes. Et les résultats sont impressionnants», avance Jérôme Mazoyer infirmier thérapeute à la clinique de l’anxiété. Quelques séances peuvent dans certains cas suffire à effacer le trouble. «L’intérêt initial est de vérifier si les thérapies sont appropriées, nous répondons à un véritable besoin. Et puis c’est un service public avec une prise en charge du patient. Nous en avons qui viennent de tout le département», précise Jérôme Mazoyer. Les thérapies de groupe sont davantage portées sur la gestion du stress et l’affirmation de soi, entre autres. Depuis quatre ans, les médecins de la clinique de l’anxiété interviennent au lycée Gide auprès des terminales en organisant des ateliers sur la notion de stress.

Les patients sont adressés par les médecins, il convient de faire une demande par courrier. Alors que le délai d’attente était bien plus long il y a quelques années, il est actuellement de quinze jours. «Quand nous avons commencé, nous avons été victimes de notre succès. Nous priorisons les demandes. Nous avons également mis en place un système de fiche médicale pré remplie», conclut Grégory Monnier. 

Côté patientèle, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à consulter. 

Charlotte Frasson-Botton

 


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide