Ce champ est invalide

Agriculture

RSS

Dans l'actu


11 juillet 2019

Le ministre au chevet des sinistrés à Montfrin

Tout au sud de la Communauté de communes du Pont du Gard, Montfrin a particulièrement été touchée par les incendies de la fin du mois de juin. Défigurée, la commune fait aujourd’hui le bilan du sinistre, qui est notamment lourd pour l’agriculture... Des viticulteurs et arboriculteurs ont perdu tout ou partie de leur production en voyant leurs terrains ravagés par les flammes.

Vendredi 5 juillet, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume est venu constater les dégâts par lui même et tenter de rassurer les sinistrés. Annoncée la veille par la préfecture, la visite marathon du ministre prévoyait une première étape à Montfrin, avant de rejoindre Bouillargues puis Nîmes, où il a inauguré le Mas des agriculteurs, avant de passer l’après-midi dans l’Hérault.

Face à face prometteur

Après un accueil dans les règles à la cave coopérative de Montfrin, Didier Guillaume a traversé les vignes et cultures arboricoles brûlées, jusqu’au domaine du Mas Baudin. Entouré par de nombreux élus locaux il a échangé directement avec les agriculteurs. «Nous allons tout faire pour vous aider. Je peux vous assurer la solidarité de l’État». Il a annoncé l’organisation prochaine d’une réunion territoriale, «pour avancer rapidement», insistant sur l’importance de l’agriculture et son avenir : «Notre objectif est qu’aucun jeune agriculteur ne baisse les bras. L’année 2018 a connu un record d’installation, il faut que ça continue». 

« Nous sommes de plus en plus soumis à des événements exceptionnel. Il va falloir faire quelque chose pour les assurances », a pointé David Sève, président de la FDSEA (Fédération Départementale des Syndicats Exploitants Agricoles) du Gard. « Je sais qu’elles sont trop chères et que certains ne peuvent pas payer, a consenti le ministre. Nous aurons de plus en plus d’aléas climatiques, nous devons travailler là-dessus. Un calendrier a été fixé. Dans six mois, nous ferons un point. C’est le moment de décider si nous voulons être complices de la fin de l’agriculture ! ».

David Sève a notamment demandé un arrêté de catastrophe naturel rapide. « C’est acquis », a répondu Didier Guillaume.  Le président de la FDSEA a aussi attiré l’attention sur les cultures victimes de coup de chaud : « Il faut un classement en calamité agricole ! Le feu est une chose, l’échaudage a encore plus de conséquences ». Des réflexions toutes partagées par le ministre, qui est désormais attendu sur sa réactivité.

Mathilde Roux


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide