Ce champ est invalide

Un Village des marques, bientôt aux portes d'Uzès ?

RSS

Dans l'actu


Pour lutter contre l’évasion commerciale et donner une nouvelle impulsion économique au territoire, la Communauté de communes du Pont du Gard travaille, depuis deux ans déjà, sur l’implantation d’un Village des marques sur Fournès.

Le Village des marques est la troisième génération des magasins d'usine. En France, en 2011, on dénombrait 21 Villages des marques, pour une surface commerciale totale de 285 000 m2, selon l'Observatoire européen des centres de marques et magasins d'usine. Une trentaine de projets sont à l'étude.

Celui de Fournès est porté par Advantail, qui se présente comme « l'unique opérateur indépendant des centres de marques ». On lui doit l'ouverture du Nailloux Fashion Village, près de Toulouse, l'année dernière. Le projet, « axé sur la vente de produits hors cours ou de saisons antérieures, à prix minoré de 30 % », en majorité des vêtements, se veut ambitieux. Son implantation est prévue sur la zone de la Pale, juste à la sortie de l'autoroute A9.

Le Village s'étendra sur 24 965 m2 (réalisé en deux phases : 17 230 m2 puis 7 465 m2). « Énorme atout, le site est susceptible d'attirer les touristes de passage, en route vers le Sud-Est de l'Europe, mais aussi ceux qui sont en visite dans le Gard, territoire aux nombreux attraits touristiques », note-t-on dans le dossier de présentation. Dans le détail, 110 cellules ou boutiques de prêt-à-porter sont prévues (dont 11 sur une surface comprise entre 300 et 700 m2), des espaces de restauration régionaux, un espace de 300 m2 avec Office de tourisme et galerie de promotion du savoir-faire régional, un espace culturel de 800 m2 en partenariat avec un acteur du tourisme culturel, 1  370 places de parking, 3,3 hectares d'espaces verts et de bassins... Fréquentation estimée : plus de 1,7 million de visiteurs par an. Soit autant que pour le site du Pont du Gard.

La concrétisation du projet entraînerait un solde positif de 405 emplois (en équivalent temps plein), chantier non compris (305 emplois). « Les emplois à pourvoir sont essentiellement des emplois de vendeurs spécialisés et d'employés de magasin. Ils appartiennent ainsi aux catégories dont le chômage est particulièrement important : emplois de jeunes, emplois peu qualifiés, emplois féminins. En 2008, 12 % des actifs du canton de Remoulins sont au chômage, soit 533 habitants », annonce le dossier. Le promoteur, optimiste, table sur une ouverture en juin 2014. Mais de nombreux points restent à régler, comme la mise en compatibilité du projet avec les dispositions du SCoT (Schéma de cohérence territoriale) Uzège-Pont du Gard. À l'heure actuelle, son PADD (Projet d'aménagement et de développement durable) préconise de limiter « au strict nécessaire la création de nouveaux pôles de grande distribution, en requalifiant l'existant et en concentrant le développement commercial dans les zones existantes ».

Pas facile

Et dans les faits, les exemples récents montrent que l'ouverture d'un Village des marques n'est jamais chose aisée. À Montpellier, l'ouverture d'un Marques Avenue de 86 enseignes a été mise entre parenthèses, suite à un désaccord politique entre la mairie et feu le président de Région Georges Frêche. À Millau, dans l'Aveyron, l'ouverture du Village des marques de La Cavalerie s'est opposée à une fin de non-recevoir de la justice, obligeant le promoteur à revoir sa copie. L'ouverture est finalement prévue pour 2013, soit sept ans après l'annonce de son implantation. Une trentaine de recours avait été déposée par les associations de commerçants, les mairies et les chambres consulaires.

À Uzès, les commerçants uzétiens opposés au projet se sont réunis au sein d'un collectif baptisé Uzès doit continuer de vivre. La Chambre de commerce et d'industrie de Nîmes a été la première à donner son avis public sur le projet. Un avis négatif car, selon elle, "l'intérêt général du projet n'est pas démontré". La Communauté de communes du Pont du Gard y voit elle, au contraire, une opportunité unique pour le territoire, en raison des retombées économiques que le projet représente.

Un peu moins d'un mois après la fin de l'enquête publique, le commissaire enquêteur a donné son feu vert au projet, avec quelques réserves, notamment sa mise en conformité avec les documents d'urbanisme existants. Son avis n'est que consultatif mais déjà la Communaute de communes du Pont du Gard savoure cette première victoire et espère obtenir l'aval de la Commission départementale d'aménagement commercial. Le dossier du Village des marques de Fournès doit y être étudié d'ici la fin de l'année. À l'heure actuelle, le projet de Fournès est au coude à coude avec un autre projet situé à Miramas, dans les Bouches-du-Rhône. Seul un des deux devrait voir le jour... 

Christophe Gazzano


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide