Ce champ est invalide

Ces entreprises de classe mondiale (1/4) : Haribo

RSS

Savoir-Faire


«Si Haribo se porte bien, Uzès se porte bien ». Jean-Philippe André, président du directoire d'Haribo Ricqlès Zan était présent à l'usine d'Uzès au début de l'automne pour fêter les 45 ans de la marque en France. Et, selon lui, le bonbon ne s'est jamais aussi bien porté. « Haribo est une société en très bonne santé. Les ventes augmentent. Nous nous acheminons cette année vers une production record ».

Le leader mondial du bonbon compte 16 usines en Europe, dont deux en France : Uzès et Marseille. Haribo Uzès est le premier employeur privé de la ville, avec 350 emplois permanents, sans compter les intérimaires et les sous-traitants. Le site fonctionne tous les jours, sauf le week-end, matin et après-midi, plus une partie de la nuit.

Depuis le XIXe siècle

Uzès et le bonbon, c'est une longue histoire, qui remonte au XIXe siècle. Haribo a racheté en 1987 la réglisserie Ricqlès Zan. Le personnel de la réglisserie voisine de Moussac a été intégré à Uzès. L'arrivée d'Haribo a permis de créer une nouvelle dynamique sur le site uzétien, qui était en perte de vitesse à la fin des années 80.
À sa tête depuis 2004, on retrouve Pierre Blimond, le directeur d'exploitation. « Je fais partie du groupe depuis 1995 », explique-t-il.

Chaque année, 22 000 tonnes de bonbons sont produits sur le site de Pont-des-Charrettes. Entre 90 et 120 tonnes sortent des machines quotidiennement et sont réparties sur 280 palettes. Les marchandises sont acheminées vers deux destinations : le dépôt d'Uzès (situé à l'entrée de l'usine) et un autre à Sorgues, qui a été ouvert récemment. Le premier est destiné aux circuits longs, tandis que le second est pour la grande distribution. Cette partie est sous-traitée depuis quatre ans. « La logistique devient de plus en plus un métier à part entière ».

Fabriquer un bonbon peut prendre quelques heures (pour le plus simple : le petit rouleau de réglisse), ou jusqu'à dix jours, pour les plus élaborés comme les Dragibus. Ce sont des produits qui nécessitent des temps de repos.
Six familles de bonbons sont fabriquées à Uzès : les dragées tendres et dures (produit majeur avec par exemple le Dragibus et le Dragibus Soft, qui représentent 50 % de la production à Uzès), les gélifiés (traditionnels comme les nounours et aérés ; c'est le cas des fraises Tagada par exemple), la guimauve (Chamallow) et la réglisse dure (produit « historique », comme le Pain Zan, mais de moins en moins consommé).

Et la sixième famille ? Il ne s'agit pas de bonbons, mais d'alcool de menthe, qu'Uzès produit pour le marché asiatique essentiellement. « Plus de dix millions de flacons sont conçus chaque année ici, explique le directeur d'exploitation, Pierre Blimond. Les Asiatiques s'en servent comme cosmétiques  ». Les dragées tendres et dures, la guimauve ou l'alcool de menthe sont conçus exclusivement à Uzès. Pour Gilbert Bec, directeur industriel d'Haribo : « la chance d'Uzès, c'est de faire des produits très spécifiques ». « C'est un gage de pérennité », précise Pierre Blimond.

Et c'est sur ce même site qu'un processus industrialisé de coloration et d'enrobage de la célèbre fraise Tagada a vu le jour. « Tout le groupe en a bénéficié ensuite ». Tout comme la technique de dragification, qui a connu des innovations récentes.

Laboratoire d'idées

Laboratoire d'idées, Haribo Uzès a conçu le premier Musée du Bonbon de la marque, qui s'accompagne d'une boutique. « C'est le gros succès de l'exposition organisée durant l'été 1991 à l'ancien Évêché (« Mémoires d'un bout de Zan, la réglisse dans le Gard ») qui a donné l'idée », rapporte Pierre Blimond. Aujourd'hui, le musée accueille 300 000 visiteurs annuels. « C'est une grande vitrine marketing ». Face à cet engouement, le groupe a créé un autre musée à Bonn, en Allemagne et quatre autres boutiques de bonbons ont ouvert en France (Marseille, Toulouse, Troyes et Roubaix).

L'entreprise est impliquée dans la vie locale. Elle donne des bonbons dans les milieux associatifs, scolaires et humanitaires. Haribo Uzès est membre du Club des entrepreneurs du Pays Uzège Pont-du-Gard. Et, depuis un an, le Musée du bonbon propose un atelier destiné aux élèves du territoire pour leur expliquer de quoi est composé un bonbon.

Avec le rachat de la réglisserie d'Uzès, Haribo a apporté son savoir-faire, en profitant en même temps d'une expérience présente sur le secteur. Mais n'y a-t-il que des points positifs à cette implantation uzétienne ? Pour Pierre Blimond : « ce n'est pas toujours facile d'être une usine à la campagne. Il peut y avoir des difficultés à conjuguer un milieu industriel, pourtant extrêmement exigeant en matière environnementale, avec une minorité de riverains tournés vers leurs simples intérêts... ». Il pense à la procédure judiciaire, toujours en cours, enclenchée par des habitants il y a six ans. « Une minorité se plaint des nuisances. Le site de Marseille n'a pas ces problèmes. Mais arriver à zéro bruit, zéro odeur et zéro impact, c'est impossible ».
Pas question pour le moment de quitter Pont-des-Charrettes. Haribo Uzès croit en l'avenir : les parts de marché croissent et une nouvelle turbine va être acquise en 2013, pour développer encore la dragification. Pierre Blimond se montre rassurant : « On ne peut être qu'optimiste pour l'avenir du site d'Uzès, tout en restant évidemment vigilant. Mais comme doit l'être toute entreprise ».
Christophe Gazzano

À noter que France 5, dans le cadre de son émission "C'est notre affaire", va s'intéresser au marché du bonbon et au site d'Uzès. Diffusion le mercredi 26 décembre à 22h10.


Commentaires

12/01/2015 » Souvenir, Bon Souvenir
Auteur : Eliette Tondut
Ma mere travaillait a l'usine a Uzes et ensuite de 1968 a 1977 moi aussi j'etais ouvriere a l'usine de Moussac et maintenant je viens prendre des bonbons avec mes petites filles, j'adore l'odeur. Passez le BONJOUR svp a ceux que je connais encore je pense qu'IL en reste un ou deux MERCI Eliette Tondut St Dezery 30
26/12/2012 » recrutement
Auteur : Mr BENHOMMANE
Bonjour,j'ai vu le reportage sur votre usine.Je voulais savoir si vous recrutez en ce moment.Merci cordialement.

Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide