Ce champ est invalide

Quel avenir pour la médiathèque d'Uzès ?

RSS

Culture


Cet été, l’actuelle directrice de la Médiathèque d’Uzès, Annie Auberlet, va partir à la retraite. Son remplacement pose de nouvelles questions concernant la gestion de la médiathèque. Le maire d’Uzès n’a jamais caché son souhait de transférer cette dernière à la Communauté de communes, que ce soit de l’Uzège ou du Pays d’Uzès. Ce qui impliquerait un profond changement organisationnel. Pour l’heure, personne ne sait ce qui attend les employés de la médiathèque. 

 

«Je suis bien embarrassée. On parle du recrutement d'un fonctionnaire de classe A pour me remplacer, mais on ne dit pas si cette personne se chargera de la transition de la mairie d'Uzès à la Communauté de communes ». Annie Auberlet est un peu perdue, et tout le personnel de la médiathèque avec. Et pour cause.

Des inquiétudes légitimes

Étant déjà passé de 11 à 10 après le départ de Mireille Vallat, alors directrice, en 2010, voilà qu'Annie, qui supportait la charge de deux postes (directrice et directrice adjointe) s'en va à son tour en 2013.
Son métier, c'est une passion. Elle a toujours mis un point d'honneur à « attirer l'attention sur la richesse de notre fonds ». Mais aussi à s'investir personnellement sur le volet culturel et sur la qualité des expositions, insistant sur le rapport humain. « Je ne suis pas malheureuse de partir, car c'était quelque chose de très lourd. Mais je suis inquiète concernant l'avenir de la médiathèque », reconnaît-elle.

Thierry de Seguins-Cohorn, adjoint au maire, a annoncé dernièrement que le nouveau directeur serait opérationnel en septembre. « Je vais partir en vacances en juillet », rappelle-t-elle. La médiathèque ferme toujours au mois d'août. Que va-t-il se passer en septembre ? « Je n'ai pas l'impression que la mairie a mesuré l'ampleur du travail ».

Une médiathèque intercommunale ?

Jean-Luc Chapon, le maire d'Uzès, n'a jamais caché son souhait de transférer la compétence « médiathèque » à la Communauté de communes. Il s'appuie sur un chiffre : 53 % des usagers de la médiathèque viennent des villages alentour. Mais jusque-là, l'ancienne Communauté de communes n'a pas été favorable à son appel.
Aujourd'hui encore, la Ville d'Uzès assume seule la charge financière de la médiathèque, soit un peu plus de 430 000 €. Sans doute plus pour très longtemps.

« Sur le volet financier, c'est vrai que la moitié du public vient de l'Uzège, mais il ne faut pas fonctionner à court terme. Quel avantage aurait la Communauté de communes à prendre en charge la médiathèque si ce n'est de payer davantage ?, souligne Annie Auberlet. Il faut une organisation en réseau. Et sur ce point, il y a une réflexion à mener et un gros travail d'organisation ». 

À l'heure où le nombre d'inscrits baisse régulièrement - « c'est le sort de toutes les médiathèques » - se pose aussi la question du numérique. « Il ne faut pas rater ce tournant du numérique, dit-elle, car il implique une profonde mutation des médiathèques. Je voudrais que mon successeur soit tourné vers le numérique. Mais, même si nous avions les moyens financiers d'acheter toutes les nouveautés, l'emprunt ne pourrait lutter face aux téléchargements ».
Annie sait bien que désormais, l'avenir de la médiathèque se jouera sans elle. Les réunions, les rendez-vous, l'organisation des plannings, tout cela sera derrière elle. Pour sa retraite, elle compte « s'investir dans la culture, mais d'une autre manière ».
Aurélia Simonin

(Article paru dans Le Républicain n°3420, du 11 avril 2013)


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide