Ce champ est invalide

Communauté de communes du Pont du Gard : les questions diverses animent les débats

RSS

Politique


Réunis en conseil communautaire lundi 15 juillet, les élus du Pont du Gard ont longuement débattu autour des questions diverses. En complément de l'article à paraître dans Le Républicain jeudi 18 juillet, voici le détail de deux d'entre elles.

• Future représentation des communes au sein du conseil communautaire.- Le conseil a déjà voté le principe d'une majoration, qui permettra au conseil de compter 41 élus, au lieu des 33 prévus par la loi. De même, il y aura 12 vice-présidents au lieu des neuf prévus.

Mais comme l'a expliqué le président Gérard Pédro, « les maires de petites communes se sont ému que leur représentation soit bloquée à un et nous ont demandé d'étudier ce que la loi permet ».
Or, la loi préconise de prendre en compte le poids démographique de chaque commune, sans plus de précision. Gérard Pédro a donc suggéré que les petites communes aient au moins deux délégués, ce qui aurait pour effet direct de réduire le nombre de réprésentants des quatre plus grosses communes du territoire. Aramon compterait alors cinq délégués (contre sept), Montfrin, quatre délégués (contre six) et trois délégués chacun pour Meynes et Remoulins (contre quatre).

« On nous fait délibérer sur un projet et quelques semaines plus tard, on revient dessus, a pesté un élu d'Aramon. On passe pour quoi, pour des imbéciles ? ».
Ce nouveau projet de répartition devra faire l'objet d'un vote au sein de chaque conseil municipal. Les élus des grosses communes ont fait valoir la difficulté d'expliquer à leur administrés qu'ils allaient finalement se retrouver avec moins de voix au sein du conseil communautaire. « Alors que pour les petites communes, l'inverse est plus facile à justifier ».

Justement, une élue d'une petite commune, le maire d'Éstezargues, Martine Laguerie, a tenté de justifier ce revirement. « Nous avons découvert très tardivement qu'une autre solution était possible. Avec la répartition prévue, l'idée de départ de l'intercommunalité qui était pratiquement d'une voix par village risque d'être perdue. Cela nous paraît étrange que les petites communes passent de 50 % à 25 % de représentativité. On aurait dû en parler plus fort, plus tôt... ».

"La Communauté de communes s'est drôlement politisée"

 

Le maire de Meynes, Gérard Blanc, a pointé un risque, avec le changement de mode de scrutin de certaines communes, comme la sienne, aux prochaines municipales (liste bloquée paritaire) : « sur les trois délégués de Meynes, il y en aura certainement un de l'opposition, qui ne votera peut-être pas comme les autres élus de son village. Cela fera encore de la représentation en moins... ».
Pour Martine Grasset, déléguée d'Aramon et... membre de l'opposition municipale : « la Communauté de communes s'est drôlement politisée depuis sa création. Si on se positionnait au niveau de l'intérêt général, on avancerait différemment ».

Un constat que ne partage pas le président Gérard Pédro, qui préfère rester optimiste : « Je vous trouve bien sévères ! Il ne faut pas croire que ça va être la guerre des tranchées parce qu'il y aura l'opposition ».
La voix de la raison est venue du maire de Domazan, Francis Fabre : « si on était resté sur le chiffre de 33 élus, nous n'aurions pas ces discussions aujourd'hui... ».
Le nouveau principe de représentativité sera adopté à condition qu'il soit voté à la majorité qualifiée par l'ensemble des communes.

• Motion sur le Pont du Gard.- Sur proposition du vice-président en charge du tourisme, Raymond Aparis, le conseil a adopté une motion pour réclamer le retour de la gratuité pour les piétons et les cyclistes sur le site du Pont du Gard. Un élu de Théziers a voté contre, tandis que deux autres se sont abstenus. Cette motion sera assortie d'une demande de rétablissement du dialogue entre les élus et le site antique.
Le délégué de Comps, Didier Vignolles, a fait part de son inquiétude, suite à sa rencontre avec le président de l'Établissement Public de Coopération culturelle du Pont du Gard, William Dumas et son directeur, Paolo Toeschi. « Pour le vélo, c'est encore plus grave que ce que je ne pensais. Ils craignent que le Pont ne devienne une « autoroute à vélos », c'est le terme qui a été employé ».
Les élus redoutent qu'avec la fin de la gratuité, le projet de voie verte, qui doit emprunter le Pont du Gard, ne passe à la trappe. Pour Gérard Pédro, « La gestion de l'EPCC a quand même des aspects positifs. Il est réducteur de la ramener à l'épisode de cette année. Ce n'est pas comme ça qu'on améliorera les relations. Le label Grand Site de France du Pont du Gard génère beaucoup de contraintes. D'ici à ce que la voie verte soit faite, malheureusement ou heureusement, beaucoup de choses auront changé ».
Une nouvelle rencontre entre la direction du site et les élus de la Communauté de communes du Pont du Gard pourrait avoir lieu prochainement.

Christophe Gazzano


Commentaires

20/08/2013 » pont du gard
Auteur : mozart
ils ont raison de faire payer les velos et les peitons pour le pont du gard
16/07/2013 » A quand la gratuité au Castellas ?
Auteur : Belle des champs
De quel droit le Pont du Gard devrait offir la gratuité à la planète entière et pas le Castellas à ses clients ? Ou même la commune de Collias, que dirige M. Aparis, qui profite bien de la mane touristique l'été pour faire payer un parking, en plus de la location de canoë à 50 euros pour un couple ? Où est la légitimté de ces personnes pour mettre en cause la gestion de ce site, qui attire des touristes par centaine de milliers sur le territoire toute l'année ? En plus, je tire mon chapeau au Pont du Gard pour tous ces magnifiques événements : les Fééries, Lives, c'était tout simplement génial !... Toutes ces personnes qui crachent dans la soupe égoïstement et qui n'ont qu'une envie c'est de permettre à leurs propres clients de venir gratuitement profiter d'un site unique dans le monde, et qui au final compromettent les emplois, l'économie toute entière et ces grands événements qui constituent l'unique vitrine de notre territoire ... je dis juste que c'est honteux ! Il faudrait vraiment que ces personnes trouvent d'autres combat et d'autre bouc émissaire ...
16/07/2013 » REGLEMENT DE COMPTE
Auteur : jean TOUPET
Ce jeanyves Greal apres avoir mis dehors de son association mon ami claude Larnac continue maintenant a mettre la panique et a manipuler les élus Il se sert de la voie verte pour regler ces affaires personnelles avec les agents du pont du gard dont des syndicalistes que je connais.C'est sur lui est a la retraitre et n'a rien a perdre ce qui est pas le cas des travailleurs du pont.Et ces élus il n'y a qu'eux pour ne pas voir la réalité :sans le pont il n'aurait ni culture ni communication a ce niveau la!Il faut regarder la réalité en face Des emmissions de tele comme il y a eu toutes semaines sont bien plus efficaces que ces réunions d'ou il ne sort rien Mais malheureusement a mon age plus rien ne m'etonne
16/07/2013 » Le PONT du Gard.
Auteur : Pautex. Henri
Stupéfaction d'un viel Usétien apprenant cette polémique sur le Pont du Gard. L'argent sous toutes ses formes, tous les prétextes imparables, dont le plus sensible est la défense de l'emploi, avec aussi celui de la provenance de l'eau des sources, objet de la contruction de ce chef d'œuvre qui appartient à tous. En suivant ces raisonnements jusqu'au bout, ce sont tous les vestiges de notre passé qui vont devenir monnayables. Nous sommes devant une situation de forces contre lesquelles nous ne pouvons pas lutter.Inéluctable .

Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide