Ce champ est invalide

Foot : un tournant pour l'Entente

RSS

Sport


Tout va très vite à l'Entente ces temps-ci. Alors que son équipe première a du mal à sortir la tête de l'eau en championnat, le nouveau président du club local de football change son fusil d'épaule en cours de route et opère de grands bouleversements. Retour sur ce remaniement.

 

Pour la première fois de son histoire, l'Entente Uzès/Pont du Gard a mis un pied en division National et, parallèlement, semble en souffrir terriblement. Si, sur le site internet de l'Entente, c'est le calme plat, en coulisses, ces dernières semaines, les informations fusent et s'entrechoquent concernant l'organisation interne du club.

Une semaine après la démission du président du comité directeur, c'est le chargé de la communication du club qui, il y a quelques jours, a annoncé son départ.
Dans la foulée, on apprenait que l'entraîneur de l'équipe première, Samuel Cruz, au club depuis huit ans, avait été remercié par le nouveau président, Patrick Laisne de la Couronne, et remplacé au pied levé par Christian Larièpe, 54 ans.

Cet ancien directeur technique à Nantes, entraîneur de l'équipe réserve de l'OM et responsable du centre de formation du Dynamo Moscou devra aider l'équipe fanion à relever la tête en championnat. Car c'est bien là, la source du mal qui touche l'Entente.
« Aujourd'hui, malheureusement, nous sommes relégables, souligne Patrick Liasne de la Couronne, qui n'a jamais caché viser la Ligue 2, nous avons encaissé beaucoup de buts et avons été éliminés au premier tour de la coupe de France. Compte-tenu de tout ça, j'étais obligé de prendre des décisions », justifie-t-il.

Logique d'entreprise pour certains, climat détérioré pour d'autres, les motifs de désaccords s'accumulent.
« Je ne comprenais plus la politique menée au club depuis le décès du président fondateur, explique un ancien membre du comité directeur. Le mot club familial n'a plus aucun sens. Il n'y a plus la confiance qu'il y avait avant, on a rayé l'intégralité du passé, reproche-t-il. Mais ne faut-il pas se retourner de temps en temps ? ».

Après sept ans et demi de bénévolat, il « ne se reconnaîs plus dans cet état d'esprit », notamment en ce qui concerne la gestion du club. « Peut-être suis-je resté dans mon monde amateur, je peux me tromper. Mais j'aurai tiré la sonnette d'alarme ».

Plus évasif, l'ex responsable de la communication, Guy Adam, évoque des changements de « responsabilités et de missions » comme motif de désaccord, puis de départ.
Pour l'ancien coach, Samuel Cruz, la page est plus difficile à tourner. Une semaine après son «remerciement», il est toujours en attente d'un recommandé régularisant sa situation. « Ça fait mal, mais c'est le poste qui veut ça », dit-il un peu fataliste. Lui qui a participé au développement du club et à l'accession en National ne cache pas son « désaccord sur certaines décisions. Pour moi, le club, ce n'est pas lui (le nouveau président, ndlr).Le temps nous dira si c'est un bon choix pour le club, ce n'est pas sûr ». Après quatre années intensives, Samuel Cruz veut s'accorder un peu de temps pour profiter de sa famille, avant de renouer avec le milieu du sport.
« J'aurais aimé que cela se passe autrement, assume Patrick Laisne de la Couronne. Mais on ne peut pas être à la fois un club familial et un club professionnel (il faut payer tout le monde à la fin du mois) ».
Le week-end dernier, l'Entente a fait match nul, 1 but partout, sur la pelouse de Bourg Peronnas.
Aurélia Simonin  


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide