Ce champ est invalide

Pour l'amour des "deudeuches"

Uzégeois d’adoption, Jean-Claude Bourdier a fait renaître le club local d’amateurs de 2 CV l’année dernière. De nombreux rendez-vous vont ponctuer cette 2e saison de l’association, avec des expositions régulières à Uzès et des balades dans le terroir.

 

Voyez, on a désormais notre place dans 2 CV Mag et Deuche Magazine». Sourire aux lèvres,  Jean-Claude Bourdier montre du doigt l’encadré qui annonce les prochains rendez-vous du jeune 2 CV Club de l’Uzège. «Un groupe d’amateurs existait à Uzès jusqu’à la fin des années 1990», précise-t-il. Cette association n’étant plus active à son arrivée, le nouvel enfant du pays a repris le flambeau pour réunir les férus de «deudeuche» autour d’un projet commun.

«Ma démarche a été simple : dès que j’apercevais une 2 CV à Uzès, j’allais discuter avec son propriétaire ou je laissais un dépliant sur le pare-brise», se rappelle le président de la nouvelle structure. Si bien qu’en octobre 2014, le 2 CV Club de l’Uzège était inauguré avec une vingtaine d’adhérents. «Nous sommes désormais 27 membres actifs, commente Jean-Claude Bourdier. Sans compter les bienfaiteurs, nos partenaires, comme le Crédit Mutuel, qui prend en charge la logistique lorsqu’on organise des piques-niques».

Amateur depuis 1964

Jean-Claude Bourdier n’en est pas à sa première 2 CV. «Ç’a été la voiture de mes débuts, raconte-t-il. J’en ai eu une en 1964, juste après l’obtention de mon permis de conduire.  Une très belle auto à l’époque !». Assez vite, la populaire Citröen a laissé place à une Renault 8 Gordini dans son garage. Mais il s’en offre une deuxième, trente ans plus tard. 

Occupé par un poste à responsabilités à Lyon, Jean-Claude Bourdier attend l’âge de la retraite pour réellement consacrer du temps à cette marotte. Devant sa villa de Saint-Maximin, deux modèles de 2 CV aux couleurs criardes sont alignées en évidence. «La verte est sortie de l’usine en 1974, je l’ai trouvée en 2012 avec pas mal de rouille.» Un coup de peinture et une réfection intérieure plus tard, elle était prête pour les meetings. «Dans deux mois je pars en Espagne pour participer au Raid des contrebandiers : cette fois-ci je prendrai la rouge.» Celle-ci date de 1978 : un modèle 2 CV conçu pour la compétition, avec des sièges baquets et un encombrement minimal. La voiture est bariolée d’autocollants qui attestent son passage au Brésil, en Mongolie et en Chine. «J’ai encore trouvé un moyen de réduire le poids de la voiture, glisse Jean-Claude Bourdier à son ami Julien Hurard, lui aussi propriétaire d’une 2 CV. Je vais percer des trous dans la partie intérieure des portes, de façon à gagner au moins un kilo». 

Sous le capot, les équipements sont plus fournis que dans une 2 CV classique : bobine, régulateur et ventilateur sont présents en double exemplaire. La préoccupation de Jean-Claude Bourdier est maintenant de «trouver une remorque» pour acheminer cette  2 CV qui fait sa fierté. «Avoir une 2 CV est un art de vivre et cet état d’esprit particulier n’a jamais disparu. Aujourd’hui encore mes petits-enfants se régalent lorsque je les emmène en balade !» Le partage intergénérationnel est pour lui un aspect important de cette passion. «Dans l’association, les membres sont pour moitié des retraités, comme moi. Les autres sont de jeunes actifs. Du coup, les savoirs en mécanique se transmettent».

Établir un réseau d’entraide 

«Comme dans bien des familles, mon père possédait une 2 CV», renchérit Julien Hurard, artisan torréfacteur à Uzès. Lui vient de s’offrir un modèle de 1978, qu’il utilise pour ses livraisons. «C’est aussi un beau support publicitaire, assure-t-il. La 2 CV fait toujours sourire les gens et, pour les étrangers, c’est la voiture française par excellence».  Bleu à l’origine, le véhicule est désormais floqué aux couleurs de l’Atelier du café.  «J’ai trouvé cette 2 CV grâce à Oscar, un autre adhérent du Club», précise l’Uzétien.

«C’est précisément ce type d’échanges que nous voulons susciter, reprend Jean-Claude Bourdier. La recherche de pièces détachées se fait souvent par le bouche-à-oreille. Et lorsque quelqu’un a un souci mécanique, il est rare qu’un autre amateur ne puisse le guider». Lorsqu’il a créé le club uzégeois, il avait en tête de créer un réseau d’entraide. «L’idée est d’impliquer les adhérents de manière régulière, avec peut-être moins de sorties  que l’an dernier mais plus de rassemblements locaux, annonce le deuchiste. Dans la mesure du possible, nous exposerons chaque mois sur l’Esplanade face à La Poste. Et pourquoi pas mettre en place, une fois par an, une bourse d’échange pour les pièces détachées ?» 

Ce projet, il envisage de le mener en collaboration avec d’autres amateurs de voitures anciennes. «Ce serait bien d’avoir aussi des Méhari, des Dyane et des TUB, voire d’autres marques de véhicules.». La saison hivernale approche et les membres du 2 CV Club le savent : il sera compliqué de bricoler en extérieur. «On cherche un local fermé qui pourrait être disponible ponctuellement pendant l’hiver, gratuitement dans la mesure du possible». 

La passion des 2CV a un coût. «On trouve des épaves à 2 500 € ! », lance Julien Hurard. Les prix peuvent grimper à 10 000 € selon l’état, et encore plus pour les séries limitées. «On a différents profils de collectionneurs, plus ou moins fortunés, tempère Jean-Claude Bourdier. Quand on se retrouve, c’est cette passion qui nous rassemble. Tout le monde est à égalité avec sa 2 CV, peu importe le budget qu’on y consacre». Lancée l’an dernier, la formule «2 CV Vins et Terroirs de l’Uzège» est renouvelée. Il a fallu s’adapter pour la première édition : «En raison des vendanges, c’est un brasseur de bière qui nous accueillera. L’important est que cette balade permette de promouvoir une production locale.» Deux parcours œnologiques seront tout de même organisés d’ici la fin de l’année. 

Meeting national à nîmes en 2017

Jean-Claude Bourdier aimerait donner de la visibilité au collectif qu’il a impulsé. «Nous avons déjà en tête les événements de 2017, confie-t-il. Le 2 CV Club de France a désigné Nîmes pour recevoir le rassemblement national cette année-là.» Enthousiaste à l’idée d’amener sa touche à l’organisation de cet événement-phare (3 500 2 CV ont participé à l’édition 2015, à La Rochelle), il imagine déjà quels circuits proposer, quels partenaires solliciter et comment mobiliser suffisamment de bénévoles.

D’autres étapes importantes attendent le 2 CV Club avant cette échéance. Début décembre par exemple, les adhérents seront mobilisés pour le Téléthon en organisant des balades en 2 CV. « On fixera un prix libre cette année : on verra bien ce que les gens donneront », précise Jean-Claude Bourdier, qui regrette un peu le succès mitigé de l’opération l’année passée.

Infos : http://jcbourdier.wix.com/2cvclubuzege ou 06 51 73 06 40.

Quentin Germain (redaction2.uzes@riccobono.fr)

 


Commentaires

07/01/2016 » Accadiane
Auteur : Boyer lisette
Bonjour, J ai jrs aimé la deucd! J ai acheté récemment une accadiane par plaisir,en état de marche,mais avec quelques défauts. Pouvez vous m orienter vers une association pour me conseiller afin de donner à cette demoiselle des éclats de jeunesses. Merci.j habite Beaucaire. Cordialement madame Boyer lisette

Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide