Ce champ est invalide

L'art des belles histoires

Pierre Chavagné a publié "Les Duellistes" aux éditions Albin Michel. Il s’inspire de faits réels romancés.

S'offrir la liberté de raconter une histoire tout en se basant su r des événements historiques et un contexte réel, voilà le défi qu’a brillamment relevé Pierre Chavagné dans son dernier roman. «J’ai choisi de parler des duellistes à l’époque où Richelieu interdisait ces derniers. Ainsi, je m’intéresse à l’histoire de François de Montmorency-Bouteville. Cet homme a mené 22 duels entre 1624 et 1627, uniquement pour le challenge sportif... Il voulait combattre les meilleurs bretteurs.  Même si c’était interdit. Il a été plusieurs fois condamné à mort et gracié par le Roi, qui avait de l’affection pour cet illustre combattant qui s’était illustré à maintes reprises lors des guerres précédentes». En effet, François de Montmorency-Bouteville a servi avec éclat sous Louis XIII aux sièges de Saint-Jean-d’Angély, de Montauban, de Royan et de Montpellier, pour écraser la révolte huguenote.

Toutefois, il conduira un duel de trop. Et sera une nouvelle fois condamné à mort, en tant que récidiviste. Le 21 juin 1627,  le cardinal de Richelieu, s’adressant au roi, résuma la situation dans la célèbre alternative suivante : «Sire, il est question de couper la gorge aux duels, ou bien de couper la gorge aux lois de Votre Majesté». Montmorency fut décapités, en place de Grève, le lendemain, 22 juin 1627.

Mais plutôt que de rédiger une biographie traditionnelle, Pierre Chavagné a préféré raconter cette histoire par le biais d’un roman, pour y ajouter une part de fiction. Ainsi, son personnage principal n’est pas le duelliste, mais son serviteur, un jeune Provençal élevé par les Jésuites...

Cela n’empêche pas le livre d’être parfaitement documenté car Pierre Chavagné aime aussi l’idée d’apprendre un peu l’Histoire, la grande. «Les livres d’histoire sont parfois un peu trop académiques, il nous manque cruellement des historiens qui nous racontent des histoires depuis la disparition de Robert Merle».

Pierre Chavagné a aussi envie de parler «de ce qu’on ne nous apprend pas à l’école...» Saviez-vous qu’Henri IV avait ainsi rédigé pas moins de 7 000 lettres de pardon pour des duellistes ? Ou encore que les poètes baroques, qui ont été parmi les premiers académiciens étaient souvent des parias, voire des alcooliques et autres victimes d’addictions à des drogues en tout genre...

«Il est intéressant de se plonger dans cette époque car on réalise rapidement qu’en fait, avant la grande structuration lancée par Louis XIV, c’était un peu l’anarchie qui régnait en maître.  Toute notre gouvernance restait à encore construire, à inventer, à structurer...»

L’idée de ce livre, Pierre Chavagné l’a trouvé dans un autre, une commande pour mieux comprendre les Mousquetaires. C’est là qu’il a découvert les duellistes et le fascinant personnage dont il nous livre la grande histoire...

"Les duellistes", de Pierre Chavagné (Albin Michel, 22 €) est disponible à la librairie Soie et sur commande...

Muriel Duny

(m.duny@riccobono.fr)


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide