Ce champ est invalide

Jamais sans ses "scoobies"

Verity Smith, cavalière anglaise non-voyante, s’entraîne régulièrement au Haras d’Uzès. Elle vise les Jeux paralympiques de Tokyo en 2020. Les Uzétiens pourront la rencontrer lors d'une conférence organisée par l'Université Populaire de l'Uzège, le jeudi 27 avril, à 18h en mairie d'Uzès.

«Bi !... bi ! ... bi-bi !... bi-bi !... bi !». Sur la carrière du Haras d’Uzès, un curieux entraînement a lieu, ce jeudi de novembre. Une cavalière blonde montée sur un imposant cheval noir parcourt la piste. Positionnés autour de l’enclos, une dizaine d’assistants la guident par un signal sonore lorsqu’elle approche : chacun s’est vu affecter une lettre, qu’il doit crier quand vient son tour.

L’athlète s’appelle Verity Smith et sa discipline est le dressage, où il s’agit de faire évoluer avec précision et élégance le cheval sur des reprises composées de mouvements classiques et de figures imposées ou libres, à différentes allures et en musique. 

Objectif : Tokyo 2020

Non-voyante, la Britannique vient parfois s’entraîner au Haras d’Uzès - depuis plusieurs mois elle est en résidence près de Nîmes, où ses parents sont installés depuis une trentaine d’années. «Avant les Jeux de Rio, je m’entraînais en Angleterre. Mais lorsque j’ai su que je n’irais pas, je suis venue ici et j’ai lancé un appel à l’aide», raconte la cavalière.

Au printemps 2016, Verity Smith a fait parler d’elle via une campagne médiatique internationale en marge des derniers Jeux paralympiques : qualifiée pour la compétition, la cavalière britannique a refusé et contesté un nouveau règlement, qui prévoyait le port d’un bandeau occultant. Impossible pour elle de s’y plier, car même si elle ne voit pas, la très faible luminosité qu’elle parvient à capter est essentielle pour se repérer. 

Face à la mobilisation internationale, les organisateurs des Jeux ont finalement annulé le port du bandeau. Alors Verity Smith a la ferme intention de participer à l’édition 2020.

«Au mois d’avril (2016, ndlr), nous avons diffusé des petites annonces et organisé des apéritifs pour réunir une équipe de bénévoles prêts à m’aider», précise-t-elle avec à son côté sa «manager» et amie, Maura Ebbs. Petit à petit, 25 “scoobies“ ont été recrutés ‑ «je les appelle ainsi parce qu’ils sont toujours partants pour un apéro», sourit la sportive. Les bénévoles sont de tous âges et de tous horizons. «La solidarité dont ils font preuve est incroyable, pas un seul ne pratique le dressage, certains n’ont même aucun rapport avec l’équitation !», s’étonne Verity Smith. Quelques-uns avaient même peur des chevaux... Le nombre important d’«appelants» permet une rotation : une dizaine sont mobilisés pour chaque compétition, par exemple lors des récentes épreuves en freestyle d’Equita Lyon.  Le groupe, informel d’abord, vient de se constituer en association (Équipe Verity) pour financer les frais liés à cet accompagnement. 

Les “scoobies“ sont les yeux de Verity Smith et lui permettent de concourir actuellement face à des cavaliers valides. Avec des résultats à la clé : après des concours en région et à Paris et une qualification au championnat national, la cavalière devrait bientôt retourner en Angleterre pour d’autres compétitions, et pour préparer avec Laura Tomlinson, cavalière médaillée d’or, les championnats d’Europe.

Pour l’heure, les séances au Haras d’Uzès sont précieuses : «mon cheval Kits a besoin de travailler en extérieur, pour se désensibiliser», explique Verity Smith. Âgé de 12 ans, Kits est son partenaire depuis 2013. «Au début, ce n’était pas naturel pour lui de courir au milieu des cris, nous avons fait des répétitions avec des hommes de paille pour l’habituer. Aujourd’hui, si un “appelant“ oublie de crier, il risque de l’écraser !». Excellent compétiteur, le cheval se montre aussi très sensible aux personnes vulnérables. «Si je lui mets un enfant de 5 ans  sur le dos, il ne bouge pas. Et je pense qu’il a bien compris que je ne vois pas : il m’est arrivé de venir au boxe et de tendre la carotte du mauvais côté ...», raconte avec humour la cavalière. 

Engagée sur le thème du handicap, elle envisage d’organiser des stages avec Kits et de multiplier les interventions en milieu scolaire pour promouvoir l’équitation. «Mes parents m’ont laissée prendre cette voie pour que je trouve mes limites. Lorsque je suis à cheval, je ne ressens plus le handicap. Je suis concentrée sur lui uniquement, c’est comme si je sortais de mon corps». 

Elle qui ne jure que par la «positive attitude», ne craint pas les questions maladroites. Elle veut «casser les clichés» et dit adorer «l’ouverture d’esprit et les  questions  très honnêtes des petits». 

Verity Smith est également chanteuse  (elle a sorti un album en 2014 et à l’occasion des Jeux 2016, le single Supersonic). Et auteure : son livre The Groper’s Guide, pas encore traduit en français, raconte - là encore sur un ton très léger - ses tribulations  et sa découverte du monde  en tant qu’enfant aveugle.

Conférence le jeudi 27 avril à 18h en mairie d'Uzès. Entrée gratuite pour les adhérents de l'Université populaire de l'Uzège. Tarif : 5 €.

* Pour rejoindre ou soutenir le «Scooby Gang» : 06 13 43 80 17 ou maura@veritysmith.me

Quentin Germain

(redaction2.uzes@riccobono.fr)


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide