Ce champ est invalide

10 ans de passion 2CV

01/09/2017

Le jeune Adrien a déjà plus de 10 ans de passion pour la marque Citroën. Découvrez Adrien Vangeluwe, le garçon qui fait revivre les 2 CV.

Un brin rétro, le look détendu et un poil dandy à la mode chez les garçons de son âge, Adrien Vangeluwe, a 16 ans. Le jeune Saint-Siffretois peut pourtant déjà s’enorgueillir d’être ou d’avoir été l’heureux possesseur de trois 2CV en moins de 2 ans.

«Aussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai toujours été passionné par les voitures de la marque Citroën». Méhari et autres DS n’ont pas de secret pour lui mais c’est à l’emblématique 2 CV que va sa préférence.

«C’est un jeu d’enfant de reconstruire une 2 CV si on a un peu d’outillage et beaucoup d’aide. Il faut quand même être deux pour supporter le châssis».

Et de l’aide, Adrien n’en manque pas, notamment depuis la création du 2 CV club d’Uzès, dont il fait tout naturellement partie. «Jean-Claude Bourdier, le président, est vraiment génial avec moi, il m’emmène volontiers avec lui sur des salons, il m’a confié l’organisation de différents événements du club. Et j’ai beaucoup d’amis au sein du club. On est toujours là pour s’entraider».

Sa passion remonte à la petite enfance et il a démarré comme beaucoup de petits garçons, en collectionnant les petites voitures, mais pas seulement. «J’ai énormément de documentation. Des revues, des livres...».
De la théorie à la pratique, il n’y a qu’un pas, qu’Adrien a franchi en septembre 2015, en achetant sa toute première 2 CV. «Elle était grise et datait de 1978». Dans la foulée, en décembre, il en achète une 2e, qu’il démonte entièrement pour récupérer les pièces détachées.

«Et en début d’année, j’ai reçu un cadeau magnifique, de la part de Pierre Liron, un autre membre du 2 CV club. Il m’a offert sa propre 2 CV, jaune, qu’il avait achetée neuve en 1977. Elle n’a pas roulé depuis 20 ans, il y a beaucoup de travail à faire mais c’est un cadeau d’une valeur incommensurable. Parce qu’il vient d’un passionné. Je sais qu’il espère la voir rouler à nouveau un jour et c’est une grande preuve de confiance qu’il me donne en me l’offrant pour que je la restaure».

Mais Pierre Liron sait aussi à qui il confie son ancienne voiture. Car, malgré son très jeune âge, Adrien fait déjà preuve d’une belle détermination. «Moi ce que j’aime, c’est remettre la 2 CV dans son état d’origine, quitte à passer 6 mois à chercher une pièce, sur internet, dans les vide-greniers... Je ne suis pas un adepte de la transformation, même si cela peut parfois être très bien fait».

Il comprend l’attachement de son ami pour sa voiture. «J’ai revendu la première parce que le montant des travaux était trop élevé pour moi mais j’avoue que je n’aurais jamais cru le faire. Il se trouve que j’ai pu récupérer celle de Pierre entre temps et qu’elle est en meilleur état, même si elle n’a pas roulé depuis longtemps».

En parallèle, Adrien a pu aussi récupérer la 2 CV d’Antoine Nabais, juste avant que ce dernier prenne sa retraite. «Je l’avais vue il y a un petit moment mais je me suis vraiment décidé tout récemment un peu sur un coup de tête. Mais c’est une perle rare», confie le jeune homme dont les yeux s’éclairent à la simple évocation des caractéristiques techniques de cette voiture. «C’est une 2 CV 4 de février 1978. La fabrication de ce modèle a été stoppée en juillet de la même année. Et celle-ci présente la rareté d’avoir un embrayage centrifuge». Et on ne l’arrête plus quand il s’agit de raconter l’histoire de la 2 CV. Le tout premier moteur date de 1936. Il y en a eu seulement 200. Et après la guerre, on n’en a retrouvés que 3. À l’époque, on ne parlait pas de 2 CV mais de TPV, pour toute petite voiture».

Adrien a récupéré le moteur d’origine de sa 2 CV bleue. voiture. «Je ne sais pas pourquoi il l’avait changé, puisque le moteur originel fonctionne parfaitement. Et personnellement, je préfère remettre le moteur de départ».

La mission que s’est fixée Adrien, c’est de replacer ce moteur d’origine d’ici un mois ou deux. Il va ensuite démonter entièrement la voiture pour la recréer pièce par pièce. «Au départ, j’avais l’ambition de l’avoir terminée pour le rassemblement national des 2 CV à Nîmes en mai (nous avons rencontré le jeune homme en début d'année, ndlr). Mais je pense que ce sera quand même un peu juste. Je la présenterai au rassemblement de l’année suivante, à Besançon».

Car le jeune homme exerce sa passion uniquement durant son temps libre, pendant les vacances scolaires et après les cours. Il est en effet en seconde générale. «J’espère pouvoir obtenir un bac scientifique, pour avoir le choix le plus large dans mon orientation. Mais j’avoue que j’aimerais un jour, travailler chez Citroën».

La 2 CV n’est pas le seul modèle de la marque aux chevrons qui fait rêver Adrien. Même si c’est sa préférée. Il aimerait aussi trouver une Méhari, «mais c’est devenu plus cher ces derniers 18 mois». Et il évoque aussi avec envie la mythique DS.

Adrien n’a mis que 3 mois à tout apprendre de la mécanique de la 2 CV. Et il sait qu’il peut compter sur de nombreux soutiens, dont celui de son fidèle ami Bernard Verdier qui l’accompagne au quotidien dans ses restaurations, tant d’un point de vue mécanique qu’en matière de carrosserie.

Alors il peut tranquillement poursuivre ses restaurations et perfectionner sa conduite... Car s’il n’a pas encore l’âge de conduire ses 2 CV, il a bien évidemment démarré la conduite accompagnée...

Muriel Duny

(m.duny@riccobono.fr)


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide