Ce champ est invalide

Mystérieuse Lena...

25/01/2018

Didier Pruvost vient de publier son premier roman, «Lena», où se mêlent la grande et la petite histoires au fil d’une enquête passionnante.

Didier Pruvost est fasciné par l’écriture depuis de nombreuses années. Cet ancien professeur des écoles, spécialisé dans l’apprentissage aux enfants les plus en difficulté, a dû attendre la retraite pour se consacrer pleinement à sa passion. «Cela fait des années que l’envie d’écrire me trottait dans la tête. Le sujet de départ était trouvé, mais le cheminement de l’écriture m’a entraîné sur des voies que je ne soupçonnais pas au départ».

Car «Lena» est évidemment inspiré d’événements réels et autobiographiques, même si d’autres passages sont pure fiction. «C’est l’exercice le plus difficile. Écrire en se disant que même les gens qui me connaissent bien ne doivent pas pouvoir savoir ce qui est vrai et ce qui est faux. Je suis assez fier de constater que même mon épouse a éprouvé le besoin de vérifier certains détails...».

L’histoire justement, s’annonce passionnante, notamment parce qu’elle nous fait voyager dans le temps et l’espace, du haut Vivarais ardéchois à la Namibie, en passant par l’Allemagne, l’Europe de l’Est, la baie de Somme et même Uzès... «Ce sont des lieux que je connais, pour y avoir des attaches ou y avoir vécu ou séjourné, sauf la Namibie mais je trouvais important de parler d’une histoire que très peu de gens connaissent et que j’ai moi-même découverte par hasard», explique Didier Pruvost. Ces recherches historiques sur le début du siècle dernier lui font en effet découvrir le passé colonial méconnu de l’Allemagne et notamment le génocide perpétré par les Allemands en Namibie, entre 1904 et 1911. «Le massacre des Héréros et des Namas perpétré sous les ordres de Lothar von Trotha dans le Sud-Ouest africain allemand est en effet considéré comme le premier génocide du XXe siècle». Ce programme d’extermination s’inscrit au sein d’un processus de conquête d’un territoire par les troupes coloniales allemandes entre 1884 et 1911. Il entraîna la mort de 80 % des autochtones insurgés et de leurs familles (65 000 Héréros et près de 20 000 Namas). «Je n’avais jamais entendu parler de cette histoire avant de tomber sur un article traitant ce sujet où j’ai découvert entre autres que le commandant de cette extermination n’était autre qu’un certain Göring, le propre père du tristement célèbre Göring de la 2e Guerre Mondiale. Ils utilisaient des camps d’extermination apparemment inspirés des camps britanniques de la guerre des Boers...», confie Didier Pruvost. Voilà donc pourquoi il a voulu situer une partie de son livre dans ce petit pays d’Afrique de l’Ouest. Originaire du Pas de Calais, il a longtemps vécu à Amiens, avec des attaches ardéchoises fortes pendant les vacances, qui lui feront découvrir Uzès et son célèbre marché. «La région nous a conquis et quand l’heure de la retraite a sonné, nous nous sommes tout naturellement installés ici. C’était il y a sept ans déjà».

 

"Un premier roman est souvent très personnel, c’est comme une thérapie"

 

Sept ans de réflexion donc pour se lancer dans l’écriture qui, bizarrement ne lui a pris que quelques semaines. «Le plus long, cela a été les recherches, notamment historiques, pour ne pas faire d’erreur de contexte». Il écrit en Ardèche, alors qu’il est seul, parfois jusqu’à 12h par jour. «C’est grisant l’écriture parce que le récit m’a souvent emmené loin de mon idée originelle». Et Didier Pruvost a également choisi de prendre un pseudo, en signant son livre Didier Myro, en hommage à ses deux enfants Myrtille et Robin, à qui il dédie son livre «car c’est un peu aussi leur histoire».

En effet, la trame de l’intrigue est basée sur un secret de famille et une découverte étrange. «Mon héros, Serge, retrouve le quart de son grand oncle Octave suite à l’enterrement de ce dernier. Ce quart, sorte de tasse en métal, a accompagné Octave durant toute sa captivité en Allemagne, pendant la première guerre. Il l’a conservé précieusement tout au long de ces années et lorsque Serge le nettoie, il découvre un prénom gravé dessous : Lena». Il n’a jamais entendu ce nom dans la bouche d’Octave alors même qu’il était très proche de ce dernier. Quel secret se dissimule derrière ce nom, c’est ce que Serge décide de découvrir...

«Il y a beaucoup de ma propre histoire dans ce livre,  comme souvent les premiers romans, qui sont de véritables thérapies pour leurs auteurs. Le quart de prisonnier existe réellement, mais je ne vous dirai pas si le nom Lena est écrit dessus. Juste qu’il m’a servi dans mon jardin uzétien, pour planter mes graines, comme le faisait déjà mon oncle». Ensuite, il a laissé l’histoire suivre son cours, au gré des choix de ses personnages et de ses propres inspirations. «Il y a beaucoup de voies potentielles à chaque fois, le plus dur c’est souvent de choisir et parfois, on ne choisit pas consciemment, c’est le moment qui vous dicte la suite, parfois très différente de celle que vous aviez imaginée au départ».

Ces voies différentes justement, lui ont d’ailleurs donné envie d’écrire au moins un autre livre. «J’ai été fasciné par le film Smoking ou No Smoking avec Sabine Azéma et Pierre Arditi. Tout le film est basé sur les choix qu’on fait et l’impact qu’ils peuvent avoir sur notre vie. Mais pas seulement les choix conscients, les grandes décisions. Tous les choix ont une importance et peuvent changer votre vie, même le plus banal comme celui de fumer ou de ne pas fumer une cigarette. Mon livre et ses personnages sont une version d’une histoire, mais je pense que je vais peut-être en écrire une autre, avec un autre personnage central, qui apparaît dans celui-ci mais qui ferait peut-être des choix différents».

On peut se procurer le livre sur commande auprès de l’éditeur nîmois, en librairie et sur internet. Les personnes qui voudraient en savoir plus peuvent également contacter directement Didier Pruvost  par mail à pruvostdidier@orange.fr

Muriel Duny

m.duny@riccobono.fr

 

Lena de Didier Myro, aux éditions Nombre 7 de Nîmes. 16 €.

 

 


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide