Ce champ est invalide

Du froid qui chauffe le cœur

05/10/2018

L’auteure uzétienne Sandrine Cnudde s’apprête à publier le 25 septembre prochain un nouvel opus atypique, relatant son séjour féerique dans l’est du Groenland...

Sandrine Cnudde n’a pas choisi le Groenland par hasard. «Il y a très longtemps que je me passionne pour ce pays et sa culture. Quelque chose d’irrésistible m’attirait au Groenland. Je ne me sentais pas assez risque-tout pour marcher là-haut toute seule et surtout, je ne voulais pas passer à côté du peuple qui y vit... J’ai mis 30 ans à trouver la clé». À 16 ans, d’abord en 1987, puis une nouvelle fois en 1989, elle fait deux stages de langue en Russie, «attirée par les grands espaces que la littérature a amplifiés dans mon imaginaire. Je retourne en Alaska en 1994, pour mon mémoire d’architecte-paysagiste. J’abordais les régions arctiques par la face minérale et exigeante de leurs paysages». Apprenant à les connaître dans les livres, puis les traversant seule et à pied, elle apprend des humains qui y vivent… et d’elle par la même occasion. 

«Beaucoup d’anthropologues s’y sont intéressés avant moi, et je me suis appuyée sur leurs travaux». L’une d’elles, Joëlle Robert-Lamblin, chercheuse au CNRS et co-auteure avec Paul-Émile Victor de «La civilisation du phoque», signe même la post-face du livre de Sandrine Cnudde «Dans la gueule du ciel». «Il se trouve qu’il y a beaucoup de documents et de témoignages, notamment ceux de Paul-Émile Victor, mais curieusement aucun livre de poésie. J’avais très envie de partir à la découverte de ce territoire et de ce peuple mais je ne savais pas trop comment m’y prendre pour entrer en contact. Et puis, comme souvent, c’est une rencontre qui a tout changé».

Elle fait la connaissance d’un photographe italien qui a travaillé cinq ans sur la jeunesse de ce pays et son mal-être. «Il connaît tout et tout le monde dans ce village de 2 000 habitants. Il anime aussi des stages photos chaque été. Je l’ai contacté en lui expliquant ma démarche et il a accepté que je me joigne au stage de l’été 2016».

De son séjour, Sandrine garde de nombreux souvenirs. «C’est vraiment un pays à part et l’expérience a été très intense. Je n’ai pas beaucoup dormi et pas seulement parce qu’il ne fait presque jamais nuit. J’ai découvert un territoire un peu mystique, cerné de toutes parts par des éléments hostiles. Il faut savoir que c’est une simple bande de terre coincée entre la calotte glacière, les falaises et la mer». Et pourtant, aussi petit et hostile que soit cet environnement, il s’y est construit une civilisation depuis plusieurs millénaires. «C’est la vie qui résiste envers et contre tout, c’est une culture qui se construit. On y retrouve des phénomènes inhérents à toute terre colonisée. On voit tout de suite le profond déséquilibre entre les autochtones et les immigrés danois puisque le Groenland a longtemps été une colonie danoise».

Pour partager cette expérience unique dans un livre, Sandrine Cnudde a une fois de plus choisi un format atypique. «J’ai voulu laisser une grande place à l’image. C’est d’ailleurs autant un livre de photos qu’un livre de poèmes. Sur place, j’ai eu la chance d’avoir accès à du matériel informatique qui m’a permis de sélectionner, de trier et de rassembler des photos. J’avais donc déjà en quelque sorte pré-construit le livre».

Ensuite, elle a rédigé de longs poèmes en lien avec ces photos, qui ressemblent parfois à des histoires. «J’y évoque la beauté, la nature, l’isolement, la calotte glacière, le silence... tout ce qui m’a marqué sur place. Et, parfois, ces histoires rejoignent la tradition populaire puisque j’y fais parler les animaux, comme dans un conte fantastique»...

Ce projet a bénéficié d’une bourse d’écriture du Centre National du Livre, commission poésie, en octobre 2016, avec le titre «Quelqu’un est entré par l’anse où les poissons se mêlent à la glace», qui est ensuite devenu le titre d’un des poèmes. Et Sandrine Cnudde tient tout particulièrement à remercier les 119 donateurs qui ont contribué au  plan de financement participatif. «Dans la gueule du ciel» a pu voir le jour essentiellement grâce à eux.

 

Muriel Duny

«Dans la gueule du ciel», livre photo-poèmes de Sandrine Cnudde, disponible sur commande en librairie et directement auprès de l’éditeur, Light Motiv, à partir du 25 septembre. 32 €

 


Muriel Duny

Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide