Ce champ est invalide

Matt Griff, l’amour du dessin

20 juin 2019

Le jeune homme de 26 ans s’envolera d’ici peu pour Londres afin de développer sa carrière d’artiste.

 

La passion pour l’art. Chez Matt Griff, tout est histoire de dessin. Déjà enfant, il vouait un grand intérêt aux arts plastiques, puis au graffiti. 

Cet habitant de Saint-Victor-des-Oules se rendra très prochainement à Londres, où il souhaite désormais poursuivre sa carrière de peintre. « J’ai toujours eu cette idée de peindre. En 2018, je me suis dit que c’était possible d’en faire mon métier », raconte le jeune homme. Après avoir effectué sa scolarité à Guynemer à Uzès, il a étudié l’histoire de l’art et les arts plastiques. Quelques années après, l’idée est toujours là, celle de vivre de sa passion.

L’été dernier donc, Matt Griff s’est lancé dans l’aventure et a créé son personnage, la Méditerranéenne au nez pointu. L’impact est immédiat et les premiers retours satisfaisants. La Méditerranéenne  ne le quittera plus, illustrant ses toiles d’une manière ou d’une autre. C’est dans son studio dans la maison familiale, à Saint-Victor-des-Oules que Matt Griff s’adonne à sa passion. Après une première exposition l’été dernier, le jeune homme crée, modifie et teste son style. « Je prends beaucoup de plaisir à dessiner. J’ai encore plein de projets de personnages et puis d’autres histoires avec la Méditerranéenne ».

Nez pointu et couleurs vives

« Londres, la ville que je préfère »

Picasso, Hockney,  Guston sont ses sources d’inspiration. Les formes sont simples, les couleurs vives et l’identité de l’auteur propre. Dès le premier coup d’œil, le style de Matt Griff est palpable. « Il y a beaucoup de couches de couleurs. Il faut aussi que le corps de mon personnage soit proportionnel au reste de la toile. Mon personnage n’a pas d’expression », poursuit le jeune homme. Pas d’expression mais toujours ces cheveux longs noirs, ce nez pointu qui font de la Méditerranéenne un personnage si particulier. La plupart  du temps représentée nue et dans des lieux du quotidien, la muse de Matt Griff a des gestes simples de la vie courante, tantôt sous la douche ou en train de siroter un verre. 

Deux heures à quatre jours sont nécessaires au peintre pour finaliser une toile. Aux pinceaux ou à la bombe de peinture, l’artiste s’exerce avec précision, toujours en quête de perfection. Après une année passée à travailler, Matt Griff s’envolera donc pour Londres, sa ville préférée, où il a aussi ses racines. « Je souhaiterais exposer à Londres. C’est une ville de street art. Et pourquoi pas faire une carrière la-bas et ailleurs peut-être aussi », avance-t-il. 

Charlotte Frasson-Botton

 


Charlotte Frasson-Botton

Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide