Ce champ est invalide

L’invité de la semaine : Grégory Mulotti : « J’aimerais mixer les publics de la maison »

Du 26 septembre au 2 octobre 2019 

Dépendant du ministère de l’Agriculture, et gérées sous forme associative, les 450 Maisons familiales et rurales développent un modèle éducatif unique en France.

Depuis cet été, la Maison familiale et rurale (MFR) d’Uzès, Le Grand Mas, a un nouveau directeur, Grégory Mulotti. Le Républicain d’Uzès l’a rencontré pour connaître sa philosophie. Entretien.

Pouvez-vous nous présenter votre nouvel établissement ? 

La MFR Le Grand Mas est une école d’alternance, où la spécialité est l’apprentissage des métiers agricole, les élèves passent une semaine sur deux en entreprise. Dans l’établissement, les formateurs (le directeur ne parle pas de professeurs, ndlr) sont très présents auprès des élèves, il n’y a pas de cours magistraux, ce qui compte c’est la motivation et le projet du jeune. C’est une deuxième maison... Souvent après leur passage, les étudiants reviennent nous voir.

Et pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Après un passage dans un collège de l’académie de Lyon, je suis devenu formateur de français et de communication dans une MFR. Je trouvais ces élèves plus intéressants que dans une filière classique. Ensuite, j’ai dirigé sept ans la MFR de Saint-Chamond dans la Loire. Aujourd’hui, j’ai souhaité rejoindre Uzès pour sa filière et pour la région aussi.

Quel est votre conception de l’enseignement en MFR ? 

Je suis convaincu que l’apprentissage et le savoir-faire permettent de réussir. Pour un patron, l’employabilité et l’efficacité sont deux valeurs décisives. Les entreprises avec ce format d’enseignement peuvent former les jeunes «à leur manière». C’est un avantage, plus tard l’apprenti saura se vendre. 

Quel est votre objectif pour Le Grand Mas ? 

Libre dans un cadre. Voilà mon point de vue pour les élèves. On les accueille dès 14 ans, je préfère que le jeune se sache encadré. En 3e et 4e, ils construisent leur projet d’orientation, c’est fondamental. Si à la fin de la 3e, l’élève sait où et ce qu’il veut faire... C’est bon, j’ai fait mon boulot. 

Quels sont vos projets pour l’établissement uzétien ?

Développer les partenariats avec la mairie, diversifier les activités, s’ouvrir à la faune et la flore du monde, accroître l’autonomie des jeunes.


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide