Ce champ est invalide

Le travail comme prière pour la vie

Le monastère de Solan travaille la vigne et les vergers depuis près d’une vingtaine d’années. Les quinze religieuses orthodoxes ont choisi la démarche de l’agriculture biologique pour concilier prière et travail de la terre. Avec une foi inébranlable dans le partage et l’échange.

 

 

Depuis 1991, le monastère de Solan et sa quinzaine de religieuses travaillent la terre autour de leur mas. Au fil du temps, elles se sont forgées une belle réputation dans la production de vin, mais aussi de confitures, de pâtes de fruit et d'encens artisanal.

La communauté religieuse orthodoxe dépend directement de l'église grecque et du patriarcat de Constantinople. Elle a été fondée en 1981. D'abord installée à St-Laurent-en-Royans dans le Vercors, elle a ensuite choisi le mas de Solan, sur la commune de La Bastide d'Engras pour continuer son travail. « Comme tout un chacun, nous devons gagner notre pain. Le vaste domaine nous offrait la possibilité de travailler la terre, voilà pourquoi nous avons orienté notre activité dans ce sens », précise sœur Iossifia. Leur foi, profonde, a directement influencé leur choix, « on ne peut dissocier travail et prière. Toute notre vie est une prière. C'est pourquoi nous avons choisi l'agriculture biologique, pour respecter les cycles de la terre, l'environnement, les générations futures, mais aussi l'être humain qui consomme nos produits. »

La foi rythme la vie du monastère avec un office religieux de 6h à 8h30 tous les matins et un second à 10h suivi du déjeuner. « Notre journée de travail s'organise entre 11h et 17h. Nous nous retrouvons ensuite pour célébrer les vêpres ». Mais le monastère de Solan balaie les idées reçues sur la vie monacale. Ici, pas question d'isolement, de secret ou d'enfermement. Au contraire, le domaine est un lieu ouvert, où chacun peut s'arrêter, échanger avec les religieuses sur leur travail, participer aux offices, déguster les produits... « Notre première vocation est d'être un lieu d'accueil ». Voilà pourquoi, à Solan, le visiteur ressent la chaleur humaine, la joie, la sérénité et le recueillement, une pause bienvenue dans la course du quotidien.

N'oublions pas que le monastère de Solan est aussi réputé pour ses vins. Pourtant, les religieuses n'avaient pas de formation particulière dans ce domaine. « Nous avons eu la chance de bénéficier des conseils de nos voisins viticulteurs, mais aussi de confrères que nous avons rencontrés sur les salons dédiés à l'agriculture biologique. Tous ont fait preuve de générosité en nous guidant et en partageant leur savoir et leur savoir-faire avec nous ».
Toute l'année est rythmée de grands rendez-vous auxquels participe l'ensemble de la communauté : les semis, la mise en terre des plants, la récolte des fruits, les vendanges, la mise en bouteille, la préparation des coffrets cadeaux... « Ce sont à chaque fois d'intenses moments de joie et de partage pour nous toutes ». Il faut dire que les religieuses participent à tous les travaux de la terre à tour de rôle. Et l'agriculture biologique implique un travail manuel plus important. Pour le vin par exemple, les vendanges se font à la main. Le monastère de Solan doit ensuite presser les grappes, surveiller la fermentation, mettre le vin en bouteille... L'encépagement des 5 hectares de vignes, plantées entre 1958 et 1975, est de Grenache noir, Carignan noir, Cinsault noir et de Clairette rosée et blanche. Depuis 2001, trois hectares de Syrah, Cabernet franc et Vermentino ont été introduits. « Les barriques sont ouillées (remplissage au fur et à mesure, ndlr) au moins une fois par semaine. Les doses de soufre sont réduites au maximum et ne sont jamais utilisées comme antibiotique. Plus fragile lors de l'élevage (il faut le surveiller comme le lait sur le feu) le vin gardera ainsi toute sa complexité aromatique ».
Avec leur volonté de partage et d'ouverture, les religieuses du monastère travaillent en partenariat avec l'association des Amis de Solan, qui organise régulièrement des visites et des conférences.

Muriel Duny

www.monasteredesolan.com

(Article paru dans Le Républicain d'Uzès n°3205, du 26 février 2009)


 

Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide