Ce champ est invalide

Santons : le plus beau symbole de la Provence

Lorsqu’une Nordiste tombe amoureuse de la Provence et s’y installe dans les années 70, cela donne quelques années plus tard une fabuleuse collection de santons traditionnels habillés. Un petit musée personnel, un trésor familial.

Les premiers arrivés dans la collection de Marie-Christine Scanzi sont « les deux petits vieux » qui lui on été offerts en 1975.

Depuis, entre les acquisitions et les cadeaux, le couple de santons est devenu une famille qui s'est transformée en une véritable collection. Au total, ce sont 33 santons habillés qui sont éparpillés dans toute la maison. « Que des santons traditionnels de Provence », souligne Marie-Christine, amoureuse des santons « depuis toujours ». De grands santons habillés qui représentent les différents métiers d'origine provençale.

Chez elle, on retrouve côte-à-côte une ramasseuse d'olives grimpant son échelle, un apiculteur (comme son mari) prêt à ouvrir sa ruche pour récupérer le nectar, un berger assoupi sous un olivier, un tonnelier en train de déguster son dernier cru, une vendeuse de courges avec son chariot ou encore un ramasseur de truffes accompagné de son cochon.

Un savoir-faire

Que des créations de son santonnier préféré, Luc Devouassoux, artisan et fabricant de santon que son mari et elle ont « découvert par hasard en flânant sur un marché de Noël », et qui depuis, est devenu le fournisseur officiel du couple Scanzi.

Ce qu'ils ont de plus ? de différent ? « Ils ont une attitude, une gestuelle que les autres n'ont pas, explique-t-elle, tout est dans la précision des traits, la mise en situation, avec les accessoires et le décor. Les proportions sont justes et chaque personnage a une expression particulière ».
Ces santons, « c'est un symbole de la région, c'est tout ce que j'aime dans la Provence », dit-elle. Un savoir-faire qui la passionne, elle qui vient du Nord et qui est tombée amoureuse de la tradition de la crèche provençale. Avec son mari, depuis des années, elle écume les foires et marchés aux santons de la région. Des Cévennes à la Lozère en passant par les Alpes, ils suivent leur santonnier favori, originaire de Meyrargues (13), et se régalent des nouvelles créations qu'ils y découvrent.

Lorsqu'il s'agit de choisir et d'acheter, Marie-Christine « fonctionne au coup de cœur ». Ce qu'elle aime, c'est « rencontrer les passionnés ». Et lorsqu'il est trop difficile de choisir entre deux santons, « on repart avec les deux », dit-elle.

D'année en année et d'achats en cadeaux de la famille et des amis, le couple finit par manquer de place dans la maison pour disposer tous ces personnages « qui vivent avec eux toute l'année contrairement aux petits santons que l'on ne sort que pour la crèche de Noël et que l'on range après ».
Parmi ces petits trésors, Marie-Christine a même un santon, le ramasseur de truffes, commandé spécialement au fabricant parce que « c'est un métier typique d'ici ».
D'ailleurs, la famille qui rend visite aux Gardois « repart toujours avec un santon ».Symbole et tradition, le santon « doit rester provençal », souligne Marie-Christine. « Pas question d'acheter des santons qui représentent des stars ! ».
Aurélia Grinand

(Article paru dans Le Républicain d'Uzès n°3197, du 25 décembre 2008)


 

Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide