Ce champ est invalide

Thibaut Privat se jette dans la mêlée

C’est le plus connu des rugbymen uzégeois. Thibaut Privat, originaire de Blauzac, évolue depuis 2003 au sein de l’ASM Clermont-Auvergne, avec qui il a remporté le bouclier de Brennus au printemps dernier.

 

Grand. Voilà le premier mot qui vient à l'esprit quand on rencontre Thibaut Privat. « Le Grand », c'est d'ailleurs son surnom au sein du club de rugby de l'ASM Clermont-Auvergne. Il faut dire qu'avec son 1m99 et ses 114 kg, Thibaut en impose. Et son palmarès de rugbyman aussi. Il a ainsi fait partie de l'équipe de France qui a réalisé le grand chelem au tournoi des 6 Nations en 2002 et il vient de remporter le championnat de France (et le fameux bouclier de Brennus) avec son club de Clermont-Auvergne en 2010.

Pourtant, ce trentenaire n'a rien d'inabordable. Il reste profondément attaché à Blauzac, où il a apporté le bouclier de Brennus cet été. « C'était normal pour moi, un peu comme boucler une boucle et faire profiter mon village et ma ville de ce titre », souligne le joueur avec simplicité. Son attachement à ses racines s'étend en effet jusqu'à Uzès et pour cause, il a été formé au RCU. « En fait, j'ai démarré le rugby vers 9 ans. J'étais à l'école primaire de Blauzac et, sous l'impulsion de Jean-Pierre Rossi (enseignant à l'époque, ndlr), nous avons été un petit groupe à démarrer le rugby. Il y avait, entre autres, Camille Marchand, qui a toujours joué au RCU et qui a présidé le club pendant plusieurs années ». C'est donc bien en Uzège qu'a démarré sa passion du rugby. Il reste au RCU jusqu'à 15 ans, puis part jouer à Nîmes en cadets, juniors puis dans l'équipe première. « J'y suis resté jusqu'à 19 ans, avant de partir à Béziers. C'est à peu près au même moment que j'ai fait le choix de devenir professionnel. Mais cela n'avait pas été une option déterminante au départ. Je suivais des études en parallèle. Il n'y avait pas la même démarche qu'aujourd'hui, où les jeunes pensent très tôt au professionnalisme car ils ont plus d'exemples ».

Les sportifs sont en effet bien plus médiatisés que par le passé, notamment les rugbymen. Cela est sans doute dû aux multiples succès de l'équipe de France. Thibaut Privat évoque d'ailleurs avec beaucoup de joie son passage en équipe nationale. « La première sélection (le 10 novembre 2001, contre l'Afrique du Sud, ndlr) est toujours un moment très émouvant. J'ai aussi eu la chance d'accomplir le grand chelem en 2002. Ce sont des moments très intenses dans la carrière d'un joueur ».

Car Thibaut Privat est avant tout un homme positif. Quand il évoque le succès de son club depuis 2003, l'ASM Clermont-Auvergne, qui a remporté la finale du Top 14 et avec le fameux bouclier de Brennus, il parle de la succession de belles saisons pour le club. « Une finale perdue, c'est une blessure ouverte. J'en ai vécu trois d'affilée, c'est vraiment très dur donc la satisfaction de gagner est d'autant plus grande. Mais, au-delà de la défaite en finale, il faut reconnaître que nous avons eu plusieurs très belles saisons. C'est déjà bien d'arriver jusqu'en finale. Nous avons fait de très beaux matches, que ce soit en Top 14 ou au niveau européen ».
Modeste, il ne s'étend pas vraiment sur son poste, précisant simplement qu'il a toujours joué 2e ligne. « C'est mon gabarit qui s'impose comme une évidence à ce poste ». Sa fiche technique de l'ASM précise « son rôle est crucial dans le dispositif de jeu clermontois : gros pousseur et sauteur efficace en premier bloc, il passe son temps à transformer les ballons et gagner la bataille du sol qui permet aux demis d'utiliser proprement les ballons ».

Mais quoiqu'il arrive, Thibaut Privat reste avant tout Blauzacois. « On ne peut jamais vraiment prédire l'avenir, mais je sais qu'un jour je reviendra m'installer à Blauzac, parce que c'est là que j'ai envie de vivre ».
Et même s'il ne vient pas aussi souvent qu'il le souhaiterait, à chacune de ses visites, il fait un petit tour à Uzès. Les Uzégeois lui rendent bien cette affection. « J'ai reçu de très nombreux messages de sympathie et de félicitations pour la victoire de l'ASM, de mes proches, de mes anciens coéquipiers. Et je sais que l'ASM compte de plus en plus de supporters ici », conclut Thibaut Privat.
Muriel Duny

(Article paru dans Le Républicain d'Uzès n°3290, du 14 octobre 2010)


 

Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide