Ce champ est invalide

Henri Borge sur les traces des frères Lumière

Henri Borge est un collectionneur de films. De rencontres en découvertes, il se passionne pour le travail et les inventions des frères Lumière. Aujourd’hui, il possède une des plus belles collections privées concernant les Lumière.

À Uzès, la première séance de cinéma eut lieu le 28 mars 1897 au théâtre municipal. Cent ans plus tard, Henri Borge a fait revivre aux Uzétiens ce grand moment grâce à un appareil qu'il avait chiné, ayant appartenu à Auguste Lumière. La séance s'était déroulée au Café de l'Europe le 28 décembre 1995.
les frères lumière

Aujourd'hui, ce passionné de cinéma, et plus particulièrement de ses débuts, a réuni une collection personnelle de pièces uniques, photographies d'époque et films d'Auguste et Louis Lumière.
Des deux ingénieurs français inventeurs du cinématographe (Fabriqué à 425 exemplaires par Jules Carpentier à partir d'octobre 1895), Henri Borge sait quasiment tout. Il faut dire que le virus du cinéma l'a piqué dès son plus jeune âge. « J'ai commencé à m'intéresser au cinéma en 1948, avant-hier, alors que j'étais à l'école de la Grand-Rue à Nîmes, raconte-t-il. Tous les jeudis, le professeur nous projetait un film (Charlot, Laurel et Hardy...). Moi, je récupérais les bobines dans la poubelle. C'est devenu une passion ».

La collection

Beaucoup plus tard, alors qu'il est installé à Marseille, Henri Borge fait la connaissance d'un homme qui lui fait cadeau d'un film des frères Lumière, peut-être le plus connu : « L'arroseur arrosé ». C'est le début de sa collection. « J'ai ensuite commencé à contacter les descendants des Lumière, poursuit-il, à La Ciotat et à Bandol. J'ai racheté une caméra à la famille puis deux projecteurs, un quinora (sorte de lecteur de film portatif) du matériel, des films, des photographies d'époque et des affiches dans les foires de cinéma un peu partout en France ».

Que du matériel d'époque et toujours en rapport avec les frères Lumière. Tous ces « bijoux » sont uniques en état de marche. « C'est très solide, confirme-t-il, et cela fonctionne aussi bien qu'il y a 115 ans ! Le cinématographe Lumière est le premier appareil au monde qui ait fonctionné et le premier à avoir trois fonctions : la prise de vue, le tirage des copies et la projection. C'est toute l'histoire du cinéma ».

Sa passion l'amène même à faire des recherches historiques sur la famille, sur les travaux des scientifiques. Il n'est pas peu fier d'avoir rétabli une vérité concernant deux films de corrida, que les spécialistes avaient situés en Espagne en 1898. « Mais j'ai tout de suite reconnu que c'était les arènes de Nîmes, j'y ai passé mon enfance », dit-il.

Et maintenant ?

On compte aujourd'hui une centaine de caméras Lumière dans le monde. Cinq d'entre elles sont chez Henri Borge. S'y ajoutent environ 300 films de 50-60 secondes (soit 15 mètres de pellicule). Sa collection est unique en France, mais Henri Borge est encore loin d'être assouvi.
À 72 ans, il projette maintenant de « refaire L'arroseur arrosé avec ma petite-fille et mon petit-fils, quand j'aurai trouvé une développeuse de film. Je vais l'acheter et le faire moi-même ».
L'énergie d'Henri Borge est sans fin. Et si la ville de La Ciotat prévoit de restaurer la plus vieille salle de cinéma du monde, où les frères Lumière ont projeté, c'est un peu parce qu'il y a mis son grain de sel. Peut-être même qu'à l'inauguration, ce sera lui qui projettera un film avec son cinématographe...
Aurélia Simonin

(Article paru dans Le Républicain d'Uzès n°3271 du 3 juin 2010)


 

Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide