Ce champ est invalide

La Banda Brutti fait du bruit !

Qui ne connaît pas la Banda Brutti, fanfare montareinoise qu’on a vue et entendue partout à l’occasion des festivités uzégeoises ? Depuis quelques années, elle s’est enrichie d’une battucada, menée par Thibault Lanet. 

Petit rappel tout d'abord, pour ceux qui ne sauraient pas ce qu'est une battucada. Il s'agit d'un orchestre composé uniquement de percussions qui a la particularité de jouer en déambulant. Ces formations sont notamment très répandues au Brésil.

Il y a trois ans déjà que la Bruttikada a intégré la Banda Brutti. « Le projet est né à travers d'autres. Initialement pour le Carnaval de Saint-Quentin, mais aussi pour les rencontres intercommunales de musique ou la Fête du Pois chiche », explique Clément Baudry, qui supervise depuis toujours la partie cuivre de la fanfare. Née il y a dix ans, et émanation directe des Ravis de la Carcarie au départ, c'est le travail sur le Brésil, lors des Rencontres intercommunales de musique, qui a donné à la Banda Brutti l'envie d'ajouter la battucada à ses cuivres.
Car c'est bien au-delà des frontières de Montaren que rayonne la Banda Brutti. Tout comme les Ravis de la Carcarie, le groupe est complètement intercommunal, « nous avons des gens qui viennent de toute l'Uzège et parfois même de plus loin », souligne Clément Baudry.

C'est le cas de Thibault Lanet, Saint-Quentinois, qui a voulu en être dès le départ, « j'aimais l'idée d'animer le Carnaval autrement, de faire du bruit, et j'avais déjà fait partie d'une battucada dans le passé. Et le projet est exceptionnel car il est très rare d'y ajouter des cuivres ».

Aussi, quand l'intervenant qui donnait les cours de percussions n'a plus été disponible, il l'a remplacé au pied levé. « Je n'avais jamais donné de cours, mais j'apprécie beaucoup de transmettre. C'est aussi un énorme travail d'apprentissage pour moi car je dois connaître toutes les phrases (rythmes) de tous les instruments. Mais si j'ai un doute, je peux compter sur Rosalie, ma fidèle assistante (la fille de Clément Baudry, 12 ans à peine) », s'amuse Thibault Lanet.

Ce qui fait le charme de la Banda Brutti, c'est aussi, bien sûr, son caractère très familial. « Il n'est pas rare que nous ayons en même temps les parents, les enfants, voire les grands-parents. Cela crée des liens extraordinaires. D'autant que souvent, la famille est coupée en deux entre ceux qui pratiquent un instrument à cuivre et les autres qui sont aux percussions ».

Les répétitions sont aussi l'occasion de joyeux moments. Elles ont lieu tous les mardis soirs. « On commence par le groupe des débutants, une petite dizaine, puis viennent les plus expérimentés, mais les débutants qui le souhaitent peuvent aussi rester ». Au total, la Banda Brutti compte plus de 70 membres, « c'est toujours la cacophonie pour organiser des répétitions générales », expliquent en chœur les deux hommes.

Évidemment, certains hymnes sont incontournables et les sonorités brésiliennes reviennent en boucle dans la battucada, autour de la samba, du siranda, du maracattu. « Nous travaillons à la mise en place d'un répertoire le plus complet possible, qui intègre pas mal de compositions issues du folklore local, notamment la chanson autour du pois-chiche », précise Thibault Lanet.

Souvent, le travail est d'abord décomposé en petits groupes, pour se familiariser avec le morceau, mais assez vite, la fanfare et la battucada travaillent ensemble.Quant aux représentations, elles sont toujours joyeuses, ne serait-ce qu'à cause du code couleur qui s'impose à la Banda Brutti. « Tout le monde doit être en rouge et blanc, mais sans vraiment qu'il y ait un uniforme. Les pois, les rayures, les chapeaux, tous les accessoires sont les bienvenus ».

Et vous n'aurez pas à attendre trop longtemps pour apprécier en direct la performance de la Banda Brutti.
On pourra les voir le 26 mai à Uzès, à l'occasion de la Fête champêtre, « l'idée étant de faire un véritable cortège pour emmener les gens du boulevard vers la Vallée de l'Eure en passant par le chemin en dessous de l'ancien Évêché. Ce sera super sympa de déambuler en pleine nature ».

Et, bien évidemment, on retrouvera la Banda Brutti dans son fief montareinois durant les trois jours de la Fête du Pois chiche, du 31 mai au 2 juin. Un site internet est en préparation, dès qu'il sera en ligne, vous pourrez consulter librement l'actualité de la Banda Brutti.
Muriel Duny

(Article paru dans Le Républicain d'Uzès n° 3416, du 14 mars 2013)


 

Commentaires

06/04/2013 » BANDA BRUTTI
Auteur : Nicole PAYS-ROUX
Je désirerai faire partie de votre battucada, comment dois-je procéder ?

Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide