Ce champ est invalide

Un jardin extraordinaire

Le parc du château de St-Victor-des-Oules, laissé à l’abandon depuis de nombreuses années, s’apprête à retrouver une seconde jeunesse, sous l’égide d’un couple qui veut en faire un nouveau lieu de vie dans le village.

 

C'est dans un pari un peu fou que se sont lancé Jean-Louis et Véronique Delvaux, St-Victoriens d'adoption. L'aménagement du parc du château de St-Victor-des-Oules, dont ils se sont portés acquéreurs à l'été 2012. Un imposant espace paysager de près de deux hectares, en plein cœur du village. Seule la route sépare le parc et le château, racheté dans le même temps par un particulier.

À l'origine, pas de parc, mais simplement des terrains agricoles. On doit sa création à l'ancien maire d'Uzès, Léonce Pascal, au XIXe siècle.

Depuis son installation dans le village il y a six ans, le couple Delvaux a une vue directe sur le parc. Enfin, pour ce qui était encore visible. Le parc du château, passé entre de nombreuses mains, est resté à l'abandon durant plusieurs années. Le temps a fait son œuvre et les ronces, les mûriers de Chine, les acacias ou les micocouliers ont peu à peu envahi le lieu. Mettant en péril les arbres d'origine.

Un gros travail de défrichement et d'élagage a donc été entrepris pour retrouver le tracé du jardin, recréer des perspectives sur la campagne environnante (une vue imprenable sur Uzès et ses tours) et remettre en valeur les essences intéressantes.

Véronique Delvaux, expert en livres anciens sur l'architecture et les jardins, a ainsi pu concrétiser de la plus belle des manières sa passion. Pour mener à bien son projet, le couple s'est entouré de deux professionnels reconnus : le paysagiste Emmanuel de Sauvebœuf et l'architecte paysagiste Frédéric Sichet. Ce dernier est, selon Véronique Delvaux, « le spécialiste français du théâtre de verdure ». Le théâtre de verdure est une des pièces maîtresse de l'aménagement du parc. Sa capacité d'accueil sera de 200 places. Les Delvaux veulent en faire un nouveau lieu artistique pour accueillir des spectacles de danse, des concerts, des lectures... « Nous voulons collaborer étroitement avec le territoire, notamment avec la Communauté de communes Pays d'Uzès », affirme Jean-Louis Delvaux.

« Un verger et de nombreuses espèces d'arbres et d'arbustes de collection vont être plantés afin de fleurir ce jardin tout au long de l'année et lui redonner une ambiance romantique, selon le paysagiste Emmanuel de Sauvebœuf. Les structures existantes vont être revalorisées, telle la petite rivière, ses plans d'eau, ses grottes et ses bassins. Les grilles et les escaliers seront restaurés et on peut même espérer voir à nouveau tourner une éolienne pour amener l'eau, comme à l'époque ».

Juste au-dessus du théâtre de verdure sera créé un labyrinthe végétal, structuré par des haies d'oliviers pyramidaux, des oléa européana cipressino. Une collection d'une quinzaine de variétés de bambou viendra orner l'ensemble.

Ce labyrinthe servira de lieu d'exposition. Un appel à projets est lancé par le couple Delvaux en direction des artistes de tous horizons pour accueillir des œuvres monumentales qui seront exposées, en permanence ou temporairement, dans le parc. Des sculptures contemporaines en terre cuite, qui rappeleront l'origine de l'argile qu'on extrayait à St-Victor pour les poteries de St-Quentin.

Une première œuvre est déjà en route, celle de Charlotte Poulsen. L'artiste va réaliser une girafe de 3,5 m de haut. Sa taille impose de la cuire et de l'assembler en trois morceaux. « Un four est construit spécialement autour de ces pièces pour permettre leur cuisson », détaille Véronique Delvaux. Livraison prévue à la fin de l'année 2014. Son arrivée dans le village, à l'aide d'imposants camions, devrait faire sensation. Le couple a déjà prévu de la baptiser « Victorine », en clin d'œil au village de St-Victor-des-Oules, où elle pourra être admirée par les nombreux visiteurs attendus.

Enfin, Jean-Louis et Véronique Delvaux vont rénover l'orangerie, située à l'extrémité du parc, pour une utilisation personnelle. Un pavillon va être ajouté de chaque côté de ce bâtiment dont il ne restait plus que les murs.
Le projet d'aménagement global, d'un coût de plusieurs centaines de milliers d'euros, est entièrement financé par le couple. Ces passionnés visent l'obtention du label national « Jardin remarquable ».
L'entrée sera payante. Le jardin sera ouvert au public environ une cinquantaine de jours par an. Une fondation va être créée pour gérer le parc, présidée par Véronique Delvaux, ainsi qu'une association des Amis du parc. Pour l'instant, son nom de code est simplement "Parc de St-Victor-des-Oules", mais il sera doté à terme d'une identité propre. Ouverture prévue en juillet 2014. 

Infos : 06 08 65 89 53.
Christophe Gazzano


Commentaires

22/02/2014 » Bravo !
Auteur : Roselyne B
Un beau projet que la restauration de ce parc à l'entrée du village en bas du château. Nous attendons l'ouverture au public pour venir apprécier une petite "balade romantique" au milieu d'une belle végétation que nous verrons s'épanouir au cours des prochaines années. Améliorons, faisons ressortir tous les atouts de notre beau village de Saint-Victor tout en prenant soin de lui garder précieusement l'authenticité d'un petit village gardois dont je suis tombée sous le charme il y a quelques années.

Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide