Ce champ est invalide

Un nouveau visage à Uzès

Arrivée à la rentrée 2013, Diane d'Ormesson est la nouvelle directrice de la médiathèque d'Uzès. Elle qui a exercé divers métiers dans le domaine de la culture et de littérature, souhaite apporter sa « touche » à l'édifice.

Femme, pouvoir et bibliothèque ne se conjuguent pas aisément à Uzès. L'histoire de la médiathèque municipale est celle de la volonté de femmes. Du passage de ses directrices successives (Mireille Vallat et Annie Auberlet), le lieu a gardé un esprit d'ouverture et une sensibilité particulière à l'art.
Diane d'Ormesson ne déroge pas à la règle. Regard bleu, cordial, l'attitude posée est celle des femmes qui font de l'éducation des esprits une priorité. Succédant à Annie Auberlet, Diane d'Ormesson est arrivée à Uzès pour la rentrée 2013.

Appliquée, la nouvelle directrice s'est accordée un peu de temps afin de prendre la température et de s'imprégner du lieu. Le premier mois était la phase d'« l'observation » : comprendre « comment les choses fonctionnent, faire connaissance avec les collègues, avec les membres de l'association Les Amis de la médiathèque d'Uzès, avec les élus... ». Elle a rencontré beaucoup de monde et emmagasiné de nombreuses informations. « J'entre aujourd'hui dans la phase de réflexion, confie-t-elle : voir ce qui pourrait être changé, les orientations à donner... »

Attirer un public plus jeune

Le fil rouge de son parcours est le jeune public, auquel elle accorde un intérêt tout particulier. « J'ai beaucoup travaillé autour du livre et des enfants », explique-t-elle.
Enseignante à Paris durant huit ans, Diane d'Ormesson se lance ensuite dans des études de documentaliste. Elle se met alors à son compte et entreprend des recherches iconographiques (étude descriptive d'œuvres appartenant aux arts visuels) pour des historiens et pour les éditions Gallimard.
En 1991, elle obtient un poste dans la région, bibliothécaire à Tavel, où elle travaille au développement de la bibliothèque rurale.

Après avoir passé avec succès le concours de la Fonction publique, Diane est engagée à Nîmes, au secteur jeunesse de Carré d'Art, dont elle prend la direction peu de temps après. Les missions s'enchaînent et les responsabilités ne tardent pas à arriver. Elle prend la tête du pôle « Mission éducative jeunesse », un réseau à l'échelle municipale. « Dans le Service public, les enfants sont un public privilégié », souligne-t-elle.

Sensible à l'image et aux illustrations dans les livres, c'est dans la littérature jeunesse qu'elle trouve le plus de créativité. Mais aussi à celle des artistes qui collaborent avec les grandes maisons d'édition spécialisées dans la littérature jeunesse, voire des artistes illustrateurs qui se sont installés à leur compte. Elle en est convaincue : cette richesse artistique et culturelle est un atout. « C'est l'éducation qui fait les futurs citoyens ». Et demain ?

Parmi les idées qui ont fleuri dans son esprit, Diane d'Ormesson évoque, toujours en direction des jeunes, « un portail de bibliothèques sur internet, l'utilisation accrue d'outils tels que tablettes, ordinateurs ou liseuses ».
Elle souhaite réaménager l'espace pour un meilleur accueil du public : « créer un espace bien identifié pour les tout-petits ; un autre pour les ados, avec des documents qui leur correspondent, où ils se sentent bien ». Et, bien entendu, « poursuivre la politique d'animation déjà très riche », en axant sur des thématiques ludiques et actuelles, « qui ont du sens car elles regroupent différents types d'animation (concert, exposition, conférence) ».
Comme la Lettonie, pays méconnu de l'Union européenne.

Diane d'Ormesson n'est pas inquiète pour l'avenir de la médiathèque d'Uzès. Pour elle, travailler ensemble, sur un même territoire, prêter attention à ce que font les autres bibliothèques en termes d'animations, s'associer pour des manifestations, etc... est une évidence. Tout comme le transfert de la compétence Lecture entre les mains de la Communauté de communes Pays d'Uzès.
L'avenir des bibliothèques passera-t-il aussi par une mise en réseau du territoire ? « Tout reste encore à définir, modère-t-elle. Cette décision ne m'appartient pas ».  
Aurélia Simonin


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide