Ce champ est invalide

Il était une fois une conteuse ensorcelante

Tout le monde connaît Sophie Joignant, qui enchante l'Uzège lors du festival du conte qui se tient chaque année au mois de juin. Mais qui connaît l'histoire de celle qui raconte si bien celle des autres ?

Rencontre dans un univers magique où les mots invitent au voyage et à l'imaginaire, avec une marraine fée pour les mettre en musique.

Souvenez-vous, dans votre enfance, vous vous êtes sans doute endormis en rêvant de princesses, de dragons, de quête fantastique et de décors majestueux. Juste parce que vos parents vous lisaient une histoire avant d'aller dormir. Mais pourquoi les contes seraient-ils réservés aux enfants ?

Sophie Joignant a toujours aimé les contes. « Petite, j'adorais écouter en boucle les contes de fée. J'ai été très tôt passionnée par la littérature et les histoires ». Pour assouvir cette passion, Sophie Joignant se consacre à des études de lettres, dans le but de devenir journaliste.

Sa rencontre avec son futur mari lui donne envie d'évoluer vers l'enseignement. « C'était une expérience enrichissante. Puis nous avons quitté la région parisienne pour accomplir un nouveau rêve : l'ouverture d'un salon de thé dans un petit village des Alpes-maritimes, à Tourrettes-sur-Loup. Ce fût une très belle aventure. »
Mais Sophie Joignant n'arrête pas là les expériences. Elle n'hésite pas à reprendre des études de lettres pour obtenir un DEA (diplôme d'études appliquées). « Cela a coïncidé avec la naissance de mon premier enfant et notre installation à Collorgues. J'ai donc arrêté de travailler, mais j'avais toujours une envie en moi de faire autre chose, d'aller à la rencontre des autres ».

Elle a un véritable déclic lorsqu'elle entend un conteur pour enfant. « J'en avais déjà entendu auparavant, mais j'ai vraiment accroché sur le partage qu'il y avait avec le public ».
Elle prend alors contact avec l'association Oral, pour suivre une formation à l'art de conter. « J'étais dans un groupe de travail avec d'autres personnes en formation comme moi. Nous nous rencontrions une fois par mois pour nous entraîner. C'est vraiment bien d'avoir cette possibilité pour apprendre car, quand on est entre nous, il y a un retour que l'on ne peut pas avoir avec le public. »

C'est comme cela que Sophie Joignant est devenue conteuse professionnelle. Elle a démarré tout simplement en allant bénévolement dans les écoles de ses enfants. Elle a suivi plusieurs stages dans les Cévennes pour se perfectionner. « Un conteur, c'est un peu un comédien, il doit apprendre à poser sa voix, son souffle, maîtriser la diction, apprendre la gestuelle pour donner plus de vie aux mots ».
Son répertoire s'étoffe progressivement. « Je travaille toujours au coup de cœur, avec des histoires que j'aime raconter comme Merlin l'enchanteur ou le voyage d'Ulysse. Je m'appuie sur des textes écrits que je m'approprie, que je réécris avec mes mots et qui évoluent. Rien n'est figé. »

Sophie Joignant aime tisser des histoires, « comme une recette de cuisine avec une pincée d'adaptation à l'époque, au lieu, aux témoignages locaux... »
Une chose est sûre, Sophie Joignant ne fait pas ses contes uniquement pour les enfants, mais aussi pour tous les publics et notamment les adultes. « C'est tellement enrichissant de faire vivre une histoire, de la rendre plus limpide et plus savoureuse en la racontant plutôt qu'en la lisant. Mon but, c'est aussi de donner envie aux gens de se plonger dans le texte original, de créer un va-et-vient entre l'écrit et l'oral ».

Un constat s'impose, trop peu de gens connaissent les contes. Il vient alors l'idée à Sophie Joignant de créer une association, l'Arbre qui chante et, surtout, un événement le Festival du conte.
« Au départ, c'était une idée nationale, un peu sur le mode de ce qui existait pour la Fête de la musique, pour amener les adultes au conte. Nous avons commencé par une journée, puis deux, puis trois, pour finalement aboutir à une quinzaine. Le public est fidèle, notamment parce que ce sont beaucoup de gens d'ici. On fait venir tous les artistes de la tradition orale avec de la musique, des contes, du théâtre. » Chaque festival a sa thématique, souvent inspirée par un pays, une région, une tradition. « Nous nous appuyons beaucoup sur nos voyages, nos rencontres, nos échanges et c'est une très belle expérience ».

Muriel Duny


 

Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide