Ce champ est invalide

Trois générations d'excellence

Après 34 ans de bons et loyaux services à la tête de la boucherie Hurard, le couple d'artisans du même nom passe la main à leur talentueux apprenti Mikaël Gillion. Tout comme Claude Hurard avait pris la succession de Robert Bompard. Les trois générations d'artisan bouchers se retrouvent aujourd'hui.

Un peu comme le feraient des amis de longue date ou les membres d'une famille nombreuses, Robert Bompard, Claude Hurard et Mikaël Gillion se sont retrouvés pour échanger quelques souvenirs cocasses des années où la ville d'Uzès comptait treize boucheries. Réunis par la vie et la passion du métier, ils représentent trois générations d'artisans bouchers qui se destinaient à atteindre l'excellence.

1956-2014
La saga débute en 1956 : Robert Bompard entre en apprentissage chez son oncle, Charles Revello, artisan boucher uzétien installé sur la place Albert 1er.
À cette époque, l'appartement de la tante Ella occupait la place de l'actuel laboratoire. « Ma chambre était là », dit-il en désignant une réserve. Après son service militaire et son mariage en 1964, il reprend la boutique familiale qu'il tiendra pendant 35 ans.

En 1972, le jeune Claude Hurard entre en apprentissage. Deux ans plus tard, il est le meilleur apprenti de la région. Lui aussi mettra le métier entre parenthèse pour faire l'Armée. 1978 marquera son mariage avec Pierrette et leur installation dans un petit local, avenue du Général Vincent, où le binôme officiera durant 19 ans.
En 2000, Robert Bompard, qui songe à vendre, s'adresse tout naturellement à Claude Hurard. « Comme nous étions à l'étroit, nous avons saisi l'opportunité », se souvient Claude Hurard. L'appartement devient le laboratoire et le chiffre d'affaires ne tarde pas à doubler.

Reste que « l'arrivée des supermarchés a provoqué une saignée ». Le nombre d'artisans s'est réduit comme peau de chagrin. « Nous avons travaillé plus fin, sur la qualité des produits et l'accueil des clients. En cela, Robert était un précurseur ». Et pendant 14 ans, la boucherie tourne à Uzès grâce à une clientèle fidèle et un savoir-faire reconnu.

En 2003 arrive Mikaël Gillion comme apprenti. L'Uzétien est dans les traces de ces prédécesseurs : meilleur apprenti de la région en 2005 et 11e sur 23 au niveau national. Avec son diplôme de l'école de commerce, spécialité agro-alimentaire et sa motivation dans un métier difficile, il représente le profil idéal pour Pierrette et Claude Hurard, qui décident de lui laisser la main en 2014. « J'ai cherché de nouveaux débouchés pour développer l'activité, explique Mikaël, comme proposer de la rôtisserie et faire la vente directe aux restaurateurs locaux ».
Une petite fête a été organisée en juillet dernier « pour lancer cette nouvelle aventure ». Une nouvelle page se tourne place Albert 1er.

Aurélia Simonin


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide