Ce champ est invalide

Du Cinquecento à Amazon

L'écriture et ses tourments. En se lançant dans une saga historique en 2007, Pierre Legrand et Claudine Cambier s'imaginaient-ils que la sortie de leur 6e et ultime tome serait parsemée de telles embûches ?

Il assure le scénario, elle assure l'écriture. À eux deux, ils ont donné naissance à pas moins de 363 personnages, dont 298 ont existé réellement. On a pu suivre leurs aventures au fil des 3 000 pages de la saga Cinquecento (pour un million soixante-dix mille mots) et de ses six volumes. Une aventure qui aura occupé Pierre Legrand et Claudine Cambier pendant pas moins de sept années !

En 2007, tout est parti d'un tableau de Titien, L'amour sacré et l'amour profane, que le couple installé à Saint-Laurent-la-Vernède, possède depuis une trentaine d'années. Pierre, inspiré par ce tableau, se réveille un matin avec une histoire en tête. Il en fait immédiatement part à sa femme, passionnée de littérature, licenciée en lettres romanes et agrégée de l'enseignement.

La saga Cinquecento, intrigue historique dans la Venise des années 1509 à 1542, était née. Le premier tome, 736 pages, est auréolé de mystères : comment comprendre que Laura Bagarotto, jeune femme noble de Padoue, arrivée à Venise en 1509, dépouillée de ses titres et de sa fortune pour trahison envers l'État, soit autorisée à se fiancer au Grand Chancelier de la République Nicolò Aurelio en 1514 ? C'est ce même Grand Chancelier qui a commandé le tableau L'amour sacré et l'amour profane à Titien...

Dans Cinquecento, tous les faits décrits ont réellement eu lieu. Passions, peinture, littérature, complots et histoires des guerres d'Italie se mêlent au fil des intrigues. C'est le fruit des nombreuses recherches historiques de Pierre Legrand, qui l'ont parfois mené à se déplacer jusqu'en Italie. «Le roman historique trahit-il l'Histoire ?, s'interrogent les auteurs. On l'en soupçonne. Mais n'a-t-on pas souvent matière à soupçonner aussi bien un témoin oculaire racontant dans l'heure un fait qu'il vient de vivre ?».

Pour le 6e tome, qui évoque le complot franco-turc de 1542, il s'est appuyé sur les Mémoires de l'ambassadeur de France à Venise, Guillaume Pellicier, artisan du complot. Pour trouver ce précieux livre, Pierre Legrand s'est rendu sur le site BookFinder, qui permet de lancer des recherches dans le monde entier pour trouver des titres rares. Fruit du hasard : l'ancien bouquiniste uzétien de la place Dampmartin à Uzès était en possession de ces fameux Mémoires !
Ce dernier volume, Le complot de San Donato, met en scène les enfants du Grand Chancelier Nicolò Aurelio et de Laura Bagarotto, plongés malgré eux dans une guerre secrète qui n'hésite pas à éliminer ses propres complices... La sortie aurait dû avoir lieu en juin 2014. Mais rien ne s'est passé comme prévu. Les Éditions de l'Astronome, qui ont publié les cinq romans précédents, ont annoncé au couple qu'elles n'étaient plus en mesure d'assurer l'impression du dernier. Il était impensable pour Pierre et Claudine de priver leurs lecteurs du fin mot de l'histoire.

Pierre Legrand, touche-à-tout passionné, s'intéresse depuis plusieurs années à l'édition électronique. Son épouse et lui possèdent plusieurs liseuses électroniques et ont peu à peu apprivoisé la lecture sur ce nouveau format. «Aujourd'hui, la donne est totalement inversée, constate Pierre Legrand. En 2008, alors que sur 100 exemplaires des Fortins de Venise (titre du premier volume), nous en vendions 90 en librairie physique et 10 en ligne ; en 2015, c'est l'inverse. Mais le numérique fait peur aux éditeurs français». Pour preuve, le tarif des livres électroniques, trop élevé au goût de Pierre Legrand, qui pourrait selon lui être facilement divisé par deux ou trois. «40 % des livres électroniques qui se vendent coûtent moins de 5 €. Et même sur ce prix-là, l'auteur gagne de l'argent !». Parfois même plus qu'avec l'édition papier...

Le couple de Saint-Laurent-la-Vernède s'est donc tourné vers le géant du secteur : Amazon, souvent qualifié de «plus grande librairie du monde». L'Américain a mis au point un ingénieux système automatisé d'impression à la demande, pour tous les auteurs. Mais pour en bénéficier et être référencé sur Amazon, mieux vaut s'armer de patience...
Point clé : être enregistré auprès du fisc américain. «J'ai passé plus d'une heure au téléphone, à répondre en anglais aux questions du fisc», se souvient Pierre Legrand.

Le complot de San Donato est disponible sur Amazon depuis quelques semaines. Il n'est plus question de stock. Le livre est imprimé à chaque commande. Pierre Legrand, ingénieur chimiste, s'est même amusé à calculer le bilan carbone de ce procédé. «Pour dix livres imprimés de cette manière, on sauve un arbre».
Cela a même donné l'envie aux auteurs de numériser entièrement leur série. Le premier volume sera bientôt disponible pour tous les possesseurs de liseuses et autres tablettes.

Même si la saga Cinquecento est bouclée (encore que le mot FIN est barré sur l'ultime page, pour un dernier clin d'œil), Pierre et Claudine n'en ont pas terminé avec le Venise de la Renaissance. Ils ont publié en parallèle Le concert interrompu, premier roman d'une nouvelle série de romans policiers, Enquêtes vénitiennes. On y croise des figures de la saga Cinquecento. Un deuxième titre est déjà en route. Et pour le lancement de ce nouveau projet, le couple est aussi parti d'un tableau...
Plus d'infos sur www.lesfortinsdevenise.be

Christophe Gazzano


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire

Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide