AccueilUzèsAlbert-II de Monaco sur un attelage du haras d’Uzès

Albert-II de Monaco sur un attelage du haras d’Uzès

Une délégation du haras national d’Uzès a eu l’honneur de transporter, notamment, le prince Albert-II de Monaco dans une voiture hippomobile datant de 1830.
Albert-II de Monaco sur un attelage du haras d’Uzès
IFCE - Albert-II, prince de Monaco, sur un attelage de la collection de l'IFCE, centralisée à Uzès.

Uzès Publié le ,

Une petite partie du patrimoine de l’antenne uzétienne de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE), s’est mise à l’heure de la Principauté.
Dans le cadre de la troisième rencontre des sites historiques Grimaldi, le haras national d’Uzès a mis à disposition de la famille princière « un grand break de chasse et de promenade qui date de 1830 ». Cette voiture appartient à la collection qui garnit le musée hippomobile de l’IFCE, à Uzès.

« Ces rencontres mettaient à l’honneur les territoires de la Manche. Le haras de Saint-Lô a fait appel à nous pour valoriser le patrimoine de l’IFCE, l’expertise de son réseau de référents, ses métiers et ses savoir-faire », explique Luc Fruitet, directeur du site uzétien.

Lancer le diaporama2 photos

Un attelage de quatre chevaux de traits de race comtoise, avec trois représentants du haras d’Uzès, a roulé dans les rues du Rocher pour transporter, notamment, son Altesse sérénissime Albert-II, prince de Monaco. « Nous avons eu de nombreux échanges avec lui, son ministre d’état et l’historien personnel de la famille, se rappelle Luc Fruitet. Pour correspondre au protocole princier, il aurait fallu un attelage de six chevaux. Mais pour des raisons logistiques et pratiques, nous n’avons pu en amener que quatre. L’attelage était ensuite monté de façon différente en fonction des personnalités transportées. Il y a eu un réel engouement de la part de tous les monégasques ».

Une première depuis 150 ans

Les locaux ont ainsi pu apprécier un savoir-faire équestre que la Principauté n’avait pas vu depuis plus de 150 ans et le règne d’Honoré-III.

« Petit à petit, l’automobile et les moteurs ont pris le pas sur les attelages et les chevaux, qui n’ont plus du tout circulé depuis cette époque, raconte le directeur. Les Monégasques sont très intéressés par le monde du cheval. Nous avons fait 25 tours du Rocher avec les enfants et les familles des carabiniers du palais par exemple. Il y a beaucoup de projets qui pourraient voir le jour avec la Principauté pour valoriser l’histoire de l’IFCE ».

Parmi ceux-ci, il en est un qui est déjà dans les cartons : une exposition de voitures automobiles pour laquelle l’Institut français exposera quatre modèles hippomobiles, dans le courant de l’année.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 23 juin 2022

Journal du23 juin 2022

Journal du 16 juin 2022

Journal du16 juin 2022

Journal du 09 juin 2022

Journal du09 juin 2022

Journal du 02 juin 2022

Journal du02 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?