AccueilUzèsDéchets : La prévention se durcit

Déchets : La prévention se durcit

Après plusieurs mois d’envoi de courriers aux particuliers contrevenants, la Mairie va commencer à sévir.
Les colonnes de tri débordent régulièrement à Uzès.
DR - Les colonnes de tri débordent régulièrement à Uzès.

Uzès Publié le ,

Fin septembre 2021, le Conseil municipal avait voté deux délibérations pour rappeler les règles aux sujets des bacs d’ordures ménagères et assimilés et les dépôts sauvages de déchets sur la voie publique.

« Nous avons décidé de rappeler les règles dans un premier temps et les sanctions que les contrevenants peuvent encourir. Ces délibérations nous permettent de pouvoir sanctionner directement en cas de constatation avérée du manquement aux règles, explique Jacques Caunan, troisième adjoint à l’environnement, au cadre de vie et au développement durable. Par ailleurs, j’ai pris la charge de faire quotidiennement le tour de la ville pour vérifier les colonnes de tri et les dépôts sauvages ».

Uzès : 200 sépultures dans un cimetière du VIIe siècle mises au jour

Ces démarches, entreprises dans un but préventif, ont porté leurs fruits auprès des professionnels.
« On a dressé des premières sanctions, sous la forme de factures de frais de nettoiement, à des professionnels de la place aux Herbes et la place Dampmartin. Ils génèrent beaucoup de déchets et ont été habitués à laisser les bacs et les sacs à ordures à l’extérieur. Ces usages doivent évoluer. Maintenant, ils l’ont intégré nous avons de très bons rapports », raconte l’élu. Pour rappel, les professionnels doivent sortir le verre la veille au soir, après le service, le lundi et le jeudi, entre le 1er avril et 30 septembre ; les cartons vides, propres et pliés, à sortir la veille au soir, les mardis et les vendredis. « Il est interdit aux professionnels de mettre leurs ordures ménagères non recyclables dans les colonnes de tri, rappelle Jacques Caunan. Ils possèdent des bacs à sortir après le service ou avant 9h, du lundi au dimanche inclus, entre juin et septembre ».

Pour le dépôt sauvage des déchets, les contrevenant sont susceptibles de régler les frais de nettoiement, à hauteur de 150 € pour un professionnel, 300 € en cas de récidive ; 50 € puis 100 € pour un particulier. « Ces frais de nettoiement, qui s’élèvent à 150 000 €/an, sont à la charge de la commune, car ce sont les services de la Ville qui assurent la propreté. Le Sictomu ne gère que la collecte des colonnes ».

Après des courriers, des sanctions

Depuis début 2022, Jacques Caunan travaille auprès des particuliers. « Nous envoyons des courriers pour prévenir que nous avons constaté un manquement aux règles. Dans un deuxième temps, nous leur rappelons le tarif des sanctions », note le troisième adjoint.
Les envois de courrier sont quotidiens mais aucune sanction n’a pour l’instant été constatée. « Le troisième courrier pourrait être accompagné d’un procès-verbal, en plus de la facturation des frais de nettoiement ». D’autre part, un dispositif de caméras de surveillance sera progressivement mis en place dans la ville d’ici deux à trois mois et servira à signaler les manquements aux règles autour des colonnes de tri.

« Nous avons également une déchèterie à 2km du centre-ville, si les colonnes sont pleines, il est possible de déposer ses sacs là-bas, sans avoir recours aux dépôts sauvages », rappelle aussi Jacques Caunan.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?