AccueilPays d'UzèsÉclairages publics : un véritable enjeu énergétique

Éclairages publics : un véritable enjeu énergétique

Crise de l’énergie, budget, sécurité et écologie, dans les communes, la lumière est au cœur de nombreux enjeux. Uzès et ses environs n'échappent pas au phénomène.
L’éclairage public représente une dépense de 12,86€ par habitant et par mois pour la commune d'Arpaillargues.
DR - L’éclairage public représente une dépense de 12,86€ par habitant et par mois pour la commune d'Arpaillargues.

Pays d'Uzès Publié le , M.R / L.L

Rarement l’électricité n'a coûté aussi cher. Sur le marché global, de 50 €/MWh constatés en début 2021, le prix a pu monter jusqu’à 700 € à l’été 2022, affirmait le gouvernement en août dernier sur son site economie.gouv.fr. Face à ce contexte économique sous tension et aux enjeux écologiques plus que jamais au cœur de l’actualité, de plus en plus de villages se mettent à effectuer des modifications ou limitations vis à vis de leur consommation d’énergie. En tête de ces factures : l’éclairage public et le chauffage.

Le cap des économies à Uzès

«Le chauffage a été allumé dans les écoles et les autres locaux des services municipaux », confirme le maire d’Uzès, Jean-Luc Chapon. Cette année, le chauffage sera bloqué à 19° pour pallier la hausse des prix, « qui pourrait multiplier par deux et demi le coût habituel, craint-il. Les collectivités n’étant pour l’heure pas concernées par la régulation des prix ». « Mais nous allons voir ce que ça donne parce que si dans les gymnases nous allons même pouvoir réduire un peu plus la température, il se peut que ce ne soit pas suffisant pour les salles de classe par exemple, où les enfants ne sont pas en mouvement », nuance le directeur des services techniques de la Ville, Hubert Lupérini. Autre adaptation à la situation, les différents utilisateurs ne pourront pas accéder au réglage de la température, qui sera centralisé.

Débat autour de l'éclairage public :

Quant au pôle éclairage public, il est en cours de révision par la Ville depuis des années. « Nous avons fait le choix d’un contrat de performances énergétiques en 2016 », rappelle le maire. Il implique que l’entreprise choisie, la Spie, change tout l’éclairage en dix ans, pour passer au Led. L’économie atteint aujourd’hui 42% et devra être de 60% d’ici la fin du contrat, en 2026. Tout le cœur de ville sera passé au Led d’ici la fin de l’année. L’éclairage public des rues uzétiennes passe en plus à 60% à partir de 22h puis à 40% dès minuit jusqu’à 6h.

“Nous sommes en avance sur certaines autres communes pour ce qui est des économies d’éclairage public”

Un programme qui ne satisfait pas l’élue d’opposition Lydie Defos du Rau, qui s’est positionnée sur le sujet lors du dernier conseil municipal, jugeant l’action de la Ville insuffisante face aux enjeux climatiques. « Il y a un avantage et un inconvénient, reconnaît Hubert Lupérini. L’avantage est que nous sommes en avance sur certaines autres communes pour ce qui est des économies d’éclairage public avec le contrat de performances. Mais nous ne pouvons maintenant pas choisir d’éclairer une lumière sur deux ou d’installer des détecteurs de mouvement car tout est contrôlé par un seul et même tableau. La technologie était différente en 2016 ».


Noël sera bien illuminé

Si certaines villes ont fait le choix de supprimer les illuminations de Noël pour pallier la hausse du prix de l’énergie, le maire d’Uzès estime que «la vie doit continuer. L’éclairage de Noël sera donc allumé comme d’habitude, au début du mois de décembre». En revanche, certains ajustements seront effectués. «Dans les rues où il y a des plafonds de lumière, comme la rue Jacques-d’Uzès ou la rue de la République, nous éteindrons les lampes de l’éclairage public. Du coup, la consommation sera équivalente à la consommation habituelle», précise le directeur des services techniques.


Il faudrait sinon investir pour adapter le matériel existant, « ce qui coûterait plus cher que l’économie envisagée », poursuit le directeur des services techniques. « C’est aussi une question de sécurité, nous ne souhaitons pas éteindre les lumières, réaffirme le maire. De plus, les caméras de surveillance, pour lesquelles nous avons voté 350 000 € d’investissements supplémentaires cette année, nécessitent de la lumière ». « Il faut rappeler que les images sont aussi utilisées par la gendarmerie et si nous mettions des caméras infrarouges (qui n’ont pas besoin de lumière), il ne serait pas possible de lire les plaques d’immatriculation », ajoute Hubert Lupérini. La lumière ne sera donc pas éteinte cet hiver à Uzès.

Certaines communes s'essayent au tout éteint

Depuis plusieurs semaines, au stade de tests ou à volonté définitive, plusieurs villages s’essayent à l’extinction totale des éclairages à compter d’une certaine heure. « Nous avons commencé à interroger la population sur le sujet. Tous les retours observés jusqu’ici sont favorables à éteindre complètement les lumières entre 23h et 5h du matin », explique Gérard Dautreppe, maire d’Arpaillargues. Pour sa commune, l’éclairage public représente une dépense de 12,86 € par habitant. L’éteindre c’est donc « économiser et protéger la biodiversité de la ville », souligne l’élu. Pour l’instant, cette décision ne concerne que «quelques quartiers» mais une question sur son élargissement sera rendue publique le 15 novembre prochain.

Uzès : la sobriété énergétique s'invite au conseil municipal

Belvezet place également l’éclairage au cœur de ses changements. «Nous n’avons pas attendu les crises pour s’y pencher, cela fait deux ans que nous essayons d’adopter la fin de l’éclairage la nuit. En plus d’économies évidentes, nous observons des retours positifs et une qualité du ciel améliorée», note le maire Michel Lafont. Cette commune a d’ailleurs participé cette année au Jour de la nuit, une initiative nationale qui invite les villes chaque automne à couper entièrement leurs éclairages durant une nuit et à organiser des ateliers autour de la vie nocturne.
La Municipalité confie d’ailleurs vouloir atteindre l’extinction totale et contrôlée de ses éclairages d’ici le début de l’année prochaine. «La meilleure énergie est celle qu’on ne consomme pas», affirme le maire.

Quid de la sécurité ?

Cependant, dans certaines communes, l’obscurité fait débat. Si plusieurs études affirment qu’aucun lien n’existe entre criminalité et absence de lumière, même au contraire, la nuit continue d’inquiéter. En exemple phare de ce phénomène, la commune de Collias qui, après avoir essayé l’extinction complète, est revenue sur sa décision car plusieurs habitants évoquaient « un sentiment d’angoisse et d’insécurité ».


Que dit la loi ?

Vitrines/magasins et éclairages publics.
Pour ce qui est de vitrines de magasins, la loi exige une limitation de leur allumage. Ainsi, elles doivent obligatoirement être éteintes au plus tard à 1h du matin ou une heure maximum après l’arrêt de l’activité (dans les cas de commerces nocturnes). Elles peuvent ensuite être rallumées dès 7h du matin. Les éclairages publics, quant à eux, sont entièrement soumis aux choix et responsabilité de la Municipalité. «Aucune disposition législative ou réglementaire n’impose aux collectivités territoriales une obligation générale et absolue d’éclairage de l’ensemble des voies de la commune», explique la loi.

Sanctions.
En cas de non-respect de ces limitations et obligations nocturnes, une mise en demeure d’un maximum de cinq jours peut être réclamées. Au-delà de ce délai, le responsable du commerce ou de la vitrine s’expose à une amende de 1 500 €. Le rôle de contrôle et de sanction est attribué à la Mairie.


Les mairies devant également assurer la protection de leur population, la gestion de l’éclairage relève être un savant jeu d’équilibre. « Il est vrai que l’obscurité pose problème pour nos caméras de vidéosurveillance, il va falloir les rendre infrarouges », remarque le maire d’Arpaillargues.

Uzès : une course à pied pour Octobre rose

De fait, pour limiter leur empreinte écologique tout en préservant un sentiment de sécurité, certaines villes favorisent la modernisation de leurs équipements (Leds, détections de mouvements ou encore baisse d’intensité), à la coupure totale leurs éclairages.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 08 décembre 2022

Journal du08 décembre 2022

Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?