AccueilPays d'UzèsFlaux et Saint-Siffret : des moutons sèment le trouble

Flaux et Saint-Siffret : des moutons sèment le trouble

Depuis un moment déjà, un troupeau de moutons divague entre les communes de Flaux et Saint-Siffret. Cette semaine, les choses ont bougé et une issue va être trouvée.
Plus de 300 moutons, brebis et agneaux, ont divagué entre Flaux et Saint-Siffret pendant des mois.
©MathildeRoux - Plus de 300 moutons, brebis et agneaux, ont divagué entre Flaux et Saint-Siffret pendant des mois.

Pays d'Uzès Publié le ,

Nombreux sont ceux à les avoir aperçus. Leurs têtes se dressent lorsqu’on s’approche. Installés paisiblement au milieu des vignes à Flaux, un troupeau de plus de 300 moutons et brebis broute l’herbe ou prend le soleil. Parmi eux, de nombreux agneaux semblent faire leurs premiers pas. Un paysage rural qui pourrait être commun, sauf que ce troupeau est en fait en divagation, errant un peu partout sans encadrement. Cette situation, qui avait déjà démarré au printemps 2022, pose problème.

Grève du 19 janvier : l'usine Haribo d'Uzès se mobilise

Habitants, agriculteurs ou même élus se sont alors changés en bergers d’un jour à plusieurs reprises, reconduisant le troupeau chez lui sans trop de difficultés. Mais les mois passant ont commencé à faire naître impatience et agacement quant à la présence quasi permanente des animaux.

Nous sommes un peu désarmés, ce n’est pas évident de parquer et de s’occuper de 300 bêtes”

En effet, les moutons vont là où se trouve de la nourriture potentielle et ne différencient pas le foin qui leur est destiné aux plantations des exploitants locaux. Ainsi, lorsqu’ils grignotent par exemple des hectares de raisins juste avant les vendanges, leur festin a de lourdes conséquences. Des milliers d’euros de dégâts ont été constatés sur des parcelles des villages de Flaux et Saint-Siffret.

De vaines tentatives pour évacuer le troupeau de moutons

Les voix commencent alors à s’élever, révélant l’envers du décor de ce que les passants peuvent trouver mignon. Risque d’accident sur la route, femelles qui mettent bas sans soutien, agneaux non bagués, bêtes mortes au milieu des près...


Lancer le diaporama3 photos


Des démarches sont alors amorcées pour essayer de régler le problème mais aussi pour espérer pouvoir compenser les dégâts causés sur les cultures. Courriers des mairies, rapport de la police intercommunale et demande d’intervention de la Préfecture avec le service santé et protection animales de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP), les recours sont divers et sont complétés par plusieurs tentatives de dialogue avec le propriétaire du troupeau. Mais aucune évolution n’est constatée.

Les mairies sont désarmées

Il est du pouvoir de police du maire de gérer la divagation d’animaux sur sa commune. Mais on ne prend pas en charge un tel troupeau comme l’on peut le faire avec un chien ou un chat. « Nous sommes un peu désarmés, ce n’est pas évident de parquer et de s’occuper de 300 bêtes », confirme Denis Juvin, le maire de Flaux. C’est alors le maire de Saint-Siffret qui a pris un arrêté municipal le 16 janvier pour que le troupeau soit réuni sur le stade communal en attendant de trouver une solution.

Transhumance d’un jour !

Après que la Mairie de Saint-Siffret ait pris un arrêté pour parquer le troupeau au stade communal, il a fallu faire remonter toutes les bêtes depuis les terres de Flaux. Une expédition qui s’est faite dans la bonne humeur par les chemins de randonnée reliant les deux communes afin d’éviter tout danger avec les automobilistes.

En fin de matinée, lundi 16 janvier, plusieurs personnes se convertissent alors en bergers intérimaires pour conduire le troupeau de moutons, brebis et agneaux, dont certains tout juste venus au monde, jusqu’au stade saint-siffretois. Sans trop de difficultés, sauf pour certains petits qui ont dû être portés pour suivre le rythme, les animaux ont rejoint leur destination en milieu de journée. Le stade est fermé, les animaux peuvent se nourrir de l’herbe et ont alors de quoi passer quelques temps en sécurité.

Protéger les animaux

« Il était impératif de réagir car nous n’avions plus de contact avec le propriétaire depuis plusieurs jours, explique la Municipalité de Saint-Siffret. Outre les dégâts chez les agriculteurs, il s’agit aussi de s’occuper de ces animaux, notamment des femelles qui mettent bas ».

En effet, dès le lendemain, deux nouveaux agneaux étaient nés, « nous allons essayer de les mettre au chaud, il fait 5° ! Nous voulons faire le nécessaire pour trouver une issue favorable ».

Les moutons finalement déplacés le 17 janvier

Au lendemain de l’arrêté municipal prévoyant de parquer les animaux à Saint-Siffret, les services de la Préfecture du Gard se sont rendus sur place. Des agents de la Direction départementale de la protection des populations ont donc constaté la situation, mardi 17 janvier. « Les animaux ont été rassemblés mais les conditions ne sont évidemment pas réunies pour accueillir longtemps un troupeau de 300 têtes », confirme la Préfecture.

Insee en Uzège Pont du Gard : 8 390 habitants recensés pour Uzès

Les services de l’État ont donc accompagné la commune pour prendre un nouvel arrêté municipal prévoyant le placement des moutons dans une autre exploitation pour une durée de huit jours. Pris le 17 janvier, cet arrêté a permis de déplacer les moutons dans la soirée, avant une nuit aux températures négatives.

Après ce délai de huit jours, deux issues sont possibles. Le troupeau peut être placé sous la protection d’une association ou être vendu dans le cas où l’éleveur ne remplirait pas les conditions nécessaires pour le récupérer.

Une situation délicate qui mêle de nombreux problèmes personnels du propriétaire, qui aurait mal réagi, nécessitant l’intervention des forces de l’ordre.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 février 2023

Journal du02 février 2023

Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?