Ce champ est invalide

Un pacte pour orienter les candidats

RSS

Environnement


JANVIER 2020

Des citoyens participent à la campagne nationale du Pacte pour la transition énergétique en proposant aux candidats de s’engager.

Le collectif pour une transition citoyenne s’est associé à une cinquantaine d’organisations comme Greenpeace, Commerce équitable France, Consom’acteurs... pour réaliser un pacte de 32 mesures qui a vocation à être soumis aux candidats aux élections municipales. Elles s’articulent autour de trois axes : sensibilisation et formation à la transition ; co-construction des politiques locales ; intégration des impacts à long terme et de l’urgence climatique et sociale. Le collectif national fonctionne avec des collectifs locaux, composés de citoyens, qui vont œuvrer auprès des candidats afin qu’ils s’engagent à mettre en place au moins 10 mesures du pacte s’ils sont élus.

«Le mot transition n’apparaît pas encore dans beaucoup de programmes», pointe Philippe Tiébot, habitant d’Arpaillargues, qui a décidé de participer au collectif local, avec Florence Allory et Denis Ballini. «La forme du pacte a été choisie pour qu’il y ait un réel engagement et une manière de vérifier que cet engagement soit tenu», complète Florence Allory. Tous les trois ont décidé de s’engager individuellement, même s’ils avaient déjà eu l’occasion d’échanger à la Fête des possibles ou encore lors des marches pour le climat. 

C’est d’ailleurs après un appel lancé sur les réseaux sociaux par les Fêtes des possibles que les prémices du pacte sont apparues. «C’était un appel pour agir sur le plan local, précise Denis Ballini. Dès janvier 2019, des propositions fleurissaient et une version définitive du pacte a été faite en mai».

Le collectif de l’Uzège réunit aujourd’hui une quinzaine de personnes. «On a découvert que l’on n’était pas seul, on s’est rencontré, on a commencé à faire des réunions, en parler à nos proches. Nous voulons continuer à faire connaître cette initiative».  

Le petit groupe a déjà commencé à rencontrer des candidats et leur présenter le pacte. «Chacun coche les mesures qui l’intéresse. Ce n’est pas 32 ou rien, précise bien Florence Allory. Mieux vaut n’en choisir que quelques-unes et les tenir !».

Suppression des publicités invasives, préservation du foncier agricole, arrêter l’utilisation des produits phytosanitaires, «il y a des choses qui peuvent se faire assez facilement».

Une philosophie

Dans un souci d’indépendance, les citoyens impliqués dans le collectif s’engagent à ne pas prendre parti et à ne pas soutenir de liste. «Le pacte n’est pas un outil de guerre contre quiconque, c’est un outil d’ouverture», poursuit-elle. «Ce n’est pas une contestation mais une philosophie pour chercher des solutions positives ensemble», ajoute Philippe Tiébot. Pour eux, c’est évident : «Rien ne se fera sans un travail commun entre élus et citoyens».

Mathilde Roux


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide