Ce champ est invalide

Les réactions à chaud

RSS

Municipales 2020


Le Républicain N° 3782 du 19 au 25 mars 2020

Les candidats d’opposition ne se faisait guère d’illusion à de l’annonce des résultats.

Dans le local de campagne d’Uzès s’engage, peu avant l’annonce officielle des résultats, aux alentours de 20h10, les colistiers de Christophe Cavard fêtaient déjà «une belle aventure». Des salves d’applaudissements accompagnaient l’entrée de chaque personne «d’un groupe fort».

«Cette aventure a permis de nouer des liens forts autour d’une cause commune. Tout le monde s’apprécie et nous conserverons de beaux souvenirs symbolisé par cette dernière», se réjouit Delphine Dejean, élue au Conseil municipal aux côtés de Christophe Cavard et Jerôme Maurin. 

Christophe Cavard, dans la transition

«Notre électorat  ne s’est pas déplacé alors que le maire a su mobiliser le sien, analyse Christophe Cavard. Il y a eu une logique affective qui a joué dans cette élection, avec des gens peut-être moins liés aux réseaux sociaux. Si peu de votants, ce n’est pas normal, nous aurons des rues désertes dans les jours à venir, regrette l’élu. On ne vit pas dans une bulle protégée à Uzès et nous avons un premier impact du virus ce soir. Jean-Luc Chapon a peut-être glané le plus bas nombre de voix de sept mandats».

Mais Christophe Cavard se veut toutefois rassembleur. «C’est un score sans appel, il faut le reconnaître. On s’inscrit désormais dans une logique collective et notamment frontale. Avec trois élus doté d’un vécu sérieux auprès de la population, nous serons en mesure d’apporter une solide expérience au service de la municipalité et porter des projets d’envergure auprès de la CCPU. À nous de mettre cette force de frappe au service de la collectivité. 

Nous avons vécu une très belle expérience avec ce groupe et c’est ce qui va nous permettre d’avancer dans le futur», se dit, optimiste et motivé, Christophe Cavard. 

Son colistier Jérôme Maurin était également au plus proche de ce groupe, qui s’est formé semaine après semaine. «Nous n’avons pas à rougir de ce qu’on avons fait. C’était une magnifique aventure humaine», entonne l’élu d’opposition. 

Les trois membres du Conseil de la liste Uzès s’engage s’inscrivent ainsi dans la transition. 

Du côté de la candidate Lydie Defos du Rau, la déception était bien sûr palpable à l’énonciation des résultats. Avec18,02 % des suffrages, la liste Uzès des possibles a rassemblé 472 voix. «Le scrutin a parlé. C’est une déception mais nous sommes satisfaits de notre score. Il faut dire qu’il y avait beaucoup d’inconnus pour ces élections. Sans oublier le coronavirus qui a suscité beaucoup d’intérêts», a avancé la candidate et ancienne élue d’opposition au conseil municipal.  «Nous sommes partis tardivement, nous n’avons pas suffisamment fait de terrain», a ajouté la candidate. Cependant, la candidate ne baisse pas les bras et a prévu de repartir de plus belle pour les prochaines élections. «Nous préparons 2026».   

Celle-ci sera donc élue au conseil municipal d’opposition aux côtés de son colistier Simon Subtil.

Recueillis par A.L. et C.F.-B.

 


Pas de commentaires pour l'instant


Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide