Ce champ est invalide

Depuis 1921, la famille Lavandet tient commerce à Uzès

RSS

Histoire


Quand on entre au 31 boulevard Gambetta à Uzès, soit par la double porte, soit par la porte « appareils ménagers », on est frappé par l’ambiance « magasin d’autrefois », qui tranche avec celle des magasins fonctionnels, vendant plus impersonnellement les mêmes articles. À son comptoir, Madame Maurice Lavandet, qui, aidée de Ahmed Drici s’occupant de la photo, connaît tous les anciens et même les nouveaux venus, nous offre son sourire et ses conseils. Elle a bien voulu nous en dire un peu plus sur la famille Lavandet.

 

Dans le Républicain du 17 mai 1980, Pierre Lavandet qui signe « retraité » raconte son arrivée à Uzès en 1921 et son bonheur d'avoir vécu dans notre ville : « ...je me devais d'écrire (...) mon histoire sur ma ville d'Uzès (...) où je vis encore, heureux, entouré de ma grande famille et de cette population uzétienne qui m'a donné toute sa confiance pour le métier d'électricien que j'exerce depuis cette date. (...) Le climat idéal de notre ville, son vent du Nord qui nous apporte l'oxygène des forêts de chênes verts qui nous entourent, son altitude -130 m environ- en font une station climatique de premier ordre. (...) Je bénis ma ville d'Uzès pour m'avoir donné non seulement le bien-être mais surtout la santé. Quand je me suis installé à Uzès (...) j'avais été blessé par le gaz ypérite à la guerre de 14/18 ; et j'allais souvent respirer cet air pur matinal sur la promenade des Marronniers, c'est ce qui m'a rendu la santé ».

MAURICE LAVANDET (1921/1995)

Fils du précédent, il fait des études pour devenir ingénieur électricien mais ne mène pas son projet jusqu'au bout et travaille avec ses parents dans leur magasin du boulevard Gambetta. Il rencontre en Algérie, dans la région de Constantine, Simone Roggy, fille d'agriculteurs, qu'il épouse. Ils s'installent à Uzès où naissent leurs quatre enfants. Le dernier, Lucien, aura un mortel accident de voiture en 1978, à 20 ans.
On dirait aujourd'hui de Maurice Lavandet qu'il est un homme de communication par excellence. De 1973 à 1977, il sera d'ailleurs président de l'UCIA (Union des Commerçants, Industriels et Artisans) obtenant un « franc succès » comme le rappelle Le Républicain de novembre 1981 à la suite de « 8 Jours de chance », une des animations qui avait bien marché dans toute la ville. Il participe à la Foire aux vins, crée la Foire aux croûtes...
Comme son père, il aime Uzès et publie dans Le Républicain d'octobre 1982 « Réflexions d'un Uzétien sur sa ville » où il traite de la restructuration de la place Nicolas Froment, des places de parking à créer, du stationnement en centre ville, et ;. car « L'ennui actuel et primordial (...) provient de la circulation et du stationnement ». Déjà !
Il ajoute : « En ce qui concerne la Rocade, Uzès a évidemment besoin de détourner une partie de la circulation. (...) La création d'un coupe-feu dans la garrigue m'a ouvert les yeux. C'est une piste très carrossable qui ne demande qu'à être goudronnée. Presque une route touristique qui domine Uzès. Quel merveilleux coupe-feu, une route ! ».

MAURICE LAVANDET ET LES MéTIERS D'ART

Dans les années 70, il tombe malade et se met à peindre. Il met également ses dons relationnels au service de l'art et des artistes. Il crée l'association Rencontre des Arts, dont le titre est déjà tout un programme. Les expositions ont lieu dans les caves du restaurant Le Médiéval (devenu aujourd'hui Le Renaissance), créé par son fils Michel où l'on entrait par le magasin Au bois de mon cœur.
En avril 1991, Le Républicain rapporte : « ...Maurice Lavandet et André Ven Hard ont réussi à mettre sur pied - et l'on sait ce que cela représente comme travail - le premier Salon d'Arts plastiques (...) au Foyer communal de la Mairie (devenu Salon Racine). Deux cents œuvres d'artistes se côtoient, toutes tendances confondues et, pour le visiteur, la découverte est grande au travers des peintures comme des sculptures. Le regard s'arrête là où l'émotion transparaît ».
En 1992, les mêmes organisateurs ouvrent en présence du maire, Jean-Luc Chapon, le deuxième Salon d'Arts plastiques qui propose plus de quatre cents œuvres d'artistes, peintres et sculpteurs au premier étage de la mairie d'Uzès.
En 1998, la municipalité rend hommage à cet Uzétien exceptionnel, décédé en 1995, par une exposition de ses œuvres au foyer communal.
On signalera pour finir que l'écrivain uzétien Jean-Louis Calvet vient de publier une petite plaquette sur Maurice Lavandet.

Monique Demerson
Remerciements à Mme Lavandet.

(Article paru dans Le Républicain d'Uzès n°3275, du 1er juillet 2010)


Commentaires

04/08/2015 » QUID de Mr Venhart?
Auteur : Müren
Monique Demerson bonjour, savez-vous ce qu'est devenu Mr Venhart?
06/12/2013 » Intéressant
Auteur : electricien à nimes
l'article est vraiment intéressant

Laisser un commentaire

Ce commentaire sera validé par la rédaction avant sa mise en ligne. Tous propos injurieux diffamants et racistes seront bannis du site.

» Faire un commentaire


Publier une annonce

Particuliers, sociétés
Cliquez ici


Professionnels : Avocats, notaires, experts, comptables
Cliquez ici

Lien Themisia
Ce champ est invalide

Rédigez votre petite annonce en ligne, Lire la suite

Déposez votre email ci-dessous

Ce champ est invalide