AccueilUzèsGrève du 19 janvier : l'usine Haribo d'Uzès se mobilise

Grève du 19 janvier : l'usine Haribo d'Uzès se mobilise

En ce jeudi 19 janvier, jour de grève nationale contre la nouvelle réforme des retraites, les mobilisations se multiplient partout en France. À Uzès, les salariés de l'usine Haribo se sont réunis ce matin devant leur lieu de travail.
Ils étaient une vingtaine ce matin devant l'usine Haribo à protester contre la nouvelle réforme des retraites.
©LucasLaberenne - Ils étaient une vingtaine ce matin devant l'usine Haribo à protester contre la nouvelle réforme des retraites.

Uzès Publié le ,

Dès 10h, ils était une vingtaine réunis devant l'usine Haribo d'Uzès. Syndiqués, non syndiqués, encadrants ou encore coordinateurs, tous se sont mobilisés pour protester contre la réforme des retraites.

« Il ne faut pas se fier au nombre »

Une vingtaine, cela peut paraître peu pour une mobilisation, mais Serge Martinez, syndiqué présent sur place, explique qu'il « ne faut pas se fier au nombre ». Une remarque qu'Alain Poirson, représentant du bureau CGT de l'entreprise complète : « Nous sommes ici pour montrer le soutien de l'entreprise au movement».

“ D'après les estimations du représentant syndical, environ 60% des effectifs de l'entreprise soutiennent le mouvement ”

« Ce temps sur Uzès est symbolique, nous ne sommes pas nombreux, car d'autres sont déjà à Nîmes et vont nous rejoindre plus tard dans l'après-midi ». D'après les estimations du représentant, environ 60% des effectifs de l'entreprise soutiennent le mouvement. « Cette réforme concerne tout le monde. Nous n'avons pas fait de rescencement mais nous savons être soutenus par une majorité de notre entreprise ».

« Il y a une pénibilité qui n'est pas prise en compte »

Enfin, les grévistes présents sur place tiennent à préciser qu'ils ne sont pas ici pour des revendications internes à l'entreprise. « Bien sûr que nous avons également des choses à réclamer dans notre fonctionnement mais aujourd'hui, nous sommes présents pour lutter contre cette réforme qui nous concerne tous », explique Alain Poirson.

Hôpital d'Uzès : avancer malgré les crises

Du côté des revendications, les grévistes expliquent réclamer « le retrait total de la réfome », en ajoutant que « la CGT lutte depuis des années pour la retraite à 60 ans ». « Des solutions ont été proposées, par des économistes, des ouvriers, des sociologues... Cette réforme est profondément inégale et ne prend pas en compte la pénibilité des métiers ou encore la durée des études. Ça ne nous fait pas plaisir de faire grève, on perd une journée de salaire, mais il faut le faire, les mouvements utiles s'installent dans la durée », conclut Serge Martinez.

Depuis 14h30, ce groupe de grévistes se trouve à Nîmes et prévoit « plusieurs jours de mobilisations ». Les consignes officielles des syndicats quant à la poursuite des mobilisations devraient être communiquées dans la soirée.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 février 2023

Journal du02 février 2023

Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?