AccueilUzèsGuido Zecchin : un siècle si riche

Guido Zecchin : un siècle si riche

Le 26 mars, Guido Zecchin a soufflé sa centième bougie dans son lieu de résidence à Uzès. Un bel évènement fort en émotion.
Au centre, Guido Zecchin entouré de ses proches.
Au centre, Guido Zecchin entouré de ses proches.

Uzès Publié le ,

Guido Zecchin a fêté le 26 mars son anniversaire. Un événement particulier, car, né en 1922, cette date faite de lui un centenaire. À cette occasion, La Résidence Ucétia d’Uzès, où Guido habite depuis 2019, a organisé une cérémonie en son honneur. Le résident y était entouré de ses proches, entre autres sa fille Hélène et Agathe sa petite-fille. Les Anciens combattants, le Souvenir français d’Uzès et le maire d’Uzès ont aussi fait le déplacement pour partager cette belle journée. « Nous avons passé un moment de très grande joie et d’émotion », sourit Hélène. Né non loin de Venise, Guido Zecchin arrive en France avec ses parents alors qu’il est tout jeune enfant. Orphelin à l’âge de 13 ans, il se voit rapidement contraint de travailler, et c’est ainsi qu’il rejoint une usine d’expédition de fruits et légumes.

Cinq ans à la légion étrangère

Il a 19 ans quand il s’engage volontairement dans la Légion étrangère. Cinq années au cours desquelles il sillonnera le Sénégal puis Casablanca avant d’assister au débarquement à Saint-Raphaël, sous le commandement du Général de Lattre de Tassigny. C’est en 1948 que Guido tisse ses premiers liens avec Uzès, ville qui le séduit irrémédiablement. Après avoir obtenu la nationalité française, il entre à la Compagnie républicaine de sécurité d’Uzès, où il est affecté comme téléphoniste-télégraphiste.

Je tiens à remercier la France pour tout ce qu’elle m’a offert, glisse-t-il. Je respecte l’Italie, qui m’a donné le jour, mais j’adore la France, qui me gardera toujours »

Sa rencontre avec Yolande Paul, élue à l’époque reine de beauté d’Uzès est un tournant dans sa vie. De cette union naît leur fille Hélène. Après quelques années au commissariat central de Lyon, Guido est enfin affecté dans le sud, à Beaucaire, en tant que chef de poste du commissariat central, puis Maréchal des Logis. Sa vie professionnelle achevée, Guido voyage et profite des siens. « Je tiens à remercier la France pour tout ce qu’elle m’a offert, glisse-t-il. Je respecte l’Italie, qui m’a donné le jour, mais j’adore la France, qui me gardera toujours ». C’est à la Résidence Ucétia que le centenaire vit paisiblement, entre ses lectures, ses jeux et ses soirées du dimanche où il se passionne devant l’opéra. Hélène le décrit comme un homme bon et gentil au regard bienveillant. « Je souhaite que ma famille se porte bien, confie Guido. Et que, dans le monde, la guerre cesse au plus vite ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 08 décembre 2022

Journal du08 décembre 2022

Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?