AccueilPays d'UzèsLa Capelle-et-Masmolène : l'étang et sa faune en détresse

La Capelle-et-Masmolène : l'étang et sa faune en détresse

Voilà plusieurs jours que l’étang de La Capelle-et-Masmolène est jonché de cadavres de poissons et d’anguilles.
Sécheresse, surpopulation et maladies sont à l’origine du phénomène.
D.R. - Sécheresse, surpopulation et maladies sont à l’origine du phénomène.

Pays d'Uzès Publié le ,

Depuis la fin de l’été, nombreux sont les habitants et les promeneurs à l’avoir remarqué, l’étang de La Capelle-et-Masmolène affiche un niveau bien bas, ainsi qu’une multitude de poissons et d’anguilles morts à sa surface. Un phénomène qui inquiète, mais qui n’est malheureusement pas exceptionnel.

Succession de mauvaises conditions

À l’origine de ce triste constat, « un été très rude avec peu de pluie, une sécheresse qui a entraîné une baisse du niveau de l’eau », décrit tout d’abord le maire de la commune, Xavier Gayte. À cela, s’ajoute « la densité de la population présente dans l’étang ». Carpes et anguilles, ce sont des centaines d’individus qui se côtoient et s’étouffent dans un espace d’eau chaque année plus petit.

Sictomu : le tri bientôt collecté en porte à porte ?

Enfin, des analyses sont en cours pour savoir si une maladie ne serait pas venue aggraver la situation. « Un champignon contagieux pourrait aussi être la cause de plusieurs décès », explique le maire. Une succession de mauvaises conditions donc, qui explique les observations de ces dernières semaines. « Il y a toujours eu des pertes constatées en sortie d’été, mais le phénomène est de plus en plus accentué. C’est inquiétant et avec le changement climatique, ça ne va pas s’arranger ».

La préservation : seul outil de lutte

Pour lutter contre ces phénomènes naturels, les solutions sont peu nombreuses. À ce jour, « le meilleur moyen de lutte, c’est la préservation du lieu », décrit Xavier Gayte. Par exemple, régulièrement, des associations viennent extraire un maximum d’anguilles pour les réintroduire dans des milieux plus favorables. Également, le Syndicat mixte des gorges du Gardon, en charge de la sensibilisation et de la protection de l’étang, organise des visites écolières, des randonnées et des discussions autour de cet étang qui est « un véritable refuge de biodiversité, d’espèces aquatiques et d’oiseaux notamment », décrit le Syndicat.

Pour rappel, ce lieu est d’ailleurs classé Natura 2000depuis 2016. Une appellation désignant des sites exceptionnels de biodiversité partout en France comme l'étang de La Capelle-et-Masmolène. En ces lieux, différents suivis scientifiques et de préservation sont réalisés à chaque saison. « Ces préservations sont importantes. Elles incombent aux générations à venir et nous devons les accompagner », conclut le maire.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 08 décembre 2022

Journal du08 décembre 2022

Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?