AccueilPays d'UzèsLa Sorève soutient les associations locales de l'Uzège Pont du Gard

La Sorève soutient les associations locales de l'Uzège Pont du Gard

L'objectif de la Sorève est de venir en appui des associations locales en les accompagnant pour des démarches administratives, financiers ou encore en étant requérante devant une juridiction aux côtés d’une autre association.
La Sorève soutient les associations locales de l'Uzège Pont du Gard
Charlotte Frasson-Botton - Philippe Tiébot et Jean-Gabriel Blanc, membres de la Sorève.

Pays d'Uzès Publié le ,

L’association la plus ancienne de l’Uzège qui œuvre pour la cause environnementale est la Sorève. C’est aussi la première à avoir été agréée au titre de la protection environnementale dans le Gard. Elle milite pour la protection du patrimoine et de l’environnement de l’Uzège et du Gard.

L’intérêt doit être général

L'association peut par exemple se joindre à une autre association locale. C’est le cas dans le conflit qui oppose la Mairie d’Arpaillargues et l’association Uzège Pont du Gard durable. Cependant, les bénévoles regrettent de ne pas pouvoir privilégier la médiation avant d’accéder à l’étape du recours au contentieux. « Il faut souligner l’effort financier des bénévoles dans ce type de démarche qui n’est pas négligeable », note Jean-Gabriel Blanc, président de l’association. Dans la même démarche, l’association a soutenu le Collectif de sauvegarde pour l’Uzège dans son action contre le projet de la Zac des Sablas, à Montaren-et-Saint-Médiers. Cependant, pour la légitimisation de son action, la Sorève doit justifier que l’intérêt général est mis à mal dans un dossier. Parfois, la défense des intérêts particuliers n’est pas une condition suffisante pour valider le recours d’une association à la cause environnementale.

« Nous n’intervenons en effet pas dans tous les dossiers », explique Philippe Tiébot, membre de la Sorève.

La solidarité s’organise en Uzège Pont du Gard

Dernier exemple en date : quand l’association a été sollicitée par des riverains gênés par des nuisances de bruit, à Saint-Quentin-la-Poterie. « Le lieu indiqué n’étant pas une installation classée pour la protection de l’environnement. La Sorève ne peut pas intevenir dans ce dossier », commente le président. Ces nuisances relèvent précisément des pouvoirs de police du maire. Enfin, la Sorève s’intéresse aux initiatives locales certes mais dépasse plus largement l’Uzège dans ses desideratas. « Nous souhaitons aussi participer à l’effort collectif et avoir une réflexion ajustée à l’Hexagone », affirme Jean-Gabriel Blanc.

La disparition du nucléaire en 2050 est au centre des échanges une des réflexions des membres de l’association. « Pourquoi ne pas instaurer des centrales hydroélectriques ? Il pourrait y en avoir une à Collias au niveau du seuil sur le Gardon. Cette turbine hydroélectrique pourrait couvrir 66% des besoins des résidents permanents du village ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 23 juin 2022

Journal du23 juin 2022

Journal du 16 juin 2022

Journal du16 juin 2022

Journal du 09 juin 2022

Journal du09 juin 2022

Journal du 02 juin 2022

Journal du02 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?