AccueilUzèsLe changement climatique se répercute sur les étals du marché

Le changement climatique se répercute sur les étals du marché

Saison entre fortes chaleurs et modifications des évènements météorologiques, les effets du changement climatique sur les cultures et les écosystèmes sont nombreux.
Sur le marché d’Uzès, les tomates, courgettes et aubergines côtoient les courges et poireaux.
©CharlotteFrasson-Botton - Sur le marché d’Uzès, les tomates, courgettes et aubergines côtoient les courges et poireaux.

Uzès Publié le ,

Il faut s’adapter. Les producteurs de fruits et de légumes n’ont d’autre choix que de faire face au changement climatique et ses conséquences irrémédiables.

Tous les producteurs sont concernés

En effet, les maraîchers voient un impact direct de la douceur de l’automne sur leurs récoltes. Nathalie Blanc, productrice à Uzès, cultive des tomates, des aubergines, des poivrons ou encore des courgettes en ce moment alors qu’ils sont généralement cultivés l’été. « Avec de telles températures, nous avons une quantité conséquente de tomates et d’aubergines, alors que la récolte s’arrête normalement avec les chutes de degrés », explique-t-elle. L’impact se déplace bien entendu sur les cultures automnales.

Rencontre-débat à Belvezet : le ciel étoilé, indispensable outil

Les choux et les brocolis sont fortement perturbés par la chaleur et jaunissent ou pourrissent. « Nous avons de ce fait des pertes non négligeables ». Le décalage du calendrier agricole est un effet direct de la hausse des températures, mais aussi en raison de l’augmentation des événements extrêmes météorologiques, tels que la sécheresse estivale. « Si nous n’avons pas d’eau, la situation deviendra dramatique », poursuit Nathalie Blanc.

Uzès : second service pour les Toqués du rire

Même son de cloche du côté des apiculteurs qui ressentent de plein fouet le réchauffement climatique depuis une bonne quinzaine d’années, et d’autant plus en 2022, où les récoltes ont été très aléatoires. « On dirait que nous avons un deuxième printemps, tant les températures sont hautes. On s’adapte comme toujours. Avec la sécheresse de l’été, la production a baissé », note Nicolas Arnoux, apiculteur à Blauzac.

Dans une autre mesure, ce réchauffement de la planète comporte également un danger pour les autres espèces qui dépendent des abeilles. Sans l’activité de celles-ci, certaines plantes ne peuvent se reproduire et différentes espèces animales pourraient se retrouver sans ressources alimentaires et pourraient venir à disparaître définitivement.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 08 décembre 2022

Journal du08 décembre 2022

Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?