AccueilUzèsMikaël Gillion, Le combat des régions : « C’était incroyable »

Mikaël Gillion, Le combat des régions : « C’était incroyable »

Télévision : Mikaël Gillion, gérant de la Boucherie d’Uzès, a participé à l’émission « Le combat des régions » diffusée sur M6. Une expérience inoubliable pour le jeune artisan.
Mikaël Gillion (à gauche) et Gilles Goujon (à droite) lors du tournage du Combat des régions en avril dernier.
©Mikaël Gillion - Mikaël Gillion (à gauche) et Gilles Goujon (à droite) lors du tournage du Combat des régions en avril dernier.

Uzès Publié le ,

Pourquoi avoir participé à cette émission ?

La cheffe Ninon Planque, du restaurant La table du 2 à Nîmes, a été approchée par la production pour participer à l’émission. Elle devait choisir une «délégation» (des professionnels culinaires de la région), afin de la soutenir lors des épreuves. C’était une amie, une cliente et comme j’étais déjà passé à la télé pour des reportages, elle a pensé à moi. Mais pour être honnête, ce format a été une première pour tout le monde !



Comment s’est passé le tournage ?

C’était intense ! On s’est rendu dans les studios à Paris début avril, le tournage a duré quatre jours. De 6h à minuit, non-stop, on enchaînait les séquences, entrecoupées de courtes pauses. Heureusement, l’adrénaline et l’ambiance nous ont maintenues éveillés. En plus, la production, Norbert, les jurys et les autres délégations étaient très sympas. Donc épuisant, mais réussi. L’émission a été diffusée la semaine du 15 au 21 août.

Ce n’est pas trop stressant de défendre sa région ?

C’est sûr qu’il faut être à la hauteur, il faut se donner à fond. On est une petite boucherie du Gard, c’est
déja incroyable d’être là. Mais le plus grand défi était de travailler avec des produits que je n’utilisais pas au quotidien, la fraise par exemple. Le travail d’équipe était très enrichissant.
Cette émission était un véritable défi personnel et professionnel.



Un souvenir marquant lors de l’émission ?

Quand un chef aussi prestigieux que Gilles Goujon (chef trois étoiles et meilleur ouvrier de France) goûte votre viande et vous dit qu’elle est sublime, ça reste. Imaginez un footballeur de petite division qui recevrait des compliments d’après-match de la part de Zinédine Zidane, c’est à peu près ce que j’ai ressenti. C’est une sacrée reconnaissance de notre boulot ! J’ai aussi adoré être en cuisine, être jury, j’ai touché un peu à tout. On apprend beaucoup aux côtés des autres délégations.

Pont du Gard : le Téléthon dans les préparatifs

La défaite, pas trop dure à digérer ?

Même si on a perdu (contre la délégation Corse) je n’ai aucun regret. Nous avons assumé jusqu’au bout les choix de la chef. Ils étaient audacieux, on a perdu, c’est le jeu. Je ne retiens que du positif, de l’humain ! C'était un défi délicieux. Je me suis fait des amis, j’ai appris des choses…

Que retirez-vous de cette expérience ? Vous seriez prêt à recommencer ?

Avec grand plaisir pour recommencer si cela doit se refaire. Mais il faut que ça reste du plaisir. Je ne veux pas de compétition, de prise de tête. Avant tout, je suis boucher, je travaille pour mes boutiques, mes salariés… La télé, les émissions, c’est du bonus, une manière de mettre en avant la région, c’est la cerise sur le gâteau !

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?