AccueilPays d'UzèsPays d'Uzès : quels objectifs pour 2023 ?

Pays d'Uzès : quels objectifs pour 2023 ?

À l’occasion de la nouvelle année, le président de la CCPU, Fabrice Verdier, dresse un état des lieux de cette coopération intercommunale et évoque les enjeux des prochains mois.
En ce début d'année, le président de la Communauté de communes Pays d'Uzès présente les axes de 2023.
En ce début d'année, le président de la Communauté de communes Pays d'Uzès présente les axes de 2023.

Pays d'Uzès Publié le , L.L. ET C.F.-B.

Active depuis 2013, la Communauté de communes Pays d’Uzès (environ 30 000 habitants) compte à son actif plusieurs dizaines de projets intercommunaux. Entre ceux qui ont vu le jour, ceux qui ont été approfondis et ceux qui sont en cours de réflexion, 2022 n’a pas échappé à cette forte dynamique. Un phénomène dont atteste Fabrice Verdier, actuel président de la CCPU, successeur de Jean-Luc Chapon à ce poste.

Le lien avec les élus de la Communauté de communes du Pays d'Uzès

«La CCPU souhaite maintenir sa proximité avec les élus, les partenaires. Nous avons tous des ambitions pour ce territoire et nous tenons tout particulièrement à travailler ensemble pour mener à bien ces projets. C’était le cas en 2022, nous continuerons sur cet élan en 2023», décrit Fabrice Verdier.

Une politique en trois axes pour la CCPU

Quant à la mise en pratique 2023 de ces ambitions, le représentant de la CCPU la dessine en trois axes principaux.

«Tout d’abord, la défense et l’amélioration de nos services de proximité. Qu’il s’agisse de santé, d’éducation, de culture, d’entrepreneuriat, de loisir ou encore d’apprentissage, ces services au plus près des citoyens font partie des enjeux principaux à développer sur notre territoire. La Maison sport santé, le réseau des bibliothèques ou encore France services, pour ne citer qu’eux, sont autant de projets de proximité qui illustrent cette volonté de dynamisme local".

Pays d'Uzès : France services a un an

Deuxième sujet abordé par le président de la CCPU, la transition écologique.

"L’écologie doit également trouver sa place dans nos actions. Par exemple, d’ici quelques mois, notre siège créera plus d’énergie qu’il n’en consomme et pourra s’estampiller de l’appellation de Bâtiment à énergie positive", annonce Fabrice Verdier.

De même, "ce défi environnemental prendra forme par la mise en place d’un plan mobilité au premier trimestre 2023, l’amélioration de nos réseaux cyclables et électriques ou encore par le maintien d’une réflexion sur la création d’une cantine intercommunale. Notre but, voir au-delà du simple Plan climat et intégrer de manière durable l’écologie dans nos nouveaux projets".

Pays d'Uzès : la CCPU agit pour la transition écologique

Enfin et par prolongement des deux premiers points, il assure vouloir "encourager et accentuer l’attractivité du territoire. Cela passe par la création de projets tel que l’Ombrière, le Mas-de-Mèze, les Sablas ou encore la future piscine. Plus largement, quand on évoque l’attractivité, on souhaite dynamiser le territoire pour en faire un lieu de vie durable, complet et attractif pour les habitants, actuels ou futurs».

L’épineuse question de la ZAC des Sablas

Bien sûr, comme toute vision et projet politique, la CCPU rencontre ses débats et ses détracteurs. Figure de proue de cette opposition bien réelle, le projet encore en étude de la zone d’activités des Sablas dans la commune de Montaren-et-Saint-Médiers, qui a notamment observé la création d’un collectif d’opposants.

Un contexte de travail parfois sous tension donc, que la coopération intercommunale associe notamment à «de la perte de temps».

ZAC des Sablas : les opposants veulent faire appel du jugement

«Bien sûr que l’opposition doit exister, mais elle doit avoir un sens. Dans le cas des Sablas, nous avons affaire à une opposition caricaturale. On continue de nous reprocher de vouloir tuer cette zone, de détruire l’activité rurale. Mais la vérité et qu’il y a très peu voire aucun prétendant à l’exploitation agricole de ces terres", regrette Fabrice Verdier.

Le président de la CCPU poursuit : "Nous n’avons reçu aucun dossier et certains refusent de le reconnaître. De ce fait, il y a un réel manque d’honnêteté intellectuelle. Malheureusement, ce climat n’a pas évolué cette année. Sur ce secteur, nous faisons face à un problème sociétal. S’il fallait à tout prix attribuer une utilisation agricole à cet espace, il faudrait d’abord garantir des moyens, des revenus stables et des perspectives d’avenir au potentiel propriétaire. Mais comme nous le savons tous, l’agriculture peine à convaincre et quand elle le fait, elle se retrouve dans des conditions précaires voire dangereuses. Donc nous faisons face à un faux débat avec cette opposition. D’autant plus qu’il me semble que par nos actions, soutien au week-end de la truffe, promotion agricole ou encore via des aides à l’installation, nous sommes loin d’être un frein aux activités rurales en Pays d’Uzès, au contraire. Nous sommes particulièrement vigilants à ce que cette future zone profite à l’activité locale/environnementale», assume avec fermeté Fabrice Verdier.

La CC Pays d'Uzès reste consciente de ses limites

Pour autant, la CCPU affirme ne pas écarter plusieurs axes d’améliorations. «Il faut notamment chercher à solutionner un problème bien trop ancré sur le territoire : la question de l’habitation pour les jeunes actifs. Il faudrait éviter l’éloignement de ces jeunes qui fuient souvent un foncier trop agressif. Trouver l’équilibre entre les périodes de tourisme et le reste de l’année. Nous avons déjà essayé, avec l’extension de Mayac notamment, mais ce n’est pas encore suffisant. Il faut agir, nous sommes lucides», conclut Fabrice Verdier.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 février 2023

Journal du02 février 2023

Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?