AccueilPays d'UzèsTrufficulture gardoise : l'eau un enjeu essentiel

Trufficulture gardoise : l'eau un enjeu essentiel

L’assemblée générale du Syndicat des trufficulteurs du Gard a permis d’évoquer trois enjeux essentiels pour la profession, en plus de faire le point sur l’activité et de discuter de l’avenir.
L’assemblée générale du Syndicat des trufficulteurs du Gard a permis d’évoquer trois enjeux essentiels pour la profession, en plus de faire le point sur l’activité et de discuter de l’avenir.
L’assemblée générale du Syndicat des trufficulteurs du Gard a permis d’évoquer trois enjeux essentiels pour la profession, en plus de faire le point sur l’activité et de discuter de l’avenir.

Pays d'Uzès Publié le ,

Le syndicat des trufficulteurs du Gard a tenu son assemblée générale dans la capitale départementale de la truffe :Uzès. Regroupant des producteurs installés de la vallée du Rhône au Vigan, en passant par Sommières et bien sûr l’Uzège(avec l’un des plus gros marchés de gros de la région à Uzès), ce syndicat a pour vocation première la protection des professionnels dans ce département qui reste l’un des principaux en termes de production truffière en France.

Les trufficultures d'Uzès au front

Cela se traduit concrètement par ce qui a constitué la première partie de cette réunion. «Nous avons renouvelé les conventions qui nous lient à la fédération de chasse du Gard pour lutter contre la prolifération des sangliers, et avec la gendarmerie pour la lutte contre les vols», relate le président du syndicat, Louis Teulle.

"Ce n’est pas arroser pour arroser, c’est un besoin pour maintenir la truffe en vie"

Le second volet de l’assemblée concernait un enjeu crucial pour l’avenir de la production : l’irrigation des plantations.

Comment arroser, quand le faire ? La question de l’irrigation est vaste et indispensable pour les trufficulteurs face aux changements climatiques et notamment à la diminution et l’irrégularité de la pluviométrie. «Jean Demerson avait déjà beaucoup étudié la question à Uzès et nous continuons à y travailler, avec aujourd’hui également la Préfecture et la Direction des territoires et de la mer», poursuit Louis Teulle. Une cartographie des plantations truffières est ainsi en cours, afin de déterminer les besoins en eau de chaque parcelle. «Cela nous permettrait d’anticiper et pouvoir demander des autorisations. Car les apports en eau doivent être faits au printemps et en été, moments où les restrictions sont prises. Nous nous retrouvons alors dans une situation très compliquée car cette irrigation est indispensable. Ce n’est pas arroser pour arroser, pour faire grossir la truffe, c’est un besoin hydrique pour la maintenir en vie. En juillet elle est déjà formée».

Le constat pour le Syndicat est clair : «Sans eau, ce n’est même pas la peine de planter».

Viticulture : l'eau cristallise les débats


La truffe fraîche se consomme seulement en saison

Enfin, le dernier thème abordé a été la promotion et la défense de la trufficulture. Si les différents rendez-vous comme les assemblées générales des trufficulteurs du groupement européen, les rencontres au Pont du Gard, les marchés, contribuent à la visibilité des producteurs locaux, c’est avant tout par la sensibilisation des consommateurs que tout se joue.

«Informer et éduquer», voilà à quoi s’attellent les producteurs avec par exemple la distribution d’un petit document qui met en garde contre les produits dérivés de la truffe.«La tuber melanosporum est produite de novembre à février, en dehors de la saison, ce ne sont pas des tuber», martèle Louis Teulle. Mais plutôt que de mener un combat difficilement gagnable contre les arômes artificiels ou dits naturels mais chimiques, les trufficulteurs ont pris un virage et préfèrent aujourd’hui mettre l’accent sur la truffe fraîche.

Avec la vente directe, les producteurs peuvent ainsi faire découvrir la truffe dans son état naturel aux particuliers. «Cela passe aussi par l’ouverture des exploitations, les visites guidées qui s’achèvent par une dégustation, c’est la base mais ça fonctionne bien».

Un dynamisme qui inspire les pays producteurs voisins, comme l’Espagne, qui viendra prendre des idées pour la promotion de la truffe lors du week-end uzétien du 13 au 15 janvier.

Une petite saison pour la truffe noire ?

Si le week-end de la truffe est l’apothéose de la saison, celle-ci démarre dès cette semaine avec le premier marché de gros à Uzès le 18 novembre. «Les bonnes truffes commencent en décembre mais les meilleures sont bien celles de janvier et février», rappelle Louis Teulle. Cette année, la production soulève des interrogations car le manque d’eau pourrait avoir des conséquences au niveau national. «Les orages d’août sauveront peut-être la mise mais nous nous attendons à une petite saison». Quant au prix, le président du syndicat pense qu’il a atteint un certain plafond et qu’il ne devrait pas beaucoup évoluer malgré les rendements.

En 2021, une belle saison pour la truffe

Rendez-vous dès la mi-décembre à la cabane à truffe sur les marchés d’Uzès, Saint-Quentin-la-Poterie et Marguerittes pour déguster la fameuse tuber.

Prévu du 13 au 15 janvier, le week-end de la truffe retrouvera ses animations habituelles, sans les restrictions des années précédentes liées à la Covid. Nouveauté cette année, la soirée vigneronne du vendredi et le repas de gala du samedi seront organisés à l’Ombrière !

Le week-end de la truffe retrouve ses couleurs

Vendredi 13 janvier

La soirée vigneronne propose de déguster les cuvées de l’AOP Duché d’Uzès directement avec les producteurs, le tout autour d’un buffet truffé. Infos et réservations : vinsducheduzes.com ou 04 66 20 42 70.

Samedi 14 janvier

Un repas préparé par les chefs étoilés du Gard qui associera les vignerons et les trufficulteurs pour un repas gastronomique 100% truffé, de la mise en bouche au dessert. Sur la place aux Herbes, ce sera soirée bodega pour partager un moment convivial entre tapas truffées et vins AOP Duché d’Uzès. Infos et réservations : comitepromotion@gmail.com ou 04 66 01 60 04.

Dimanche 15 janvier

La journée de la truffe sur la place aux Herbes propose de nombreuses animations comme les démonstrations de cavage, les conférences, la bénédiction des truffes, des dégustations et bien sûr la vente de truffes fraîches et d’arbres truffiers en direct par les producteurs. De nombreux restaurants de la ville proposent un menu truffé pour l’occasion (réservations très fortement conseillées).

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 08 décembre 2022

Journal du08 décembre 2022

Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?