AccueilUzèsAide-soignante, elle préfère arrêter que se faire vacciner

Aide-soignante, elle préfère arrêter que se faire vacciner

Mélanie, agent du centre hospitalier Mas-Careiron, a refusé de se faire vacciner et a stoppé toute activité. Elle témoigne.
Mélanie*, agent du Mas-Careiron depuis une dizaine d’années, refuse de se faire vacciner et a cessé son activité.
DR - Mélanie*, agent du Mas-Careiron depuis une dizaine d’années, refuse de se faire vacciner et a cessé son activité.

Uzès Publié le ,

Faceà l’obligation vaccinale mise en place par le Gouvernement, des soignants refusent de se plier à cette mesure. Depuis le 15 septembre, ils doivent avoir reçu au moins une dose de vaccin. Dans ce cas précis, ils devront toujours présenter un test négatif en attendant la deuxième dose.

Au 15 octobre, ils devront présenter un schéma vaccinal complet. Mélanie*, agent du Mas-Careiron depuis une dizaine d’années, refuse de se faire vacciner et a cessé son activité.

Pourquoi refusez-vousde vous faire vacciner ?

Depuis le début, je ne souhaite pas me faire vacciner, car il me semble déjà peu efficace, puisqu’il ne protège pas à 100%. Le vaccin n’empêche pas d’avoir le coronavirus et de le transmettre, et ce avec les gestes barrières. D’autre part, il y a un manque de recul sur les effets du vaccin, qui selon moi n’a pas de sens. En revanche, je suis vaccinée pour tout le reste. Je n’ai aucun problème.

Cette décision est discriminatoire selon vous ?

Oui, notamment avec les tests antigéniques qu’il fallait effectuer avant l’instauration de l’obligation vaccinale. Il y a une différence de traitement entre les vaccinés et les non vaccinés. Pourquoi seuls les non vaccinés sont soumis au test ? Il y a pourtant un risque d’attraper le virus même en ayant reçu le vaccin.

Pensez-vous que le vaccin ne devrait être injecté qu’à une partie de la population ?

Je comprends que les personnes fragiles avec des comorbidités se fassent vacciner. Mais l’obliger à tout le monde, non.

Vous avez fait le choixde cesser votre activité,l’avez-vous anticipé ?

Dès la mi-août, j’ai informé la direction en argumentant ma décision. Et à partir du 30 août, je ne suis plus allée travailler.

Quelle a été la réactionde la direction ?

Elle n’a pas compris mon choix, expliquant que je n’étais pas une personne fragile et que donc je pouvais reprendre mon activité en respectant les gestes barrières. J’ai reçu un courrier de la direction qui m’a ordonné de reprendre le travail. Je n’ai pas changé d’avis.

Aujourd’hui, où en êtes-vous dans votre situation professionnelle ?

J’ai reçu un autre courrier qui indique que j’étais radiée des effectifs. Mon absence est considérée comme injustifiée depuis le 14 septembre.

Allez-vous intenterune action ?

Je ne sais pas encore. Je vais dépenser mon énergie à chercher un autre emploi, cette fois dans un secteur où cette obligation n’est pas appliquée.

Regrettez-vous votre choix ?

Ne pas vouloir me faire vacciner est la seule chose dont je sois sûre. Je ne regrette pas d’avoir quitté ce monde des soins, cette machine infernale. Je suis sereine de ne pas avoir cédé.

Comprenez-vous la mobilisation de vos confrères ?

Beaucoup se sont faits vacciner le couteau sous la gorge, à contre-cœur, pour pouvoir maintenir leur rémunération.

Comment appréhendez-vous l’avenir ?

Je m’inquiète pour la suite, mais je suis optimiste, je vais tout faire pour rebondir.

*Mélanie : prénom d'emprunt.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 08 décembre 2022

Journal du08 décembre 2022

Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?