AccueilUzèsUzès : la sobriété énergétique s'invite au conseil municipal

Uzès : la sobriété énergétique s'invite au conseil municipal

Contexte actuel oblige, les points concernant les ressources en eau et en électricité ont été débattus par les élus de l’opposition et de la majorité.
Les élus ont débattu sur la sobriété énergétique de la ville.
Émeline Bertel - Les élus ont débattu sur la sobriété énergétique de la ville.

Uzès Publié le ,

La cloche de la rentrée a sonné pour le conseil municipal de la ville d’Uzès. Les élus étaient conviés, ce mardi 27 septembre 2022, à s’exprimer sur une dizaine de points. Un ordre du jour qui ont apporté son lot de débat.

Ainsi, le rapport annuel 2021 du délégataire Saur, qui s’occupe de l’assainissement des eaux de la commune, a questionné Jérôme Maurin qui a interpellé Jean-Luc Chapon sur plusieurs points : différences entre les volumes, présence du virus de la Covid-19 dans les eaux usées, augmentation du prix du m3 de l’eau...

Uzès : une course à pied pour Octobre rose

Des questions qui ont amusé le premier édile qui s’est fendu d’un léger rictus durant l’intervention du conseiller de l’opposition. « Pourquoi souriez-vous ? », s’est enquis Jérôme Maurin. « Parce que vous me posez des questions auxquelles je suis bien incapable de répondre. Vous avez envoyé un mail aux services à 10h22 pour leur proposer un rendez-vous dans l’après-midi, mais mes services n’étaient pas disponibles. Ces questions auraient dû être posées en avance, en commission », a rétorqué Jean-Luc Chapon. « Il n’y a pas de commission. Si jamais, il faudrait nous envoyer les rapports avant celles-ci pour que l’on évite de poser des questions aussi techniques durant les conseils municipaux », a rétorqué Lydie Defos du Rau. Le premier édile s’est ensuite effacé pour laisser la parole à Hubert Lupérini, directeur des services techniques, afin qu’il puisse répondre aux interrogations de Jérôme Maurin.

La Mairie d'Uzès, entre sobriété et exemplarité

Après cette rapide passe d’armes, d’autres rapports ont pu être passés en revue. Et après un été marqué par la sécheresse, celui sur le prix et la qualité du service de l’eau potable a fait réagir Lydie Defos du Rau. « Va-t-on s’engager dans une vraie politique d’économie d’eau. Nous devons être exemplaires et nous sommes loin du compte. J’ai été choquée de voir que nous avons attendu l’arrêté préfectoral pour arrêter les fontaines. Nous pourrions aussi réfléchir à une tarification incitative pour pénaliser les gros consommateurs et encourager les comportements vertueux ». Une dernière remarque sur laquelle a rebondi Jean-Luc Chapon qui a souhaité savoir ce que l’élue de l’opposition entendait par « gros consommateur ». « Je pense à ceux qui arrosent, mais c’est à déterminer. En moyenne, la consommation d’eau est de 120m3 par an et par personne. C’est à déterminer mais je pense que nous devons avoir ensemble une vraie réflexion sur le sujet ».

Saint-Quentin-la-Poterie : bilan du conseil municipal

Suite aux interrogations de Lydie Defos du Rau sur la pollution des eaux et la potentielle présence de plomb dans celle-ci, Hubert Lupérini a indiqué que l’eau potable était 100% conforme à la consommation d’après les campagnes de recherche et réduction des rejets de substances dangereuses dans les eaux. Malgré tout, des traces de mercure ont été trouvées. « On a fait des recherches localisées chez tous les industriels, chez les agriculteurs... Il s’avère que ça ne vient pas de là. Ce sont des doses infimes mais nous allons affiner nos recherches ».

Uzès : un Sigalon accroché à la Mairie

Puis, dans un contexte national de sobriété énergétique, le rapport du contrat de performance énergétique des installations d’éclairage public a été présenté aux élus par Jacques Caunan, adjoint en charge de l’environnement, du cadre de vie et du développement durable. « Peu d’Uzétiens le savent mais, durant la nuit, il y a un abaissement de l’intensité lumineuse entre minuit et 6h, de 60% sur les voies principales et de 50% sur les voies secondaires et tertiaires », a indiqué l’élu. Mais cette légère baisse n’a pas semblé convaincre Lydie Defos du Rau qui a souhaité évoquer, entre autres, le projet d'installation d’un système qui s’éclaire au passage des piétons. « Dans les marges de progressions, il y a aussi les commerces. La loi oblige l’extinction des vitrines et des enseignes entre 1h et 6h du matin. Il suffit de se balader dans Uzès pour voir qu’elle n’est pas respectée. Alors que fait-on ? Enfin, avez-vous l’intention d’agir en renonçant ou en réduisant l’illumination des bâtiments ».

Une dernière proposition qui a tout de suite fait réagir le maire de la cité ducale. « J’ai l’intention de continuer à illuminer les bâtiments car nous avons des Led basse consommation. Quant à l’éclairage nocturne des rues, nous avons eu des commerces vandalisés dans trois rues la nuit dernière, donc on ne va certainement pas les éteindre. Et si un commerçant veut maintenir un faible éclairage dans sa boutique ou sa devanture, je ne vais pas envoyer la police pour ça ». « Vous ne faites donc pas respecter la loi. Je sais que vous êtes dans le laissez-faire et dans la séduction Monsieur Chapon. C’est insupportable d’entendre des choses comme ça. Vous n’êtes pas sur la même longueur d’onde que votre siècle », a conclu l’opposante. Une dernière joute verbale entre opposition et majorité avant les quelques points restants qui ont tous été votés à l’unanimité et sans débat.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 08 décembre 2022

Journal du08 décembre 2022

Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?