AccueilUzèsUzès : les inondations, problème récurrent dans les commerces

Uzès : les inondations, problème récurrent dans les commerces

À la suite de l’orage qui a frappé le centre-ville de la cité ducale dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 2022, plusieurs commerces ont de nouveau pris l’eau. Ils espèrent des solutions.
Les principales mises en cause ? Les feuilles des platanes qui s'accumulent en empêche l'eau de pluie de s'écouler normalement.
D.R. - Les principales mises en cause ? Les feuilles des platanes qui s'accumulent en empêche l'eau de pluie de s'écouler normalement.

Uzès Publié le ,

C’est la troisième fois en deux ans à la Petite glacerie, à l’entrée de la rue de la République. L’orage qui a frappé Uzès dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 2022 a entraîné une inondation de la cave du commerce : « Les dégâts sont énormes car à la cave, nous stockons le matériel, nous avons des chambres froides, les moteurs des glaciaires... », soupire Laszlo, l’un des deux associés. Des dégâts qui ont entraîné la fermeture de la Petite glacerie une semaine avant la fin de la saison.

Toujours dans la rue de la République, la boutique de prêt-à-porter le Boudoir de Camille a aussi une fois de plus été inondée : « J’y ai droit à chaque fois », s’impatiente Sylvie, la gérante. 3m d’eau dans les caves, de l’eau dans le magasin, touchant les vêtements et ruinant le parquet, les dégâts sont là aussi importants. « Nous avons dû fermer mardi pour tout nettoyer ».

Intempéries : des caves inondées à Uzès

Idem aux Savonneries du soleil, malgré les deux marches qui séparent la boutique de la rue... « D’habitude, l’eau s’arrête au-dessus de la première marche. Cette fois, nous avons pu voir l’eau entrer avec la caméra avant qu’elle ne fasse tout disjoncter », raconte le gérant, Morgan. Bilan du sinistre : toutes les marchandises des placards au sol touchées, interventions d’un électricien et d’EDF, bois de la façade endommagé et trois jours de fermeture.

L’eau a aussi atteint le fond du magasin Passport beauté. « J’espère que ce n’est pas passé au dessus des plaintes sinon il risque d’y avoir d’autres conséquences », s’inquiète Marianne, un peu amère face à la récurrence de ce phénomène. « En plus, je venais de recevoir la nouvelle collection de chaussures. Même si je suis remboursée j’aurais du mal à renouveler mon stock car les fournisseurs sont déjà passés aux collections suivantes ».

Après les orages, les feuilles de platanes dans le viseur

« Nous avons déjà signalé le problème aux services techniques, en automne les feuilles des platanes posent problème car elles recouvrent les bouches d’égout, explique Laszlo. Il m’est déjà arrivé de l’ouvrir moi même pour enlever les feuilles mais cette fois ça s’est passé en pleine nuit ». « On voit bien sur les photos prises par les témoins que ce sont les feuilles qui bouchent tout », enchérit Morgan. « Il faudrait peut-être prévoir une astreinte des services techniques pour réagir lorsqu’un phénomène arrive la nuit », suggère Marianne. Tous espèrent des solutions face à la répétition de ces sinistres.

« Nous avons bien vu que le problème venait des feuilles, reconnaît le maire Jean-Luc Chapon. Mais l’orage a été exceptionnel et d’habitude à cette période, les feuilles sont déjà tombées ». « 120 millimètres en une heure. À Uzès, la pluviométrie moyenne est de 630mm par an », abonde le directeur des services techniques, Hubert Lupérini. Ils identifient le croisement avenues Jean-Jaurès, Général-Vincent et rue de la République comme « le point noir de la ville ». Des travaux ont été faits sur les deux premières mais la quantité d’eau concentrée à cet endroit peut entraîner un effet cuvette. « Quand les avaloirs ne sont pas bouchés ça fonctionne mais cette fois ils ont été bloqués au vu de l’intensité du phénomène météorologique ».

Dépollution : l'aven de Pouzilhac bientôt sorti d'affaire

En tant normal, les services techniques interviennent avant, pendant et après, « mais cette fois je n’ai été averti de l’alerte qu’à 3h du matin », défend le directeur.

La Municipalité assure continuer à chercher une solution, tout en rappelant que le ruissellement de l’eau est une responsabilité collective : « Les règles d’urbanisme imposent des bassins de rétention pour les constructions, c’est perçu comme une contrainte mais c’est important contre l’imperméabilisation, tout comme favoriser la récupération de l’eau de pluie. Chacun peut mettre sa pierre à l’édifice ».

Déclarer le sinistre en mairie
Afin que la Municipalité puisse engager une demande de reconnaissance d’état de catastrophe naturelle, il est essentiel que les sinistrés, particuliers ou commerçants, se présentent en mairie après avoir fait leur déclaration auprès de l’assureur. Cette déclaration doit préciser l’identité du sinistré, le lieu précis du sinistre, un descriptif des principaux dégâts subis. Il est possible de joindre des annexes comme des photos ou encore des plans pour appuyer la démarche.



Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 08 décembre 2022

Journal du08 décembre 2022

Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?