AccueilUzèsVote rapide pour le budget 2022 de la commune d'Uzès

Vote rapide pour le budget 2022 de la commune d'Uzès

Le conseil municipal du mardi 29 mars avait pour point principal le vote du budget primitif 2022. Un vote qui s’est déroulé dans une ambiance cordiale.
Vote rapide pour le budget 2022 de la commune d'Uzès
Émeline Bertel - Passe d'armes cordiale entre le premier édile et l'élue de l'opposition.

Uzès Publié le ,

C’est de sa voix forte et distincte que Thierry de Seguins-Cohorn, adjoint aux finances, a présenté le budget de la ville d’Uzès pour 2022. Pour les comptes administratifs, le budget principal de la Ville est clôturé avec un excédent de 4 496 280 €.
Ajouté à celui du service des eaux, de l’assainissement, de la Zac de Mayac et du Mas-de-Meze, l’année 2021 se termine avec 5 613 508 €, soit une baisse de 402 514 € par rapport à 2020. Pour l’affectation des résultats excédentaires de fonctionnement de l’année 2021, 3 766 348 € seront reportés au fonctionnement de la Ville et 4 251 052 € en réserve pour ses besoins d’investissements.

Les portefaix s'exposent au musée d'Uzès

Si les comptes administratifs ont été votés à l’unanimité, il n’en est pas de même pour le vote du budget primitif qui a amené son lot de remarques. Le budget primitif de fonctionnement pour l’année 2022 est de 16 895 342 € pour les recettes (issues pour 9 490 494 € des impôts et taxes) et du même montant pour les dépenses, avec notamment 4 690 000 € pour les charges de personnel et 4 022 379 € pour les charges à caractère général. « Quand il y a des recettes, il y a des dépenses », s’amuse l’adjoint aux finances. « Nous avions voté l’engagement de la révision du PLU et engagé un bureau d’études pour 40 000 €, même si le budget avait été de l’ordre de 50 000 €. Mais ça a été annulé. Je vois au budget une nouvelle étude pour 120 000 €. Les éléments vont-ils pouvoir être ré-exploités ? En toute logique, la nouvelle étude sera moins chère ou avons-nous dépensé 50 000 € pour rien ? À titre d’information, en moyenne, pour une commune de 5000 habitants, le coût moyen du l’étude pour le PLU est de 35 000 € », a relevé Lydie Pastre Defos du Rau, élue d’opposition. « Il faut penser aux résidences secondaires. Le PLU compte pour beaucoup plus de 5 000 habitants », a indiqué Jean-Luc Chapon, maire d’Uzès. « Il y a une étude environnementale qui pèse pour 70 000 € dans la balance et nous gardons du budget au cas où. Le bureau d’études choisi revient à 70 000 € », a précisé Alexandre Cordier, directeur général des services. Le budget primitif a été adopté malgré deux oppositions et deux abstentions.

Pas d’augmentation du taux ménages

En outre, les élus ont voté le maintien des taux ménages à l’identique : 46,02% pour le foncier bâti et 69,52% pour le non bâti. « Une nouvelle année sans augmentation », se félicite Jean-Luc Chapon. « Je ne vois toujours aucune taxe qui concerne les logements vacants ou les résidences secondaires », poursuit Lydie Pastre Defos du Rau qui a indiqué qu’elle et Simon Subtil s’abstiendront. « On en discutera l’année prochaine », promet le premier édile comme annoncé l’an passé.

Carburant : Le prix du baril s'envole

Ainsi, si la majeure partie du conseil municipal a bien évidemment porté sur le vote du budget de l’année en cours, d’autres points étaient également à l’ordre du jour avec notamment un vote pour la cession à la Région du centre d’accueil du Lycée Gide, adopté à l’unanimité, un débat, peu suivi, sur la protection sociale complémentaire des agents communaux et enfin, la suppression ferme et définitive de la foire à l’ail.

Les dépenses et recettes d’investissement seront détaillées ultérieurement.

Faire rimer vie associative et environnement

Si elle on été votées à l’unanimité, le vote des subventions aux associations fut l’objet de quelques observations. «Je souhaiterais qu’une réflexion soit engagée sur la critérisation des subventions. Et rêvons un peu, des subventions bonifiées avec une approche développement durable. Ça fait longtemps que je le demande et je n’ai jamais eu de non définitif. Je réitère cette proposition car je vois que les subventions sont reconduites d’une année sur l’autre», a proposé Lydie Pastre Defos du Rau. «Si vous voulez que l’on aide les associations qui attaquent tous les projets portées par les municipalités, ne comptez pas sur nous», a répondu le maire. Des propos réfutés par l’élue qui souhaite voir un effet «boule de neige» dans la conception des événements associatifs, «en limitant l’utilisation de gobelets en plastique par exemple, pour limiter l’impact environnemental», souligne-t-elle. «C’est une action individuelle pour chaque club et association mais je pense que la mairie peut l’inciter», a conclut Franck Séropian, délégué municipal à la santé.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 23 juin 2022

Journal du23 juin 2022

Journal du 16 juin 2022

Journal du16 juin 2022

Journal du 09 juin 2022

Journal du09 juin 2022

Journal du 02 juin 2022

Journal du02 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?